NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Le Maroc islamiste et la Corse

19-10-2016

Pour la seconde fois consécutive, le parti islamiste Parti pour la Justice et le Développement a remporté les élections législatives marocaines et constituera l'ossature du prochain gouvernement de ce pays. Le PJD est indirectement issu de la confrérie des "Frères Musulmans" avec laquelle il a officiellement pris ses distances. Les "Frères "ne reconnaissent la légitimité d'aucun état, ni le titre de "commandeur des Croyants" que revendique le Roi du Maroc. Le PJD a donc choisi l'allégeance au régime chérifien, lequel tente de l'instrumentaliser comme contre-feux face au salafisme radical . Sur le plan diplomatique le récent rapprochement du Maroc avec la Russie en fait une cible potentielle de tentatives de déstabilisation ( "printemps arabe" ou  "révolution orange" ) téléguidées par les pétro-monarchies du Golfe et les USA.  Mais l'objectif du PJD demeure l'islamisation de la société marocaine et des communautés marocaines émigrées. Sa concurrence avec le salafisme le porte parfois à soutenir - en Espagne notamment- des revendications de communautarisme ostentatoire.

Une importante communauté marocaine vit paisiblement en Corse depuis une quarantaine d'années, appliquant peu ou prou les préceptes traditionalistes du roi Hassan II : ni assimilation, ni intégrisme. Un marocain émigré reste un marocain et un musulman, où qu'il lui soit donné de vivre et vit en bonne intelligence avec les sociétés d'accueil qu'il respecte et qui le respectent. Ces principes de bon sens - particulièrement adaptés au contexte corse- sont aujourd'hui mis à mal en Europe par la montée du salafisme et l'extension indéfinie de son terreau naturel, la délinquance de masse. Quelques questions méritent donc d'être posées au vu du silence entourant en Corse cette élection et de l'absence de toute information émanant des institutions officielles marocaines et françaises, comme des médias insulaires mainstream.?

-Quelles sont les tendances politiques dominantes de la communauté marocaine en Corse que traduiraient les résultats électoraux et notamment l'impact du PJD ?

-Quelles répercussions l'islamisation du Maroc peut elle avoir sur la communauté marocaine en Corse ?

-Quel lien avec l'apparition récente de signes ostentatoires de cette islamisation sur l'ile ?

-Quelle attitude adopter en cas de soutien gouvernemental marocain a des revendications islamistes en Corse ( vestimentaires, culinaires etc .. )? .

Le guvernu corsu soutenu par la population a pris des positions très fermes sur les revendications islamistes en Corse. Si les représentations officielles marocaines comme les responsables musulmans de Corse -liés au régime marocain - ont fait preuve d'un remarquable  sens des responsabilités ces derniers mois, la vigilance s'impose, alimentée par une information actualisée. L'islamisme de masse constitue une tendance lourde des temps à venir, difficilement gérable par quelque gouvernement européen que ce soit . Il est source de déstabilisation et de manipulation émanant de la "gouvernance globale" comme l'a mis en lumière l'offensive pro-burkini de cet été, relayée par les officines mondialistes. Le processus d'islamisation "par le bas" mis en œuvre dans toute l'Europe est basé sur une conquête territoriale articulée aux phénomènes de délinquance de masse ( chasser les "koufars"), et le trafic de drogue ( financement de l'activisme ). En Corse l'islamisme est une arme supplémentaire susceptible d'être utilisée contre notre peuple par l'état français. Le combat contre l'islamisme, son terreau naturel délinquant et la cause première de son émergence, l'immigration de masse comme phase ultime de la politique de colonisation de peuplement, s'inscrit donc pleinement dans les axes de réflexion guidant la lutte de libération nationale du peuple Corse.

A Squadra

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Figure archétypique de l'intellectuel-militant, animateur à Rome de l'institut d'études métapolitiques Polaris, Gabriele Adinolfi est l'une des principales personnalités du courant traditionaliste-révolutionnaire européen actuel. Dans ce petit ouvrage à vocation pédagogique de 80 pages, initialement édité en Italie, Adinolfi part du constat que dans le monde globalisé actuel, seul l'avènement d'une Europe forte et unie peut avoir la force nécessaire pour faire face aux différents blocs de puissance ( USA, Chine, pays émergents etc..). Cette Europe de nature Impériale est conçue comme Mythe, Nécessité, Identité et Alternative. L'auteur met en lumière les pièges que constituent l'eurosepticisme, le stato-nationalisme, un certain populisme invertébré, parfois instrumentalisés voire suscités par les ennemis historiques de la civilisation Européenne ( City londonienne etc ..). Le principal de ces pièges étant l'antigermanisme viscéral véhiculé par des anti-élites "occidentalistes" conscientes qu'un réveil de l'Allemagne porterait un coup fatal à leur domination. L'Union Européenne est certes définie comme un simple instrument institutionnel aux mains de cartels bancaires, loges, lobbys et réseaux agissant sous étroit contrôle des structures de pouvoirs atlantistes, mais ni plus ni moins que les états nations ou les institutions locales ( France hollando-sarkozyste , Italie de Renzi..).