NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Le Prêtre et le Paysan

01-03-2016

L'édition 2016 du salon de l'Agriculture qui se déroule à la Porte de Versailles, à Paris fut, comme de coutume, révélatrice d'un état d'esprit général et des antagonismes profonds qui traversent les sociétés occidentales. L'agriculture corse y était comme chaque année représentée.  Une délégation d’évêques a tenu a venir soutenir le monde paysan. Pour Mgr de Germay, évêque d'Aiacciu pour la Corse, qui a participé à cette mobilisation, notre pays a -relativement- échappé au modèle mortifère en vigueur dans l'hexagone.

"En Corse aussi les difficultés ne manquent pas. Le monde rural connait une désertification grandissante et préoccupante. Pourtant, en rendant presque impossible une industrialisation de l’agriculture, la configuration géographique de l’Ile a favorisé l’émergence d’un modèle de développement plus harmonieux. Le choix a été fait de préférer la qualité à la quantité en réinvestissant les savoir-faire agro-pastoraux traditionnels. Cette option semble séduire des jeunes fortement attachés à la préservation de l’identité corse. Elle a surtout l’avantage de pouvoir plus facilement concilier productivité et respect de l’environnement, tourisme et agriculture. Même si cela reste un défi, une opportunité se présente pour développer l’agriculture dans le cadre d’une vision globale qui n’oppose pas rentabilité, qualité de vie, soutien du tissu social et écologie."

Étrangers à la paysannerie et au monde du travail en général, le président de la République Française et les hiérarques socialistes furent accueillis dans le mépris que suscitent les laquais chez les hommes libres, mais aussi et surtout par la révolte engendrée par ce renversement de l'ordre traditionnel qui dans le monde moderne rabaisse le paysan au rang d'esclave des banques et des intermédiaires.


Matraques et CRS pour protéger les hiérarques du régime de la colère paysanne.

Afficher l'image d'origine

Le soutien au monde agricole exprimé par la frange de l'épiscopat la moins gangrenée par le progressisme doit être interprété dans sa dimension ESSENTIELLE, excédant la difficile conjoncture actuelle. A Paris, avant-poste européen de la Subversion et de l'Inversion, il symbolise le lien indéfectible, d'ordre métaphysique, intemporel, unissant le Prêtre et le Paysan et, à travers eux, la Terre et le Ciel, la Nature et la Sur-nature. Autour de cet axe vertical, manifestation de la Tradition au sein du monde visible protégé par la caste des guerriers, se développe et rayonne une Civilisation authentique,organique, impériale.

Cette union du Prêtre et du Paysan est donc la cible privilégiée et quotidienne des attaques des forces obscures du Chaos et de leurs agents opératifs ( banquiers, capitalistes, politiciens .. ) placés en ces temps de fin de cycle au sommet des hiérarchies sociales de l'anti-civilisation occidentale.

C'est autour des figures axiales du Prêtre et du Paysan que l'Europe survivra à la "descente aux enfers" des temps présents et amorcera sa renaissance civilisationnelle, vers le rétablissement de l'Ordre.

A Squadra


Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans cet ouvrage, l'auteur s’efforce de mettre en exergue les raisons et les faits marquants de l’aventure coloniale française en Algérie, au Maroc et en Tunisie au XIXème et au XXème siècle. Il décrit les grands moments de la conquête de ces territoires, la politique erratique de la « Grande Nation », rappelle leurs statuts sous la domination française et leur émancipation dans la deuxième partie du XXème siècle. Ce livre comporte aussi quelques indications sur la présence des Corses dans le fait colonial et les répercussions de celui-ci dans l’île. Enfin, il propose une réflexion sur la thématique de la colonisation et de la décolonisation. Sa conception est originale en ce qu’elle privilégie la narration de faits peu connus et ne s’attarde pas trop longuement sur un panorama chronologique brossé dans tous les bons manuels d’histoire des lycées.