NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Le père Noel , héritage du monde nordique

le personnage du père Noel est une survivance du Dieu nordique Odin, divinité principale du panthéon de l'Europe du Nord. 

Odin (du vieux norrois Óðinn Wōden en anglo-saxon ou Wotan en vieux haut-allemand) est considéré comme le dieu principal de la mythologie nordique et le chef d'Ásgard.

Il est également considéré comme le patron de la magie, de la poésie, des prophéties, de la guerre et de la chasse. Il est considéré comme étant le principal membre des Ases.

Odin partage la fête de Jul, qui est célébrée le 21 décembre.
Plusieurs parallèles ont été établis entre Odin et le dieu celtique Lug. En effet, les deux sont des dieux intellectuels qui commandent la magie et la poésie. Les deux ont des corbeaux et une lance en tant qu'attributs.

Odin est représenté comme un homme âgé, barbu et borgne. Il est une divinité polymorphe. Il se déplace sur un cheval à huit jambes nommé Sleipnir et il est armé de sa lance Gungnir. Lorsqu'il est dans son palais, la Valhöll, les deux corbeaux Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire) lui racontent à l'oreille ce qu'ils ont vu des neuf mondes.

De plus, deux loups, Geri et Freki, restent à ses pieds. Son trône, Hlidskjalf, lui permet de voir tout ce qui existe dans les neuf mondes. 

Le père Noël est vêtu de rouge, symbole de l'élément feu, qui le relie au soleil, (Noël se situant dans la fête du solstice d'hiver,qui représente la jonction entre le règne des ténèbres et la naissance de la lumière, source de vie).

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

L' antiracisme contemporain a peu de choses à voir avec le racisme réel qui, dans les pays occidentaux, n'est ( heureusement ) plus le fait que de quelques esprits marginaux. En l'espace de deux décénnies, il s'est transformé en une idéologie qui n'a plus rien à voir avec son objet initial. Cette idéologie, observe Paul-François Paoli, " stipule que le racisme est le mal absolu de notre temps et qu'on ne peut le combattre que par une sorte de prophylaxie permanente, en trquant les porteurs de la peste et en prohibant tout ce qui, de près ou de loin, risque de ressuciter le " monstre ".