NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

SICILIA, CORSICA : O.T.A.N FORA !

01-12-2013

      Les siciliens étaient descendus nombreux dans les rues de Palerme, ce 30 novembre pour protester contre le  MUOS ( Mobile User Objective System ), un système de radars développé par la Marine américaine pour le repérage, le controle des drones etc. L'une des quatre bases opérationnelles de MUOS a été installée à Niscemi, en Sicile, sur la base d'accords secrets avec les gouvernements Berlusconi et Prodi et les autorités politico-mafieuses locales, contre l'avis de la population, qui redoute les dommages sanitaires occasionnés par les fortes émissions électromagnétiques des antennes satelitaires.

 

  Un mouvement de résistance populaire, hors partis politiques, NO MUOS s'est alors constitué et développé sur toute la Sicile, s'opposant aux autorités locales, italiennes et à leurs patrons américains. NO MUOS fut donc trés vite confronté à une répression brutale et aux tentatives de division opérées par diverses officines d'extrème gauche affiliées au régime. La manifestation de la "rete NO MUOS" du 30 novembre, d'où était bannie toute affichage politique mais au sein de laquelle étaient présents de nombreux militants solidaristes locaux ou venus de la péninsule, fut placée sous le signe du refus de l'impérialisme américain . "La Sicilia non si usa", "Giù le mani da Niscemi" " No MUOS, liberi è suvrani", proclamaient les banderoles.

 

  En Corse, les exercices militaires menés à partir le la base de Solenzara, dans le cadre de l'exercice SERPENTEX initié par le haut commandemant de l'OTAN, sucitent un début de réaction au sein de la population et une amorce de débat au sein du mouvement national.

 

  Chacun se souvient à ce propos de la courageuse et politiquement incorrecte prise de position de la section balanine de la  Ghjuventù Indipendentista sur l'impérialisme occidental et les opérations terroristes menées par l'OTAN à partir de la base de Solenzara. Une manifestation de conscience politique sans doute pas étrangère à la répression que subit actuellement cette organisation de jeunesse. Dans un texte publié sur son site "nutizie nustrale" Petru Poggioli appelle l'ensemble du mouvement national à s'emparer de cette question et demande un débat public à l'assemblée de Corse.

 

Il est cependant peu probable que les partis nationalistes s'impliquent réellement à court terme dans cet axe de contestation, engagés qu'ils sont  dans un illusoire processus de négociation avec une puissance occupante elle-même protectorat américain. Une telle démarche serait considérée en "haut lieu" comme un casus belli, mettant fin à toute discussion.

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/3128978-4470837.jpg

 

S'il parvient tout de même à déjouer les tentatives d'étouffement émanant de secteurs du mouvement national acquis au "camp occidental", le débat sur la présence et les activités de l'OTAN en Corse ( connexe de celui sur l'amorce d'activisme qatari sur l'ile initié cet hiver )  et les moyens de s'y opposer, devra nécessairement s'inspirer de l'exemple sicilien : partir des nuisances diverses et variées occasionées à la population jusqu'à la mise en cause de la double occupation militaire subie par notre pays.

 

Dès lors serait affirmé un positionnement géopolitique clair, replaçant le mouvement national Corse dans le contexte global actuel et dans le  camp de ceux qui, des faubourgs de Damas aux grandes métropoles

européennes,s'opposent aux prétentions à l'hégémonie  de l'impérialisme occidental et de ses entreprises néo-coloniales.

 

Un positionnement résolu  dans le camp de la Paix authentiquement inter-nationaliste, d'essence Traditionnaliste-Révolutionnaire, antithèse absolue de l'antiracisme officiel que tente d'imposer ce pouvoir qui via l'OTAN, sème guerres et désolations aux quatre coins du monde.

 

                                          LIBERI, SUVRANI, O.T.A.N.  FORA DI CORSICA E DI SICILIA !

 

A Squadra

 

La tribune de Petru Poggioli :

 

  http://www.pgp-web.com/cn/?p=929#more-929

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Guillaume Faye est l'un de ces intellectuels-prophètes qui depuis des décennies déjà pensent l'effondrement du monde moderne et des sociétés occidentales et proposent des armes à la fois idéologiques et concrètes, susceptibles d'assurer la survie et le renouveau du monde européen. Il défend aujourd'hui le concept d'« Eurosibérie », qu'il définit comme « l’espace destinal des peuples européens enfin regroupés de l’Atlantique au Pacifique, scellant l’alliance historique de l’Europe péninsulaire, de l’Europe centrale et de la Russie ». Il s’agit, dans son esprit, d’une « forteresse commune, la maison commune, l’extension maximale et l’expression naturelle de la notion d’' Empire européen .Alors, demain, de la rade de Brest à celle de Port-Arthur, de nos îles gelées de l’Arctique au soleil victorieux de la Crète, de la lande à la steppe et des fjords au maquis, cent nations libres et unies, regroupées en Empire, pourront peut-être s’octroyer ce que Tacite nommait le Règne de la Terre, Orbis Terræ Regnum ». La tournure prise actuellement par les évènements en Europe se révèle une démonstration sans équivoque de la pertinence des thèses et conceptions développées dans "L'Archéofuturisme".: Les peuples de l'Est du continent ( Pologne, Hongrie, Slovaquie, etc..), moins gangrénés par le libéralisme et l'humanisme, moins modernes que ceux de l'Ouest, résistent mieux à la "stratégie du Choc" que constitue "l'opération migrants" mise en œuvre par l'axe atlantiste. Ces sociétés, demeurées dans une large mesure traditionnelles et organiques malgré des décennies de communisme, sont encore capables de secréter des anti-corps face au SIDA mental véhiculé par l'Occident.