NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Vers un nationalisme corse "neutralisé" ?

31-07-2017

Le parti unique autonomiste FEMU A CORSICA a été lancé ce samedi 29 juillet à l'issue d'une réunion à l'université de Corti rassemblant plusieurs centaines de personnes.

Cette démarche est présentée par ses initiateurs comme une étape importante pour une large victoire aux élections territoriales de décembre prochain. L'unification de groupes autonomistes que rien ne distingue sur le fond relève d'une logique élémentaire pour une efficacité accrue sur le terrain dès lors que le leadership du président de l'exécutif M. Simeoni n'est pas contesté.

Mais cet aggiornamento semble en cacher un autre, beaucoup plus essentiel quant à l'évolution de la lutte nationale corse. La nouvelle structure met en avant sa volonté "d'ouverture" à des hommes et des groupes politiques d'origine diverses ralliés à l'autonomisme et, plus important encore, la possibilité de gouverner la Corse avec des forces ne se réclamant pas de la Nation.

Cette orientation, non souhaitée par la base et imposée par la direction de Femu, aura pour résultat mécanique la marginalisation ( souhaitée ? ) du courant indépendantiste, réduit à un rôle de caution supplétive, parallèlement à l'éviction des vieilles écuries jacobines en déshérences.

Divisés et "tenus" par leurs partenaires de ne pas s'écarter du politiquement correct, les indépendantistes ne semblent pas pour l'heure en mesure d'inverser le rapport de forces au sein du mouvement national.

Le micro "coup d'état politique" mené sur le modèle macronien répond de toute évidence à des injonctions excédant les stratégies électorales, visant à dépolitiser le nationalisme, le vider de toute substance pouvant constituer un frein ou une résistance à la "gouvernance globale". Le courant autonomisto-libéral a fait allégeance aux centres de pouvoir politiques globalistes institutionnels ( République Française, Union Européenne ) avec lesquels il entend négocier quelques-illusoires- dérogations au rouleau compresseur totalitaire qui broie les peuples européens.

Très significative était la présence médiatisée de la petite organisation Pudemu, liée à l'apparatchik de l'UE Henri Malosse, aux côtés de représentants de "forces économiques" diverses et variées. M. Malosse est aujourd'hui engagé dans "l'antiracisme" en Corse. De même, l'on peut constater la présence au premier plan d'éléments ayant siégé au parlement européen au sein d'Europe Ecologie, une officine atlanto-mondialiste dirigée par l'agitateur gauchiste Cohn-Bendit. L'on notera également  qu'à partir de cette restructuration les termes NAZIONE et NAZIUNALE disparaissent- là encore de manière très symbolique-  de tout les intitulés des formations du nationalisme institutionnel.

La configuration qui se précise sera, sauf surprise, celle qui prévaudra lors de la prochaine mandature. Elle constitue une étape nécessaire au sein d'un processus historique. Une étape destinée à être dépassée par l'accélération des dynamiques chaotiques, des "Chocs de l'Histoire" et des luttes de masse qui donneront force et légitimité aux courants sécessionnistes et authentiquement nationalistes.

A Squadra






Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Juriste, avocat et talentueux écrivain insulaire , Philippe Chiaverini nous incite, dans le roman "Dictature molle", à une réflexion sur les ressorts de la chape de plomb étouffant la vie intellectuelle et l'être profond des sociétés ouest-européennes "évoluées", mais qui, comme de juste, commence à se lézarder sous le propre poids de ses contradictions. La "raison d'état" se révéla dans l'Histoire comme l'un des fondements de l'édification de sociétés d'Ordre et d'Harmonie, tournées vers la transcendance et le dépassement de la dimension "humaine trop humaine" et en réalité, tendant vers l'infra-humain, qui régit le monde occidental actuel. Les préoccupations qui inspirent les organes politico-administratifs dans lesquels se meuvent les protagonistes de Dictature molle, se révèlent cependant d’une nature bien différente de celle qui sous-tendait l’action de leurs prédécesseurs ante-révolutionnaires. C’est l’expérience qu’en fait, de manière plus ou moins consciente, Georges Roseau, jeune cadre administratif qui commence une carrière de bureaucrate comme chef de pôle à la sous-préfecture de Brive-la-Gaillarde. Empli de l’importance de ses fonctions qu’il considère comme essentielles à l’accomplissement du Service public, auquel il voue un culte, il se fait le relais empressé des conceptions d’une hiérarchie qui juge que le libre-arbitre est une notion trop aléatoire pour se dispenser de mettre la population sous une tutelle, forcément bienveillante, qui pénètre les détails les plus anodins de l’existence.