NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Catholicité Corse, publique et revendiquée !

21-03-2016

Fête de la Madunuccia d'Aiacciu, San Ghjiseppu à Bastia, dimanche des Rameaux dans toute l'ile, trois jours durant, les Corses ont par milliers processionné dans les rues, se sont rassemblés sur les places et les parvis, autour de leur évêque, de leurs prêtres, de leurs confréries. Trois jours durant ils ont occupé l'espace public, leur espace, celui ou se rassemble la Communauté du Peuple, soudée autour d'une Foi et d'une Civilisation. Notables et personnalités politiques de toutes tendances ont tenu cette année encore à manifester leur proximité avec leurs concitoyens. Trois jours durant, le monde de la marchandise s'est éclipsé, les antagonismes se sont estompés, les barrières sociales se sont affaissées, le mur de l'Argent s'est lézardé et la communauté s'est retrouvée. Ces démonstrations de religiosité populaires marquèrent une fois de plus un ancrage sociétal et historique de la Corse s’exonérant du cadre colonial et étranger de la laïcité républicaine française : A Bastia, une délégation de l'l’Archiconfraternita del Santissimi Sacramento e Maria Santissima del Carmine in Trastevere, venue de Rome pour participer à la San Ghjisè symbolisa le lien spirituel et civilisationnel indéfectible unissant notre nation à la Ville Éternelle. A Aiacciu, le maire et ses adjoints renouvelèrent le serment  des Magnifiques Anciens, une tradition séculaire de dévotion à la Vierge abolie par l'ancienne majorité de gauche, et dont le rétablissement l'année dernière avait suscité l'indignation du Parti Communiste Français et des officines laïcardes.

De telles manifestations "politiquement incorrectes" selon les normes parisiennes, tranquillement assumées et fièrement revendiquées, constituent l'un de ces mille signes implicites mais perceptibles, d'une émancipation collective, d'une séparation mentale d'avec les principes crépusculaires régissant la vie sociale hexagonale.

En Corse, la Catholicité est chez elle, elle ne s'excuse pas d'exister, ne fait pas profil bas, ne laisse pas la place. Il en sera éternellement ainsi...

A Squadra


Le v½u des Magnifiques Anciens d' Aiacciu  :

"Au nom du seigneur,

les Magnifiques Anciens de la communauté d'Ajaccio ont solennellement accepté et acceptent la Très Sainte Vierge Marie de la Miséricorde pour protectrice, Patronne et Avocate de cette cité, pour toutes les circonstances, besoins et nécessités spirituels et temporels de la ville et plus particulièrement pour les circonstances malheureuses de l'épidémie qui surgissent journellement avec violence dans la ville de Gêne et qui pour nous sont imminentes car nous sommes désormais entourés de toutes parts, et espérons être défendus et protégés en toute circonstances par la Bienheureuse Vierge Marie.
Contre sa protection, les Magnifiques Anciens jurent par v½u solennel au nom de la susdite communauté et population d'Ajaccio de fêter et d'observer comme fête solennelle le jour du 18 mars chaque année de façon perpétuelle.

Les Magnifiques Anciens et tout le peuple prient la Très Sainte Vierge Marie de bien vouloir se souvenir de cette promesse et d'intercéder auprès de Son Très Saint Fils pour que Sa Très Sainte Miséricorde pardonne les péchés de tout le peuple et de la ville et les libère de l'épidémie et de toute pestilence, qu'il les protège et les défende maintenant et pour toujours de ce fléau et de tout autre mal.

Amen "


Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La Nouvelle Revue d'Histoire ( NRH ), fondée en 2002 par le regretté Dominique Venner, se distingue de nombre de ses concurrentes par une liberté de ton qui lui permet de présenter des travaux de qualité, accessibles au grand public, non pollués par le politiquement correct ou les dogmes idéologiques du moment. Elle propose des pistes de recherches et des lectures complémentaires originales et courageuses, hors des sentiers battus. Le numéro Hors-Série numéro 11 ( automne hiver 2015 ), consacré aux "Peuples fondateurs de l'Europe" ne fait pas exception à la règle. Il ambitionne, selon Philippe Conrad, son directeur, "rappeler aux Européens qui ils sont et d'où ils viennent". L'éditorial évoque des Européens se voyant assigner la place de simples provinciaux et consentants au sein du grand marché mondial légitimé par l'utopie libérale. L'on appréciera particulièrement les articles consacrés à l'héritage grec, l'esprit de Rome et les racines celtiques et germaniques. La question catalane-espagnole est également abordée de manière ouverte.