NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Bleu Marine et anti-corse

09-12-2014
La campagne pour l'élection municipale d'Aiacciu ( celle de mars 2014 a été annulée suite à des fraudes massives ) est lancée depuis quelques jours. La liste présentée par le Rassemblement Bleu Marine, regroupant des militants du Front National et des "personnalités d'ouverture" affiche des ambitions à la hausse, stimulées par la dégradation rapide de la situation sécuritaire dans la cité impériale et le sentiment croissant de dépossession et de marginalisation affectant de nombreux ajacciens. La liste Ajaccio Bleu Marine, emmenée cette fois par Mr Francis Nadizi, entend poursuivre son entreprise de siphonnage de l'électorat nationaliste par la mise en avant d'un corsisme cosmétique combiné au traditionnel discours sur l'immigration et l'islamisation. Cette stratégie "localiste" purement formelle et folklorisante autour du "spiritu aiaccinu" est destinée à masquer ce qui constitue le noyau dur de la doctrine du Front National, réaffirmé lors de son dernier congrès des 29 et 30 novembre dernier : l'assimilationnisme et la normalisation jacobine de toutes les populations vivant sur le territoire de la République Française. Cette ligne néo-chevènementiste héritée de la gauche laïcarde est rigoureusement appliquée dans tous les conseils municipaux où sont présents des élus marinistes, sous l'égide de Louis Aliot, vice-président du FN, chargé de la formation et des élus et soutien personnel de Mr Nadizi.

Trotskistes d'ici et d'ailleurs

29-11-2014
Un évènement politique passé relativement inaperçu s'est déroulé en fin de semaine dernière : la congrès du groupuscule trotskiste A MANCA, avec comme invité d'honneur Alain Krivine, principal dirigeant du Nouveau Parti Anticapitaliste, ravalement de façade de la Ligue Communiste Révolutionnaire ( depuis 2009 ). A MANCA (un temps "naziunale" ) peut être considérée comme l'antenne locale du NPA. Après l'échec de sa tentative de prise de contrôle du Sindicatu dI i Travagliadori Corsi, le noyau gauchiste oeuvre sous le nom d'Aiaccini, à donner une caution pseudo-nationaliste à la gauche française emmenée par Mr Renucci dans la cité impériale. Une gauche au sein de laquelle l'on retrouve le Parti Communiste Français et le Parti Socialiste Français et ce, alors même que son discours de la Manca, comme celui du NPA, prétend fustiger la gauche sociale-libérale. le NPA qui tiendra lui son congrès en janvier prochain, traverse une période de crise liée à l'échec de ses tentatives d'implantation tant dans la classe ouvrière ( qui refuse son immigrationnisme ) qu'au sein des populations issues de l'immigration ( car perçu comme trop laïque et cosmopolite ). Une partie de ses militants a rejoint le Front de Gauche, lui-même dirigé par le trotskyste ( issu de l' O.C.I de Pierre Boussel-Grunberg dit "Lambert" ) Mélanchon.

Un Front Corse contre le Front Colonial !

23-11-2014
Comme chacun peut le constater, l'actualité quotidienne tend de plus en plus à traduire des "lignes de forces globales", au fur et à mesure que se développe en Corse la crise économico-sociale qui affecte l'ensemble du monde occidental. Ainsi ce samedi était organisé à San Fiurenzu un rassemblement de soutien à deux employés de la Société Générale, recrutés dans l'hexagone par la banque, mutés en Corse et possiblement victimes "d'actes d'intimidation". Soutenus par le Syndicat des Travailleurs Corses, les employés des agences insulaires avaient à l'époque enclanché un mouvement de grève défendant la corsisation des emplois et le recrutement local, en vertu d'accords d'entreprise non respectés par la direction de la banque. Le STC dénonça une politique de recrutement opaque et discriminatoire envers les employés locaux. Il condamnera les actes de malveillance commis contre le couple, rappelant que son action visait une politique et non des individus. Cette affaire a mis en lumière une démarche s'incrivant dans une logique globale, une tendance lourde qui structurera la vie politico-sociale des années à venir : celle de la mise en place d'un FRONT COLONIAL ( incluant dans le cas présent, outre la direction de la Société Générale, le Parti Communiste Français, la CGT , l'officine mondialiste LDH et l'association France-Corse, qui tous appelaient au rassemblement ) oeuvrant à l'accélération de la politique de colonisation de peuplement et s'opposant frontalement au mouvement nationaliste. Ce Front Colonial bénéficiant évidemment du soutien ouvert ou occulte des autorités et de l'appareil propagandiste français.

Pour une victoire du syndicalisme corse !

