NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

L'8 di dicembre ,festa naziunale corsa

12-06-2013

« L’année 1735 est une année importante pour la Corse et les Corses. La Corse se voit doter pour la première fois d’une constitution alors qu’elle était jusque là sous occupation génoise.

Il faut se rappeler qu’à l’époque les plus grandes puissances étaient régies par des monarques de droit divin où tout principe de souveraineté nationale était nié.
Le 30 janvier de cette année 1735, au Convent Sant’Antone di a Casabianca, est votée la première Constitution de la Nation Corse, et l’indépendance proclamée.
Lors de cette Cunsulta, le 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception, sera déclaré « Festa di a Nazione » en hommage à la Vierge Marie qui assurera la protection de cet espace libéré.
La figure de la Vierge Marie et le visage de la Nation se sont mariés dans notre hymne national, le « Dio vi salve Regina », pour offrir un espoir à ceux dont l’avenir est menacé.
Nous voulons aujourd’hui signifier que nul n’a le droit de s’approprier la mémoire commune et les gestes patriotiques qui ont institué le respect et la liberté, les occulter, les reléguer dans l’oubli, relève d’une involution archaïque des plus graves.
Près de 3 siècles plus tard, les Corses n’ont pas oublié leur glorieux passé, c’est pour cela que nous nous devons de célébrer l’Ottu di Dicembre afin d’honorer la culture et la Nation à laquelle nous appartenons.
Et il est aujourd’hui de notre devoir que de connaître notre histoire. Se souvenir c’est s’inspirer de notre passé pour ouvrir un avenir a une communauté en proie au doute. »

Nous avons décidé de reprendre aujourd’hui ces quelques phrases, o combien justes, issues d’un tract distribué en 2006 par la Ghjuventù Indipendentista.

Cette année, cette fête Nationale et Chrétienne corse prendra tout son sens alors que notre culture et notre, pourtant indiscutable, héritage chrétien semble être remis en question par un puissant lobby maçonnique ayant pour but de déconstruire l’identité corse pour la remplacer par des valeurs mondialisées et standardisées. Les nombreux soutiens qu’a reçus Anthony Limelette après son affiche blasphématoire étant là pour nous le rappeler de façon brutale.

Il est donc important que les corses se mobilisent pour fêter comme il se doit l’8 di Dicembre mais également pour en comprendre son sens profond et se rendre compte de l’indissociabilité du fait religieux et culturel dans notre ile.
Nous pourrions d’ailleurs même étendre cette indissociabilité au bassin méditerranéen puisque ce 8 Décembre est un jour important, et d’ailleurs officiellement férié, en Italie et en Espagne.
Malheureusement pour la Corse, elle est Française… Encore une fois nous voyons à quel point la colonisation française nous a fait sortir de notre socle identitaire naturel. Et il est malheureux que quelques « esprits éclairés », pourtant bien de chez nous, se complaisent à relayer ce message contraire à nos valeurs.


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSejVg0zx-1Whx4lUAXatX7EZeJbmIqHxSfRQEPcgEhjuq6QqeW9g



Aujourd’hui il est temps de dire clairement à ceux qui se revendiquent d’un fondamentalisme laïc typiquement français, qu’ils ne peuvent en même temps se revendiquer de la Nation corse.

 

A SQUADRA

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

" Que les auteurs soient engagés ou non, que les temps soient à la la paix ou à au conflit, aucun écrit n'échappe à son contexte.Toute littérature, parce qu'elle participe à la vie de la cité, est un indicateur de premier choix sur les courants de pensée qui traversent habituellement les sociétés. Elle procède, par évidence, du politique... Suivant ce fil rouge qui lui est cher, l'auteur est remonté aux sources de l'imaginaire national corse et, pour en tracer les contours, a interrogé l'histoire littéraire insulaire. Depuis la "giustificazione" du père Salvini au XVIIIe siècle-pour servir à la défense des Corses face aux génois devant les cours européennes notamment- jusqu'aux romans des auteurs de l'entre-deux-guerres et au delà, il montre, à travers la présente étude, combien les figures de cet imaginaire sont prégnantes et opérantes."