NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

" Nous sommes le Peuple ! "

05-01-2015

  "Nous sommes le Peuple !"  Ce slogan impératif hérité de la chute du Mur de Berlin rythme le mouvement d'insoumission qui depuis deux mois mobilise les forces vives du peuple allemand. Chaque lundi, des milliers de patriotes se rassemblent dans les grandes villes du pays pour exprimer leur refus de l'islamisme. Le mouvement de révolte a débuté à Cologne le 26 octobre. Près de 30000 personnes se rassemblaient à l'appel d'un collectif " Hooligans contre les salafistes"  ( Ho. Ge. Sa. ) malgré l'interdiction des autorités du régime. 







" Nous sommes le Peuple ! " la Dissidence, sans chefs, au-delà des partis, contre le Système...

 

http://ripostelaique.com/wordpress/wp-content/uploads/2014/12/manif-pegida-dresde.jpg

Le 7 octobre dernier ,des affrontements sanglants avaient opposé à Hambourg des groupes salafistes partisans de l'Etat Islamique à des manifestants kurdes soutenant la ville irakienne assiégée de Kobané. Le spectacle de ces peuplades exotiques s'entretuant dans leurs rues a provoqué une prise de conscience des allemands. Parti des tribunes des stades de football, le mouvement s'est ensuite solidement développé à l'Est, sans chef , en dehors des partis.  Les manifestations hebdomadaires rassemblent à Dresde des foules toujours plus importantes sous l'égide du Pe.Gi Da.( Patriotes Européens contre l'Islamisation ). Les Allemands de l'Est ont une longue tradition de Dissidence et de résistance au totalitarisme, soviétique hier, libéral aujourd'hui.

Pris de court par la tournure des évènements, le Système tente de circonscrire la révolte populaire et briser le mouvement . S'est donc formé contre lui le traditionnel front unissant politiciens, médias mainstream, grand patronat et officines gaucho-mondialistes.

Mais acteurs et observateurs n'ignorent pas que cette insoumission populaire déborde largement le cadre de l'Allemagne et le problème du salafisme,  qu'à travers elle sont posées des questions fondamentales touchant toutes les populations d'origine européenne, des Etats-Unis à l'Australie en passant par l'Afrique du Sud et l'Europe elle-même.

- Les peuples Européens peuvent-ils cohabiter durablement avec des masses non-européennes ?

- Au vu des dynamiques démographiques actuelles, les peuples européens doivent-ils se dissoudre au sein de masses non-européennes ?

Ces questions s'imposent de manière croissante et inexorable à toutes les forces politiques évoluant au sein du monde européen. Elles ne sont pas esquivables et les réponses apportées conditionnent leur action comme leur perception au sein de leurs peuples respectifs.

Les populations européennes représentent aujourd'hui moins de 10% de l'ensemble de l'humanité ( environ 700 millions d'individus ). Elles sont la cible principale du Système qui tente de détruire leurs défenses immunitaires naturelles, leur instinct de conservation, leur conscience d'elle-même, leur auto-narration. Elles sont partout confrontées à une violence systématique et massive qui les contraint , parfois à leur corps défendant, à se redéfinir en tant qu'européennes.

 Ce  mot d'ordre libérateur " Nous sommes le Peuple !" entonné par ces milliers les patriotes allemands est celui de tous les Européens conscients, décidés à ne pas laisser à d'autres le soin de programmer leur futur, à oeuvrer à la survie de leurs communautés historiques et à la renaissance de la civilisation Européenne elle-même.

 

A Squadra 



Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Publié en 2000 aux éditions Denoël, "Pour solde de tout compte" se présente sous la forme d'un entretien entre deux responsables nationalistes de l'époque, Jean-Michel Rossi et François Santoni, et Guy Benhamou, journaliste du quotidien mondialiste parisien "Libération", en charge du dossier corse. L'ouvrage traite essentiellement de la face sombre du nationalisme corse au cours de la pénible décennie reliant les premières scissions survenues au sein du mouvement indépendantiste (1989 ) aux débuts du "processus Matignon"( 1999-2000). Au-delà des faits relatés qui concernent une époque révolue, des enseignements quant à l'avenir du mouvement national peuvent être tirés de la lecture de cet ouvrage controversé. L'idée d'Indépendance, revendiquée par le FLNC à sa création, constituait un mythe mobilisateur permettant de "lier le faisceau" des énergies nationales au sein d'un peuple ataviquement claniste et fragmenté . Son abandon implicite puis assumé dès le début des années 80 au profit d'une "solution de la question corse" d'essence autonomiste allait précipiter la dépolitisation, l'éclatement et la dégénérescence des structures politiques nationalistes clandestines et publiques.