20-11-2014
Le 4 décembre prochain seront connus les résultats des élections des représentants du personnel dans tous les secteurs de la fonction publique ( d'état ou territoriale ). Tous les agents sont concernés par un scrutin pour lequel le SINDICATU DI I TRAVAGLIADORI CORSI présentera des listes dans la quasi-totalité des instances. Fondé il y a tout juste trente ans de par la volonté du mouvement nationaliste d'instaurer des contre-pouvoirs lui permettant d'influer sur la vie sociale, le STC s'est imposé au fil du temps comme l'un des principaux acteurs de la lutte d'émancipation du peuple Corse. En 2008, il remporte les élections prud'hommales et devient officiellement la première organisation syndicale de l'ile dans le secteur privé. En 2012, il arrive en tête des élections de représentativité dans les entreprises de moins de 11 salariés. "Maison commune" des travailleurs patriotes, le STC s'affirme comme un "Syndicat pas comme les autres",un syndicat de classe incarnant une volonté nationale, politisé sans être inféodé à un parti, exclusivement financé par les cotisations de ses quelques 7500 adhérents, soucieux depuis toujours d'être présent au sein des petites entreprises qui constituent l'essentiel du tissu économique insulaire et bien souvent des "zones de non-droit social". Ses militants et cadres proviennent tous du monde du travail...

La Gauche contre le nationalisme Corse

18-11-2014
L'adoption du PADDUC par l'assemblée de Corse à l'issue d'un votre ultra-majoritaire des élus a relancé la thèse pernicieuse car à priori séduisante d'un "camp progressiste", unissant face à la droite affairiste, la gauche insulaire pro-française et les formations nationalistes au nom de valeurs et d'intérêts politiques partagés. Des tentatives de rapprochements officiels ont été amorcées, pour l'heure sans succès, à l'occasion des derniers scrutins municipaux, à Purti Vechju et Aiacciu. Dans la cité impériale, où l'élection a été invalidée pour cause de fraude massive, les manoeuvres visant à satelliser le mouvement national (électorat et structures ) autour de la gauche municipale ( incluant PS et PCF ) sont essentiellement le fait du groupuscule trotskiste dénommé Aiaccini. Une telle configuration serait ensuite amenée à se pérenniser et se généraliser, notamment lors des élections territoriales de 2015, sur la base des avancées obtenues sur les dossiers de la langue corse ( cooficialité ) et du foncier ( statut de résidents). Cette illusion d'optique quant à la pertinence et la popularité de telles alliances est au contraire de nature à provoquer un véritable effondrement du camp national, et notamment de ses tendances indépendantistes.

Mouvement Corse Française : vigilance !

16-11-2014
Plus d'une année nous sépare des prochaines élections territoriales et la plupart des formations politiques sont déjà engagées dans les traditionnelles tractations et "lutte des places", qui font le charme de la vie politique insulaire. Une mouvance semble toutefois être entrée dès à présent en campagne : celle se regroupant derrière le sigle Mouvement de la Corse Française. Emmenée par deux anciens députés UMPS issus de la diaspora, le MCF innonde la Corse de tracts reprenant tous les poncifs de la propagande anti-nationaliste mais aussi appelant à renforcer la structure et la démarche. Ce qui laisse à penser que celles-ci ne se limitent pas aux complaintes d'une poignée de vieillards sur lesquels chacun serait tenté d'ironiser mais disposent de moyens humains et/ou financiers conséquents. Si le MCF ne peut compter sur aucune base militante locale, il est de toute évidence soutenu (ou plutôt porté à bout de bras ) par des relais politiques hexagonaux voire de cetains secteurs de "l'état profond" français. Ce regain d'activisme intervient concommitement à une recrudescence de campagnes anti-corses suscitées par les sphères politico-médiatiques parisiennes.

Géopolitique Corse et Choc des Civilisations

11-11-2014
Prophétisé dès 1993, soit quatre années après la chute du Mur de Berlin, le concept de Choc des Civilisations a quasiment été accouché artificiellement par les conceptions binaires, américanisées ( les "bons" contre les " méchants" ) et intériorisées par les masses demeurant sous contrôle du Système. Il vise à favoriser l'identification à leur maitre des populations colonisées par les Etats-Unis. La logique édictée par ce livre, c'est à dire par l'idéologie dominante actuelle, voudrait que la Corse se retrouve dans le camp "occidental", englobant l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Amérique du Sud ( cette dernière en position de "sous civilisation" de l'Occident ), les Chrétiens Orthodoxes faisant partie d'un autre bloc comprenant la Russie et une partie des Balkans. L'Islam constituerait une autre Civilisation, antagoniste à l'Occident. Ce schéma est celui du Traité Transatlantique. Il est refusé par les tenants d'une Europe libre, puissante, intégrée en son sommet, tournée vers l'Eurasie et régie par des conceptions non matérialistes.

