NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Tricolore obligatoire

26-05-2013
Les sénateurs français ont voté un amendement du gouvernement prévoyant que "la devise de la République et le drapeau tricolore sont apposés sur la façade des écoles et des établissements d'enseignement du second degré publics et privés sous contrat." Cet amendement ayant force de loi sur tout territoire se trouvant sous la juridiction de la République française s'appliquera donc en Corse comme ailleurs.Les écoliers bastiais sont eux déjà assujettis depuis plusieurs années à ce douteux privilège. Au nom d'une non-discrimination également invoquée par les mêmes législateurs qui, selon toute probabilité, refuseront le principe de coofficialité de la langue corse pourtant adopté démocratiquement par une trés grande majorité des élus de la C.T.C.

Manuel Valls, l'identitaire...

06-05-2013
Chaque jour qui passe apporte désormais son lot de fiel déversé sur notre peuple par la caste politico-médiatique parisienne. Ce lundi matin s'y collait le ministre français de l'intérieur Manuel Valls au micro de la radio d'état France Inter. Interrogé par Patrick Cohen, le futur premier ministre à réaffirmé ce que nul ne peut nier : chaque peuple possède ses caractéristiques et ses penchants, bons ou mauvais, qui conditionnent son existence et déterminent ses formes d'organisation sociale.Selon Mr Valls, les Corses se caractériseraient par une culture de la violence,de la vengeance qui expliqueraient la récurrence des assassinats perpétrés sur l'île. Des propos somme toutes assez réalistes qui ne choqueront que les hypocrites. Cette culture de la vengeance et du banditisme, bridée par la fermeté de la "Ghjustizia Paolina" du temps de l'Indépendance, s'épanouit sous les auspices de la République Française à laquelle le "milieu corse" servit d'exécuteur des basses œuvres et de police parallèle, en métropole comme dans les colonies, voire en Corse même.

ghjuventù tocca a noi, pour la corsisation

20-04-2013
Mercredi 17 avril au matin, les jeunes nationalistes du mouvement "Ghjuventù tocca à noi" occupaient symboliquement et pacifiquement l'agence de Pole Emploi d'Aiacciu, afin de faire connaitre leurs préoccupations et revendications quant au chomage et la précarité touchant une grande partie de la jeunesse Corse. "Ghjuventu tocca à noi" entendait dénoncer la politique de décorsisation des emplois menée par l'institution coloniale, mais également les pratiques d'un certain patronat corse ( dont certains éléments se revendiquent nationalistes), mettant en oeuvre une préférence étrangère à l'embauche de leurs salariés dans un but évident de dumping social. Les travailleurs étrangers, français inclus,étant considérés comme plus malléables et corvéables que les jeunes Corses, qui peuvent eux s'appuyer sur leur famille et leur environnement social pour faire respecter leurs droits.

Serate per i prighjuneri in Corti è Bastia

15-04-2013
Serate "canti Corsi" per i prighjuneri pulitichi urganizate da a Ghjuventù Indipendentista in Corti ( 16 d'aprile Oriente ) è Bastia ( 19 d'aprile, Mam's caffè accantu à u "café riche" ) . Venite numarosi à sustene i patriotti corsi incarcerati !!

François Tatti, le poujadiste

14-04-2013
Dans un article publié sur son blog intitulé "affaires, crise du pouvoir, crise des partis" et largement relayé, l'adjoint au maire de Bastia et candidat aux prochaines municipales François Tatti surfe à son tour sur la vague "bleu Marine". Se faisant l'écho de la "vox populi", Mr Tatti fustige le ramassis de voleurs et d'escrocs qui constitue l'essentiel de la classe politique, tant hexagonale qu'insulaire. Particulièrement visés par sa diatribe, le PS et le Parti Radical de Gauche (PRG) dont il est membre depuis...1995 !

Inseme per Bastia et l'insécurité

12-04-0201
Alors que plus d'une année nous sépare des élections municipales, les premières gesticulations politiciennes commencent à égayer notre quotidien et faire le bonheur des vendeurs de papiers. A Bastia le groupe d'opposition Inseme per Bastia, emmené par Gilles Siméoni "monte au créneau" sur la question de l'insécurité,qui préoccupe les Corses. Aprés l'annonce fracassante de son boycott du prochain conseil municipal,Inseme dévoile ses orientations en matière de lutte contre la délinquance. Outre la réorganisation des services et acteurs affectés à ces questions,les nationalistes modérés, privilégient deux axes : la consultation des citoyens et une politique culturelle et linguistique favorisant le "vivre ensemble " et "l'intégration". L'apprentissage de la langue corse est donc sensé dissuader les délinquants d'agresser les vieilles dames.Une telle audace, une telle rupture du politiquement correct ne manquera pas d'inquiéter les gardiens du temple des "valeurs de la République", qui squattent la municipalité depuis tant de décennies.

