NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Corse / Qatar à Paris !

05-02-2015


  Ce mercredi 4 février, le Sporting Club de Bastia s'est qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue de Football Professionnel au terme d'une partie haletante face à l'AS Monaco. Plus de 4000 corses, venus de l'ile ou de l'hexagone, avaient effectué le déplacement, preuve s'il en est que le SCB , bien au-delà d'un club sportif, demeure l'un des principaux marqueurs identitaires du peuple Corse. C'est à ce titre qu'il est persécuté par les instances dirigeantes du football français ainsi que par les médias dominants.


La finale de la coupe de la Ligue se déroulera le 11 avril au Stade de France; Le SCB sera opposé au Paris Saint Germain. Il s'agira donc d'une rencontre à forte dimension symbolique entre un club incarnant des valeurs identitaires et populaires et une entreprise capitaliste française propriété de l'émirat wahabite du Qatar. Chacun a en mémoire les banderoles déployées par les supporters bastiais lors de la dernière rencontre opposant les deux équipes, le retentissement mondial de cette manifestation de conscience politique...et l'éclatante victoire du SCB sur les mercenaires millionnaires du Qatar Saint-Germain.


Supporters Corses arborant fièrement le drapeau Corse, le drapeau du Front de la Solidarité Européenne pour la Syrie et le drapeau russe lors du déplacement Monaco / Bastia

10427306_773892376012774_3668650722197628217_n.jpg


 Le Paris-Saint Germain est présidé depuis novembre 2011 par Nasser Al-Khelaïfi , par ailleurs président de Qatar Sports Investment, de beIN média Group, et membre du comité d'organisation de la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Mr Al-Khelaïfi n'est pas francophone et le Qatar ne s'est emparé du PSG qu'à contre-coeur,lui préférant au départ des clubs anglais, italiens ou espagnols plus prestigieux au niveau européen. Mais cette prise de contrôle s'inscrit dans une démarche globale de "soft power" et d'investissements de l'émirat en France, initiée par l'ancien président Sarkozy et l'émir Hamad Al Thani. Pour vaincre les réticences qatariennes, les autorités politiques et sportives françaises ont à l'époque lancé une vaste campagne de répression des groupes de supporters parisiens, considérés comme politiquement incorrects et susceptibles de s'opposer à la vente de leur club à des émirs enturbannés.  Les groupes ultras historiques ont été remplacés par d'autres, plus "divers", subventionnés par le club, plus en phase avec la  politique d'investissements massifs dans les banlieues menée par les nouveaux patrons. Il s'agissait d'éviter au Qatar les désagréments subis au FC Barcelone, où les "socios", actionnaires du club catalan, s'opposent à la main-mise de l'émirat.  En outre, le Qatar siège  via le PSG à la Ligue de Football Professionnel, présidée par le grand ami de la Corse Fréderic Thiriez. 

http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/node-story/psg-qatar.jpg


La République Française et l'émirat du Qatar sont deux protectorats américains, unis par de multiples liens commerciaux et de corruption, conjointement engagés dans des théâtres d'opérations guerriers répondant aux objectifs atlantistes.


Le 11 avril prochain, par joueurs de football interposés, le Peuple Corse et la Testa Mora défieront donc sur son terrain la coalition formée par le Qatar, l'état français,le wahabisme, les pétro-dollars et l'arrogance jacobine.


TUTTI IN PARIGGI  L' 11 D'APRILE !


A Squadra


Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Depuis les années 1960, les choix en matière de politique étrangère états-unienne ont conduit à la mise en uvre d'activités criminelles, et à leur dissimulation, tantôt partielle parfois totale. Dans ses précédents essais, Peter Dale SCOTT a témoigné de l'implication de la CIA dans de graves exactions, dont différents coups d'État, ou dans la mise en place d'une véritable géopolitique de la drogue et des guerres qu'elle permet de financer. Il sonde ici la manière dont les décisions, irrationnelles (voire paranoïaques) et à courte vue, prises par les Présidents américains depuis Nixon ont engendré une plus grande insécurité dans le monde, notamment en renforçant les réseaux terroristes responsables des attentats de 2001.