NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Corsica-Sardegna : a Sulidarità in Bunifaziu

21-12-2013

   più di 300 parsonne eranu adunite ss'u 19 di dicembre à u COSEC di Bunifaziu per una serata di sustegnu à u populu sardu, toccu un mese fà da a timpesta  "Cleopatra " ( 18 morti, decine di feriti , centinaie di famigle spiazzate ...) . Trè ghjorni dopu à stu scumpientu, era mess'in ballu in Bunifaziu u culletivu " Corsica Sulidarità Sardegna" incaricatu di l'urganizazzione logìstica di l'aïutu ghjuntu di tutta a Corsica.

 

A serata festiva d'issu ghjuvi era urganizzata da u cumitatu bunifazincu di " Corsica Sardegna Sulidarità" incù u sustegnu di i cummercianti è di a municipalità di Bunifaziu. Eranu prisenti parechji eletti  di e cità  di Santa Teresa di Gallura, Olbia è d' altri paesi sardi. Una racolta di ghjòculi era dinù urganizzata per u Natale di i zitelli sardi.

 

Ma d'issa stonda di sulidarità trà dui populi fratelli, un si n'hè parlatu inde a stampa francese di Corsica. Secondu à Ghjuvan'Andria Culioli, unu di l'urganizatori di l'evenimentu è militante naziunalistu, " passatu qualchi ghjorni, i legami di sangue, di storia  è di cultura, a sulidarità oghjinca è naturale trà corsi è sardi sarèbbinu puliticamente scurretti" . A stampa francese preferisce fà a publicità di cert'associi vicini à u putère di manca, chi participeghjanu à a culunizazzione di populamentu !! "  . Hè detta è ci ramenta chì cume tant'altri affari, l'umanitariu ferma una quistione pulitica ...

 

http://www.corsenetinfos.fr/photo/art/default/6108740-9120641.jpg?v=1386174363

A Squadra

 

 

 

  Dà leghje dinù annant'à stu sughjettu  :

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La gauche du capital : libéralisme culturel et idéologie du marché : Jeune philosophe qui enseigne à l’Université de Montpellier, Charles Robin vient de publier La gauche du capital, un ouvrage dans lequel sont rassemblés plusieurs essais consacrés à la philosophie libérale et à son héritier le libéralisme économique. Ses travaux prolongent ceux d’un philosophe hétérodoxe, Jean-Claude Michéa, lequel a dévoilé l’unité indissociable du libéralisme. Charles Robin, quant à lui, s’emploie à mettre en évidence la parenté insoupçonnée de la pensée de l’extrême-gauche contemporaine avec celle des libéraux. Une extrême-gauche au service du marché ? Charles Robin a été adhérent du NPA ; il sait donc de quoi il parle quand il analyse la « pensée Besancenot ». Il écrit à ce sujet : « C’est bien cette règle du primat de l’intérêt individuel, à laquelle nous sommes aujourd’hui appelés à nous conformer, qui définit l’horizon anthropologique et moral des temps présents… Car aussi curieux que cela puisse paraître, c’est bien dans le discours majoritaire de l’extrême-gauche que se trouvent condensés les principes qui justifient le mieux cette évolution’’. Et il ajoute :’’Ce qui me permet de proposer une formulation complète et définitive de ma thèse, thèse qui se décline en trois volets : la destitution des figures de l’autorité, du symbolique, en un mot, de la « verticalité » 1) constitue une conséquence logique du déploiement de la logique libérale 2) qui est objectivement justifiée et accompagnée par le corpus idéologique de l’extrême-gauche et 3) (je ne l’ai pas explicité jusqu’ici, mais je pense que cela se déduit facilement de ce qui précède) dont le principal bénéficiaire est le système capitaliste marchand ».