Une bo-bo en goguette à Ajaccio

10-04-2013
La cité impériale aura le privilège d'accueillir le 20 avril prochain une figure éminente du "boboïsme parisien", Clémentine Autain, à l'invitation du mouvement de gauche autonomiste insulaire "a manca alternativa",pour un débat sur le thème "une autre politique est possible". Clémentine Autain est l'une des porte-paroles de la Fédération Pour une Alternative Sociale et Ecologique ( FASE ), un regroupement de petits groupes de la gauche pseudo-radicale, aujourd'hui intégré au Front de Gauche du sénateur ultra jacobin, Mélanchon.

"France-Corse" l'hommage du vice à la vertu

09-04-2013
Les momies politiques de l'association "France-Corse", non contentes de multiplier communiqués et apparitions médiatiques sans commune mesure avec leur poids réel dans l'opinion, ciblent de manière plus précise leurs adversaires sur leur site internet. Les syndicats nationalistes étudiants, coupables d'avoir revendiqué un avenir meilleur pour leur peuple, ainsi que le Rinnovu Naziunali, qualifié lui de "presque insurrectionnel" sont particulièrement visés dans ce qui s'apparente de plus en plus à des appels ouverts à la répression contre les opposants à la "République une et indivisible". Les rescapés de la C.F.R. rendant de ce fait un hommage mérité aux principaux acteurs de la lutte nationale.

GI : conférence suite évènements de Corti

06-04-2013
"Nous, les quatre militants de la Ghjuventù Indipendentista interpellés avant-hier lors de l’occupation de la sous-préfecture de Corti, tenons à remercier tous ceux (militants, sympathisants, structures ou personnalités publiques, de Corse ou d’ailleurs) qui nous ont apporté leur soutien. Au nom de la Ghjuventù Indipendentista, au nom de la jeunesse nationaliste et militante, au nom du droit qui est le nôtre à vivre sur cette terre et à prétendre y construire notre avenir, nous nous adressons aujourd’hui à notre peuple.

Camp militaire pour les jeunes nationalistes

05-04-2013
Quatre militants de la Ghjuventù Indipendentista qui, en compagnie de leurs camarades, avaient occupé symboliquement les locaux de la sous-préfecture de Corte ce jeudi matin, ont été interpellés sans ménagement par les forces de répression. Ces jeunes corses n'ont pas d'argent dissimulé en Suisse comme Cahuzac,n'ont pas détroussé de vieille dame comme les sbires de Sarkozy ni trafiqué d'élections comme Copé. Ils prétendaient juste rappeler à l'Etat français la volonté des Corses concernant l'officialisation de leur langue, un statut fiscal dérogatoire et autres revendications visant à assurer un avenir à notre peuple sur sa terre.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La « guerre des Maures »,ainsi que la malédiction d'Arrigo Bel Messere ( "Corsica non avra mai bene "), ont scellé le destin du peuple corse pour un millier d'années. Faisant partie de l'occident chrétien sans en accepter véritablement les fondements. Il s'accommodant de la religion de Rome comme de chaque nouvel envahisseur n'assumant jamais sa contradiction originelle. Il prendra l'apparence de la puissance dominante tout en gardant un système de fonctionnement interne propre, d'où des déchirures et des conflits : des Giovannali à Sambucucciu, des soulèvements cinarchesi à ceux de Sampieru, de Paoli à aujourd'hui. L'Ouvrage de Denis Luciani, sous-titré "aux origines du peuple Corse historique", met en lumière, à travers le mythe Colonna, la faiblesse fondamentale de notre peuple : une certaine incapacité à se référer à une dimension transcendante donc unificatrice, relevant de la première fonction traditionnelle - souveraineté et contemplation- intégrant anagogiquement tous les clans et groupes sociaux. Reconquérir une terre, refonder un royaume, conjurer la malédiction par le rattachement à un Ordre civilisationnel, le mythe Ugo Colonna, mais aussi le contexte de cette époque, qui, dans la réalité cyclique rythmant la vie des hommes et des sociétés, préfigurent celui de demain, parlent aux Corses d'aujourd'hui.