NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

A l'origine d' Euzkadi : Sabino Arana

A L'ORIGINE D'EUZKADI : SABINO ARANA

Sabino Arana Goiri (26 janvier 1865-25 novembre 1903), est considéré comme le fondateur du nationalisme basque, des symboles nationaux basques - drapeau basque (ikurriña), du nom de la nation basque (Euzkadi), des prénoms basques utilisés aujourd'hui, d'un nombre important de néologismes (Aberri, Abertzale, etc.) et du parti nationaliste basque, EAJ-PNB. 

Il se distingue également par sa religiosité, son attitude anti-libérale et anti-socialiste, son rejet du colonialisme (surprenant en cette fin du XIXe siècle européen).

En 1897, Arana appela de ses v½ux l’union des Basques « pour le salut de la patrie commune, c’est-à-dire de la race elle-même ». Il créa le néologisme Euzkadi pour désigner cette nation basque réunissant des peuples vivant dans des territoires ayant jusqu’alors connu des destinées relativement séparées mais parallèles, et, pour rompre avec le vocabulaire de l’Ancien Régime, il parla de « guerre de conquête » contre Euzkadi, de « lois basques » (et non plus de fors), et enfin d’« indépendance ». Ainsi, l’Espagne devint, pour la première fois, une puissance étrangère dont il fallait se séparer. Ce qui fut interprété par ses sympathisants comme un progrès fondamental du peuple basque, qui, enfin, osait reconnaitre sa différence.

Son idée principale fut de distinguer radicalement les peuples (races) basque et latins et de plaider pour l’indépendance politique de la première. (Il convient de rappeler qu'au XIXe siècle, le terme de "race" était couramment employé en Europe pour désigner les peuples.)

 La logique du nationalisme de Sabino Arana Goiri conduit à une confrontation radicale avec l'idéologie de la souveraineté étatique, qui a triomphé en France en 1789, et a pénétré en Espagne avec les troupes napoléoniennes. L'objectif ultime est et reste la liberté du peuple basque, soit sous forme de séparatisme, soit sous la forme du pacte d'association (tel qu'il existait avec la France ou l'Espagne avant 1789). C'est dans cette même optique que Sabino Arana condamne fortement le colonialisme sous toutes ses formes (alors qu'en même temps un homme de gauche convaincu, républicain et lâïc, comme Jules Ferry, le soutient), prend fait et cause en faveur des Hottentots d'Afrique du Sud, et félicite les États-Unis pour l'indépendance de Cuba. Rejetant le libéralisme, il inspire la fondation du syndicat basque ELA-STV. 

Ainsi parlait Sabino Arana :

"beaucoup sont les basques qui ne parlent pas l'Euskara: c'est mauvais. Mais plus sont les "maketos"(1) qui le parlent: ça c'est pire"
"Si on nous donnait à choisir entre un Pays Basque rempli de "maketos"(1) qui parlent le basque, et un Pays basque rempli de basques qui parlent "erdera"(2), on choisirait sans doute la deuxième, parce qu'il vaut mieux la race basque avec des accidents "exotiques" qui pourraient s'éliminer et se substituer par les natifs, qu'une race exotique avec des accidents naturels qui jamais ne pourraient être éliminés"

(1) Maketo: péjoratif pour la "race" non basque inmigrant au Pays Basque (française, espagnole, etc.)
(2) Erdera: autres langues que le basque (français, espagnol, etc.)

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Publié en 2000 aux éditions l'Harmattan par Jean-Pierre Santini " Front de Libération Nationale de la Corse " sous-titré "De l'ombre à la lumière" est l'un des rares ouvrages écrit par un acteur du mouvement national corse accordant la priorité aux questions doctrinales sur les récits de faits d'armes et autres péripéties politiciennes. Il constitue donc un remarquable outil de formation politique dont il convient de proposer l'étude ( et la critique ), notamment aux plus jeunes militants. L'ouvrage décrit en détail la genèse et les fondements théoriques de la lutte de libération nationale corse contemporaine aboutissant à la création du FLNC, puis en relate les différentes phases jusqu'en 1999 et les prémices du "processus Matignon". L'auteur analyse longuement les contradictions idéologiques qui entraineront les secteurs majoritaires de la mouvance nationaliste vers les errements des années 90, les dérives à la fois réformistes et militaristes allant de pair malgré les apparences et les discours officiels. La principale confrontation opposera, peu après la création du FLNC, les tenants de la notion de "droit à l'autodétermination" du peuple Corse ( hypothétiquement reconnu par la puissance occupante ) comme "point d'arrivée" de la lutte et ceux qui défendront le principe de l'affirmation de la Souveraineté nationale par des institutions politiques corses, issues du peuple Corse et seules légitimes à ses yeux comme aux yeux du monde. La différence qualitative entre "sentiment national" ( l'on dirait aujourd'hui identitaire ) partagé par la majorité des Corses et "conscience nationale", apanage d'une minorité, expliquant la victoire des premiers sur les seconds.