NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Dé-franciser Pasquale Paoli !

16-02-2016

Agrégé de lettres classiques, professeur de grec ancien, ancien professeur de l'université de Corse, intellectuel de haut vol, M. Antoine Luciani appelle dans cette tribune libre à "Réhabiliter et défranciser  Pascal Paoli" en vu des combats vitaux des temps obscurs à venir .


La tenue en Corse d’une assemblée du Front National a récemment  fait débat. Mais en réalité, c’est le débat lui-même qui fait débat, car il n’aurait jamais eu lieu d’être. Il illustre en effet deux réalités : D’abord, que tout l’appareil conceptuel des opposants à « la France » vient justement de la France des « Lumières », lesquelles, avec l’émergence de l’individu et de ses droits, portent en elles la destruction de tous les liens sociaux, des familles, des peuples, et des nations. Certains ont un c½ur corse et une tête française. Et la tête finit par corrompre le c½ur !

Le débat en question prouve la profondeur de notre aliénation : Plus de deux siècles de colonisation intellectuelle française nous ont rendus étrangers à nous-mêmes. Si nous voulons sauver la Corse il faut donc avant tout réussir notre libération spirituelle.

Ensuite, ce débat montre l’habileté de la République athée, laïque, et franc-maçonne à saisir toutes les occasions pour détourner la Corse du droit chemin de son salut. Le FN est la muleta qu’agite le matador parisien devant le taureau corse pour le conduire à l’estocade finale. Or, le vrai combat de la Corse a été parfaitement défini par Edmond Simeoni le 24 août 2012 sur Corse Info : « Le peuple refuse l’aliénation foncière, et du patrimoine, la perte de son identité, la submersion démographique ». Il n'y a rien à ajouter ni retrancher à ce propos .

Abondant dans son sens et même le débordant, il convient d'unir  tous les Corses au c½ur desquels le Diu Vi Salvi Regina dit encore quelque chose, et transcender tous les clivages politiques car tous les fils de la Corse sont appelés au sauvetage de leur patrie en péril de mort.

Il n’est pas de peuple, lorsque son existence est en jeu, qui ne se serre autour du héros fondateur. Serrons nous donc aujourd’hui autour du « Babbu » dont nous commémorons la mort. Et commençons par lui rendre sa vraie personnalité, impudemment masquée par une clique intellectuelle au service du mondialisme cosmopolite. Son vrai visage nous est rendu par le magistral ouvrage de Mme Marie- Thérèse Avon- Soletti : Non, Pascal Paoli n’était pas un homme des Lumières – ouvert certes à toute connaissance nouvelle, il la « digérait » pour en faire son miel. Et son miel était celui de St Thomas d’Aquin. Cet homme qui n’a rien changé aux structures sociales existantes, qui a confirmé la religion catholique comme religion d’État, qui a créé une université – mise sous le patronage de St. Grégoire le Grand – conforme à la conception thomiste de l’organisation universitaire, avec un corps professoral entièrement issu de la scolastique, qui s’honorait par-dessus tout du titre de Père de la Patrie à lui décerné par ses compatriotes, ne devait rien à un siècle qui ne brilla ni par la vénération du Père, ni par l’amour de la Patrie. La Constitution de Pascal Paoli : Une fleur éclose en plein 18ème siècle, mais tirant sa sève de la grande époque du Moyen Age thomiste. Non, Pascal Paoli n’était pas un homme des Lumières, c’était un chrétien profondément croyant, un catholique marqué par la spécificité mariale et franciscaine qui caractérise la Corse.

Il s'agit donc de redresser la statue abattue du Père Fondateur et d'appeler  tout les fils de cette terre – car il faut dire et répéter que nous sommes des fils et non des produits, que la Corse enfante et ne fabrique pas – à s’unir pour le suprême combat dans le droit fil de la déclaration d’Edmond Simeoni, mais en l’élargissant et en l’approfondissant. Nous devons prendre conscience en effet de la nature du combat actuel : Ce n’est plus celui d’une Nation contre une autre ; il est devenu planétaire et radical. Il faut donc radicaliser notre action, c'est-à-dire, aller à la racine, qui est spirituelle. Les Lumières de l’époque dite moderne, fondée sur l’autonomie de la raison humaine, sont en train de produire leur derniers fruits : En continuité et en rupture avec elle voici venir l’époque post-moderne ou post-humaine ; les sociologues observent que l’humanité est en passe de franchir un seuil, tel qu’on n’en a jamais vu depuis qu’il y a des hommes sur la terre ; elle est en train de sortir hors d’elle-même. C’est aujourd’hui le résultat de la grande révolte de l’Homme contre la Nature. On parle maintenant de trans-humanité. Et les progrès fulgurants des techniques et des sciences la rendent possible. L’intelligence artificielle ouvre des perspectives infinies … vers un homme artificiel, infiniment plus performant que l’homme charnel d’aujourd’hui : un être parfait, né dans les éprouvettes des savants, devenus des Dieux créateurs. Que sera cet être nouveau ? Personne ne peut le dire mais une chose est sûre : Il n’aura pas d’âme ; et bien entendu il n’aura ni famille, ni patrie.

Afficher l'image d'origine

Nous, Corses,  nous voulons rester des hommes, avec nos limites et nos faiblesses, mais aussi notre grandeur et notre dignité de fils de Dieu. De simple mortels qui luttent « pro aris et focis » - pour leurs autels et leurs foyers- nous voulons sauver la Corse notre Patrie, qui agonise. Et nous savons que sauver un peuple, ce n’est pas seulement l’arracher à une mort imminente c’est aussi le reconduire à son essence. Cette essence, c’est notre passé que nous voulons nous réapproprier, c’est cette Corse en amont de 1769, catholique, mariale, et franciscaine.

 Omnia instaurare in Christo : tout renouveler dans le Christ, par une Révolution Conservatrice et rénovatrice, imprégnant de son esprit les réalités nouvelles. tous les Corses sont appelés à cette guerre sacrée de reconquête. Certes, on nous dira que, face aux forces monstrueuses qui nous assaillent, notre sort est déjà scellé. Nous reconnaissons que, à vue humaine, nous n’avons aucune chance. Mais quelle chance avait David contre Goliath ?

Antoine Luciani

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Les textes présentés dans " La voix des Peuples" sont un condensé de reflexions de divers auteurs qui ont mis à la disposition de KSSB l'ensemble de leurs études et leurs perceptions relatives à cette Europe des peuples , ethnique et européenne qui se met en place progressivement malgréla mauvaise volonté de certains états . La chute du Mur de Berlin , et avec lui la fin de la dictature communiste , a grandement contribué au réveil de nombreuses nationalités si longtemps opprimées . Plus prés de nous d'autres nations , d'autres peuples et communautés ethniques relèvent la tête et amorcent un début de vie nationale et de souveraineté : Catalogne , Flandre , Pays Basque , Écosse ..