NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Hè ora di vultà !

30-10-2016

La contribution ci-dessous nous est adressée par Guy, un corse exilé dans la région toulonnaise. Elle évoque deux processus parallèles susceptibles de conscientiser nos compatriotes "hors les murs" et pour certains, décider d'un cheminement vers un retour aux sources, à l'Origine, seul garant d'un futur individuel et collectif :  l'implosion et l'effondrement de la République Française d'une part, la construction de la Nation Corse de l'autre.

                                                                                     hè ora di vultà !

Chers compatriotes de la DIASPORA .Les propos et les réflexions qui suivent pourront sans doute paraître alarmistes, pessimistes, voire farfelues à certains, mais qui peut prédire un avenir serein lorsque l'on étudie l'évolution actuelle de la situation en France ?  Le développement des conflits ethniques et communautaires en France, l'offensive islamiste tout azimut et les réponses claires et sans ambiguïté données par le peuple corse ( assemblée de corse, flnc, population ) font de nos compatriotes exilés dans l'hexagone des cibles potentielles tant de la délinquance de masse que du jihadisme en particulier . Dans ce contexte et sachant que l'état n'assure plus la sécurité des citoyens, voire prend parti pour les agresseurs, il devient vital pour les nôtres expatriés de retrouver le sens de la Solidarité dans la Communauté. Les Corses expatriés et leur descendants doivent donc retisser les liens naturels, anthropologiques qui permirent à nos anciens de s'imposer -ou du moins imposer le respect- partout où ils s'installaient. La solidarité est une arme, la Communauté un destin ...A l'heure où tout s'effondre, demeurent les liens du sang et l'attachement à la terre des ancêtres. Le reste n'est qu'enfumage et propagande anesthésiante . En attendant le retour chez nous, regroupons nous, aidons-nous, défendons nous ! Il est temps que la diaspora corse joue son rôle politique dans la défense des intérêts de la Corse et des Corses face au racisme et aux attaques, à l'image d'autres ( arméniens, juifs, kurdes etc..). Les amicales et associations diverses ne doivent plus se contenter de maintenir une culture, voire un folklore. 

Mais la réalité est que la vraie solution à envisager, celle qui doit être au c½ur de nos réflexion comme de celles des autorités politiques corses compétentes est celle du retour massif des nôtres sur leur terre ancestrale. Au cours des décennies passées nos ascendants ou nous mêmes furent contraints de quitter la terre de nos ancêtres, poussés par la misère, l'absence de perspectives professionnelles et plus généralement, du fait d'une politique délibérée de L’État visant à décorsiser la Corse. Aujourd'hui la situation tend à s'inverser, les perspectives ne sont plus hexagonales mais résident dans le retour aux sources. La France s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos, ses élites corrompues l'ont trahie et la Barbarie s'impose désormais dans chaque ville, chaque village, chaque quartier, chaque rue, sans susciter de réactions d'une population apathique. Car cette population n'est pas Peuple. En Corse, le Peuple réagit, résiste, d'Aiacciu à Siscu. Ce peuple c'est le nôtre, nous en sommes partie intégrante, et en tirons une fierté que beaucoup nous envient. Une Nation se construit, qui exige le soutien de tous les siens. Chaque corse peut et doit mettre ses compétences au service de cette grande cause. Pour nos ascendants , l'avenir s'appelait France, mais chacun sait aujourd'hui que l'avenir de la France s'écrira en lettre de sang. Qui d'entre nous envisage d'élever des enfants dans les rues sordides de Marseille ou les coupes-gorges des banlieues hexagonales ? Pour chacun d'entre nous, le temps de la réflexion autour du retour chez nous est arrivé. Le temps de l'examen de conscience aussi , celui de la réparation des injustices de l'Histoire. Notre place est sur la Terre de nos ancêtres, pour assurer un futur digne à nos descendants. Corsu esilitu, hè ora di vultà in casa toia !


Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Cet opuscule sorti en 2002 signé Lucien Antoni et Antoine Luciani ( éminent professeur de lettres anciennes de l'Università di Corti ) ne bénéficia d'aucune publicité et, au sein même de la mouvance nationaliste, fit l'objet d'une véritable conspiration du silence. Et pour cause, "La nécessaire sécession" trace les lignes d'un nationalisme authentique, doctrinal, irréductible à une simple revendication institutionnelle ( autonomie, indépendance ). Cette sécession s'inscrit dans un terrain -volontairement- négligé, celui de la lutte idéologique contre un Système, au-delà du triptyque lutte armée-lutte institutionnelle-lutte de masse en vigueur depuis quatre décennies. "La Nécessaire Sécession", dont on attend une réédition rapide, s'impose en quelques dizaines de pages comme une boussole théorique pour le nouveau cycle politique à venir de la lutte nationale corse, des principes Traditionnels dont découlent action politique ( désignation de l'Ennemi ) stratégie ( les trois terrains de lutte précités ), et tactique.