NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Théodore de Neuhoff, roi de Corse !

Le baron Théodore de Neuhoff, né le 25 août 1694 à Cologne, est un aventurier politique allemand, qui devint, de façon éphémère, sous le nom de Théodore Ier, le premier roi de l’histoire de la Corse. En mars 1736, à bord d’un bâtiment britannique armé de quelques fusils et de canons, il débarque à Aléria, où les représentants locaux viennent lui rendre hommage. Le 15 avril, à Alesani, il est élu roi de Corse et approuve une constitution monarchique qui prévoit un impôt modeste, une université, un ordre de noblesse et l’accession des Corses à tous les emplois publics. Acclamé et placé sous l’invocation de la Trinité et de l’Immaculée Vierge Marie, Théodore prend son rôle très au sérieux. Ainsi, et bien qu’il n’ait pu totalement s’acquitter des services des grands chefs de la Corse, il acquiert une certaine popularité auprès du peuple.

Traité de Versailles, l' accord de la honte

Le 15 mai 1768 est signé le traité de Versailles, entre la république de Gênes et le royaume de France. Cet ignoble accord, illégitime, prétend léguer la gestion à la France de la Corse, alors indépendante et sous le régime de Pasquale Paoli. Mais Gênes ne pourra jamais rembourser les campagnes militaires orchestrées par le royaume de France contre la nation Corse. Le père de la nation, Pasquale Paoli dira alors : « Jamais peuple n'a essuyé un outrage plus sanglant... On ne sait pas trop qui l'on doit détester le plus de celui qui nous vend ou de celui qui nous achète... Confondons-les dans notre haine puisqu'ils nous traitent avec un égal mépris »

profanation de la stele de JEAN NICOLI

11-12-2011
La profanation de la stèle dédiée à Jean Nicoli a suscité l'indignation de tous les Corses , héritiers d'une culture dans le respect des morts tient une place essentielle . Cet acte odieux doit etre l'occasion d'un travail de mémoire à destination de notre jeunesse qui souvent ignore son histoire .Il est donc du devoir de chaque citoyen de ne pas oublier et de transmettre la vérité afin que personne ne puisse dire : je ne savais pas !!

costituzione del Regno di Corsica (1794 )

I Rappresentanti del Popolo Corso, Libero, ed indipendente, legalmente radunati in Assemblea generale, e specialmente autorizzati a formare il presente Atto Costituzionale, lo hanno unanimemente decretato sotto gli auspici dell’Ente Supremo, e nella maniera che segue : TITOLO I - DELLA NATURA DELLA COSTITUZIONE, DE’ POTERI CHE LA COMPONGONO Art. 1 – La Costituzione della Corsica è Monarchica, secondo le seguenti Leggi fondamentali. Art. 2 – Il Potere Legislativo risiede nel Re, e nei Rappresentanti del Popolo legalmente eletti, e convocati. Art. 3 – La legislatura composta del Re, e dei Rappresentanti del Popolo, ha il nome di Parlamento; l’Assemblea dei Rappresentanti del Popolo ha il nome di camera di Parlamento, ed i Rappresentanti hanno il nome di Membri di Parlamento.

Anton Francescu Filippini, puéta e militante

Anton Francescu Filippini, puéta e militante di a cultura corsa : Anton Francescu Filippini , natu à San Niculao di Moriani , u 14 di lugliu 1908 , da ceppu anticu isulanu, cultivo , fin da giovanu a lingua materna: e so prime puésie patriotiche so di 1924 . Fece parte di u muvimentu autonomista di "A MUVRA ", participendu a a campagna di riscossa spirituale di a Corsica . In 1926, fu segretariu di rédazione di a rivista "L'ALTAGNA" , diretta da Prete Dumnicu Carlotti .

1797 - 1798 : révolte contre révolutionnaire

Il est dans l'Histoire de la Corse des héros que l'on oublie pas. Agustinu Giafferi fait partie de ceux-là. A un âge canonique, lui, le vieux soldat, il a répondu présent à l'appel de la Patrie en danger. Et face aux fusils français du peloton d'exécution, il a eu la force de dire ce qu'il pensait. Suite à la révolution française de 1789, la Corse, à l'image de ce qui se passe en France connaît un regain de répression anti-religieuse. On tente d'interdire aux Corses de pratiquer leur religion. Dans les églises, les vases sacrés sont confisqués ainsi que les cloches qui de toutes les manières n'avaient plus le droit de sonner…

Sambucucciu d'Àlandu héros insulaire

Originaire du village d'Àlandu dans la pieve du Boziu, Sambucucciu d'Àlandu a pris la tête de la révolte anti-féodale de 1357. Durant ces révoltes populaires tous les Seigneurs furent pourchassés et les chateaux détruits, du moins temporairement. Les hommes de guerres appelés caporaux, capurali en corse, remplacèrent les seigneurs de l'île. Cependant les seigneuries se rétablirent dans le Sud de la Corse, A Terra di i Signori, et dans leCap Corse. Le centre de l'île, fut appelé lui Terra di Comune, ou Terra del Comune, en référence à la commune de Gênes, dont les partisans de la révolte se placèrent sous sa protection.
Page(s) - 1 - 2 - 3

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

L'indépendance de la Corse ? « Les Français ne seraient pas contre ! Mais ne le répétez pas, ça va encore faire un incident ! » (Ségolène Royal à l'humoriste Gérald Dahan, en 2007). Mais rendez-la nous notre indépendance ! Voilà plus de 240 ans que la France a conquis la Corse par les armes et nous ne sommes toujours pas considérés comme des Français à part entière. Pourquoi cela ? Pour la simple et bonne raison que nous ne sommes pas français. La Corse est un royaume depuis des temps immémoriaux. Dans son commentaire de l'Enéide, Servius, citant Varron, écrit que le premier roi de Corse et de Sardaigne fut Phorcus, fils de Neptune et de la nymphe Thosée.