NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

14/07 : A chi campa in a mimoria un more mai

14-07-2013

 

        Un eranu tanti numerosi stu 14 di lugliu, i patriotti corsi à u cunventu San Antone di a  Casabianca, induve Pasquale Paoli fù elettu "generale di a Nazione" u 15 di lugliu 1755. Anu sventulatu quantunque parechje  bandere, piazzate da militanti di l'associu "Ponte Novu" sempre mubilizzati per a mimoria di u nostru populu.

  Per Francè Neviani, di u scagnu di l'associu," tocc'a noi tutti à fà campa a mimoria. U 14 di lugliu hè una festa Naziunale Corsa ! "

 

Per 2014, si spera chi sera mess'in ballu una vera cumemurazione in giru à s'impurtantissima stonda di a nostra storia.

 

a Squadra

 

1013451_550601548310575_1938582999_n.jpg

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Le journaliste José d'Arrigo a effectué l'essentiel de sa carrière comme grand reporter au Méridional, mais aussi comme correspondant en Provence de grand journaux parisiens. Il enseigne le journalisme à l'université d'Aix-en-Provence et intervient dans l'émission de France 2 "Faites entrer l'accusé". José d'Arrigo n'a donc pas le profil d'un dissident réfractaire par principe au politiquement correct. La lecture de son ouvrage "Faut-il quitter Marseille ?" paru en avril 2015 n'en présente que plus d'intérêt au vu de la teneur générale de son propos. Une année durant, José d'Arrigo a interrogé des marseillais de toutes origines, confessions et bord politiques sur leur sentiment au sujet de leur ville et de son avenir. Le constat est quasi unanime et sans appel : Marseille vit sous le signe de la peur, de la violence généralisée sous toutes ses formes ( de l'omniprésente petite délinquance aux guerres du moyen et grand banditisme ) de la tiers-mondisation, la corruption. Une situation irréversible, au vu des évolutions démographiques et sociologiques qui constitue à moyen terme le terreau de l'implantation d'une contre-société, puis de contre-pouvoirs inspirés d'un salafisme "intégrant" et catalysant ces différents aspect du chaos, financés et téléguidés par des agents extérieurs, selon un processus éprouvé en maintes régions du monde.