Nationalistes contre le Salafisme

03-11-2014
La menace terroriste liée au salafisme et à la montée en puissance l'Etat Islamique est, nul ne l'ignore, instrumentalisée par les cercles politiciens atlantistes pour justifier lois d'exception et surveillance généralisée de populations européennes qu'ils considèrent en réalité comme leurs seuls véritables ennemis. C'est pour contrer le flot ininterrompu du désinformation émanant des médias occidentalistes, mais aussi pour faire face à une menace réelle ( pour les populations, jamais pour le pouvoir ) que nationalistes européens et arabes renforcent depuis plusieurs années des liens historiques. [...] Le salafisme prospère sur le terreau de l'immigration de masse orchestrée par les gouvernements mondialistes d'Europe de l'Ouest. Mais de plus en plus, il est le fait de jeunes européens déracinés et révoltés par l'abjection du Système ( le chef militaire de "l'Etat Islamique" est lui-même un géorgien converti en prison ). Une lutte anti-salafiste conséquente ne pourra donc être disjointe de celle menée contre l'immigration .Elle ne sera pas menée au nom du libéralisme et des valeurs occidentales. La guerre victorieuse contre l'Islamisme radical, les hérésies et les stratégies qui le commanditent sera conduite en Europe sous l'étendard du Nationalisme et de la Tradition, comme ce fut le cas en Tchétchénie, comme c'est le cas aujourd'hui en Syrie.

Le PADDUC et la "famille libérale"

02-11-2014
Le projet de PADDUC ( Plan d'Aménagement et de Développement Durable de la Corse ) a été adopté dans la nuit de vendredi à samedi par l'Assemblée de Corse , à la quasi-unanimité des élus présents, ceux de la "famille libérale" ayant claqué la porte des débats quelques heures auparavant. Ce vote peut sans conteste être considéré comme une victoire politique du camp nationaliste qui à cette occasion a su se montrer uni, déterminé et intransigeant sur les fondamentaux. Les nationalistes ont en effet réussi à imposer la centralité de la notion de Peuple Corse, les intérêts de celui-ci étant explicitement désignés comme l'unique objet du PADDUC. De même, avant même la préservation des paysages et de l'environnement, le camp national avait privilégié comme axe de lutte la question des terres à vocation agricole. Les élus de la gauche pro-française tentèrent en vain d'imposer la notion de "mutabilité" des terres agricoles en zones constructibles, notamment à la périphérie des agglomérations. [...] Le projet de PADDUC adopté hier est une démarche de type réformiste, autonomiste ne se situant pas directement dans la Lutte de Libération Nationale. Il n'est pas une épée mais un bouclier tendant à sauver et préserver ce qui peut l'être. Pour être mis en application, il devra être approuvé par le Conseil d'Etat ( français ), ce qui parait peu probable au vu de la notion de Peuple Corse adoptée par les élus insulaires. Il constituera donc, de par ses éléments incompatibles avec les principes libéraux régissant la République Française, un aspect supplémentaire de la confrontation entre les Corses et le pouvoir colonial, légitimant au yeux du plus grand nombre les mobilisations populaires.

Egalité et Réconciliation en Corse ? NON !

28-10-2014
Rebelle, Insoumis mais imprégné de valeurs à la fois aristocratiques et communautaires, le Peuple Corse est par sa nature même viscéralement réfractaire au politiquement correct, au paradigme occidentalo-capitaliste et à ses métastases. Les Corses n'ont à se réconcilier avec personne si ce n'est avec eux-mêmes.Les plus conscients d'entre eux combattent la colonisation de peuplement planifiée par la République Française. La lutte de libération Nationale menée depuis des décennies contre un état et un régime qu'en réalité défend ER, constitue le seul cadre envisageable du développement d'espaces de Dissidence. Celle-ci a en Corse un véritable horizon politique : celui de l'Indépendance et de l'Europe des Peuples, sous-tendu par une véritable Sécession, d'ordre idéologique, morale, spirituelle. C'est sous l'emblème traditionnel de la TESTA MORA, et non le subversif tricolore que s'épanouira en Corse la Dissidence.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans cet ouvrage, Gilles Guyot et Philippe Chiaverini examinent les différences entre les constitutions américaines et françaises, issues toutes deux d'une même matrice idéologique, celle du culte des "Droits de l'Homme". Ceux-ci sont élevés au rang de religion révélée, universelle et par conséquent sacralisée par leur volonté proclamatrice. Rien de tel dans la constitution de la Corse indépendante de 1755 qui, comme le souligne les auteurs, "n'a pas éprouvé le besoin de dresser une liste solennelle des droits de l'homme d'abord pour un motif théologique car ils sont convaincus que Vérité et Justice découlent directement de Dieu". La Corse souveraine s'inscrit dans le courant réaliste, celui de l'acceptation d'un ordre des choses émanant de principes supra-humains dont la société des hommes doit s'inspirer.