NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Henri Malosse, candidat de "l'état profond"?

16-02-2017

 Un candidat atypique à la candidature pour les prochaines élections législatives s'est déclaré via le quotidien unique. Il s'agit d'un certain Henri Malosse, ancien président du Conseil Economique et Social Européen ( CESE ). Mr Malosse inscrit sa démarche dans le sillage de celle d'Emmanuel Macron, une créature des mafias financières, ex-cadre de la banque Rothschild, programmé pour diriger la France avec le parti mondialiste d'extrême centre En Marche.

,Mr Malosse évolue depuis plusieurs décennies au sein des cercles de pouvoir réels de l'UE. Il  fait partie des quatre français interdits de séjour en Russie, car considéré par le Kremlin, plus que nombre de personnalités en vue, comme un acteur important de "l'état profond" atlantiste en Europe . En compagnie de 89 autres personnalités de l'UE, il est incriminé pour sa participation active au coup d'état mené à Kiev en novembre 2013-février 2014 contre le gouvernement ukrainien élu, opération financée et menée par les services secrets et ONG américains via des groupes d'opposition ukrainiens affiliés, mais aussi pour son activisme en faveur des mesures de rétorsion économiques prises par l'UE à l'encontre de la Russie dans la perspective d'une déstabilisation du régime national de Vladimir Poutine.

Mr Malosse a participé à des manifestations du Maïdan et appuyé le principe des sanctions économiques contre la Russie. Le CESE est un organisme consultatif censé représenter "la société civile" et donner une apparence de démocratie à l'UE. La "société civile" est également un concept désignant, dans le contexte subversif, les milieux financiers et les organismes non-militaires ( ONG, réseaux activistes de type OTPOR etc..) destinés à servir d'instruments des "révolutions colorées" visant à installer des régimes inféodés aux USA partout dans le monde. Conscient du danger, le gouvernement russe a promulgué une loi destinée à restreindre les activités des organismes liés-officiellement ou non- à l'impérialisme occidental.

Après une tentative avortée auprès de Paul Giacobbi, Henri Malosse ambitionne de nouveau de jouer un rôle dans la vie politique insulaire officielle. Il est également très présent sur le front de  l'immigrationnisme et de "l'anti-racisme" subventionné. Le 6 août dernier, il participait à la "marche blanche contre la barbarie" organisée par l'officine Avà Basta et un énigmatique collectif Intermed, regroupés au sein d'une entité dénommée "collectif citoyen I paceri". Il était également présent  le 11 février dernier à une réunion bastiaise d'un collectif "anti-fasciste" Toutes ces structures ont pour objet principal, outre la captation d'argent public, l'action propagandiste en faveur des dogmes de la matrice mondialiste et la lutte contre les opposants à ces dogmes, selon les principes du soft power.


                             L'immigrationnisme et le "vivre-ensemble" , instruments de domination du soft power mondialiste.

Résultat de recherche d'images pour

Dans son entrevue avec le quotidien unique ( édition du 14 02 17 ) Henri Malosse révèle l'un des axes principaux de sa vision politique : une Corse peuplée de 500 000  habitants, c'est à dire, en langage clair au vu des dynamiques démographiques actuelles, d'un peuple corse historique noyé par la colonisation de peuplement multi-formes.

A l'instar de Bruno Leroux, autre Young Leader interdit de séjour en Russie, actuel ministre de l'intérieur en France et à ce titre, en charge de l'agitation anti-Le Pen de l'entre-deux tours des présidentielles, M. Malosse pourrait avoir comme feuille de route en Corse la normalisation du nationalisme institutionnel, son ralliement au macronisme ainsi que la lutte contre le populisme et la revendication d'indépendance.

L'action politique de cet apparatchtik de l'UE qui s'opposa activement à l'autodétermination des peuples de Crimée et du Donbass ne saurait, sous ses dehors autonomistes et gestionnaires, être considérée autrement que comme contraire aux intérêts du peuple corse.

"L'état profond" atlanto-mondialiste, ( mis à mal par la victoire de D.Trump aux USA ) et ses agents demeurent, pour les peuples historiques d'Europe, des entités hostiles.

A Squadra 









Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Publié en 2000 aux éditions Denoël, "Pour solde de tout compte" se présente sous la forme d'un entretien entre deux responsables nationalistes de l'époque, Jean-Michel Rossi et François Santoni, et Guy Benhamou, journaliste du quotidien mondialiste parisien "Libération", en charge du dossier corse. L'ouvrage traite essentiellement de la face sombre du nationalisme corse au cours de la pénible décennie reliant les premières scissions survenues au sein du mouvement indépendantiste (1989 ) aux débuts du "processus Matignon"( 1999-2000). Au-delà des faits relatés qui concernent une époque révolue, des enseignements quant à l'avenir du mouvement national peuvent être tirés de la lecture de cet ouvrage controversé. L'idée d'Indépendance, revendiquée par le FLNC à sa création, constituait un mythe mobilisateur permettant de "lier le faisceau" des énergies nationales au sein d'un peuple ataviquement claniste et fragmenté . Son abandon implicite puis assumé dès le début des années 80 au profit d'une "solution de la question corse" d'essence autonomiste allait précipiter la dépolitisation, l'éclatement et la dégénérescence des structures politiques nationalistes clandestines et publiques.