NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Syrie combattante, Europe résistante !

07-02-2016

Une délégation du "Fronte Europeo per la Siria" qui regroupe les soutiens politiques de la Syrie nationaliste en Europe, se trouve depuis plusieurs jours sur le front nord, dans le sillage de l'Armée Arabe Syrienne, en ces moments cruciaux que tous les observateurs qualifient de tournant dans le conflit en cours. Appuyée par l'aviation russe, la vaillante armée syrienne est en passe de remporter une victoire décisive à Alep, seconde ville du pays et bastion de forces terroristes "modérées" suscitées et soutenues par les puissances occidentales et la Turquie. Cette phase opérationnelle s'inscrit dans une vaste offensive visant à rependre le contrôle de la "Syrie utile" et couper les terroristes de leurs voies d'approvisionnement turques. La débandade de leurs protégés poussent Ankara à menacer d'intervenir ouvertement en Syrie et les occidentaux à interrompre le processus de discussion initié à Genève.

Les membres du FES ont pu rencontrer dans la région stratégique de Lattaquié, Mohammed Gaber, commandant des Faucons du Désert, une unité d'élite de l'Armée Arabe Syrienne, combattant en première ligne sur la zone frontalière turco-syrienne, récemment décorée par le ministère russe des affaires étrangères, après leur sauvetage de deux pilotes russes tombés en territoire ennemis durant une opération anti-Daesh. "Les terroristes que nous combattons ont reçu et reçoivent encore de l' aide de la Turquie et des pays du Golfe. Vous devez témoigner de ce qu'on causé ces créatures américaines en Syrie" a déclaré le commandant Gaber après avoir remercié les militants européens pour leur engagement et promis que " nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons libéré le dernier mètre de terre syrienne". Quelques jours auparavant, les membres du Fronte Europeo per la Siria avaient visité la ville martyr de Homs, qui vécut dans la terreur imposée par les groupes jihadistes plusieurs années durant avant d'être enfin libérée par l'Armée Arabe Syrienne en décembre 2015.

Le caractère global du conflit syrien est attesté par les soutiens dont bénéficient en Europe chacun des acteurs. Les groupes terroristes "modérés" sont soutenus par les régimes fantoches de la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA) d'Europe de l'Ouest ( Paris,Berlin,Rome-Londres,Bruxelles etc..) qui par ailleurs et concomitamment planifient "l'opération migrants" contre leurs propres populations. Les "réfugiés" syriens, proviennent très majoritairement de zones tenues par les groupes armés pro-occidentaux et sont expédiés en Europe par la Turquie. Caniche d'assaut privilégié de Washington, le gouvernement français s'est livré dès le début des hostilités à une surenchère qui l'a déshonoré et pour longtemps discrédité dans cette partie du monde.

La Syrie nationaliste et anti-impérialiste du président Assad est elle appuyée par ceux que l'on peut regrouper sous l’appellation très globalisante de Résistance anti-mondialiste européenne, également opposée à "l'opération migrants", et dont le FES mais aussi d'autres réseaux comme SOS Chrétiens d'Orient constituent la pointe avancée.


La pseudo Armée Syrienne Libre présentée en 2012 par le ministre français multi portefeuilles Bernard Henri Levy ..au festival de Cannes. Sponsorisée par les puissances occidentales, elle s'est évaporée en quelques mois au profit des groupes jihadistes radicaux

Afficher l'image d'origine

Les positions prises autour des deux questions étroitement liées du conflit syrien et de "l'opération migrants" par chacun des acteurs politiques européens, si symbolique soit-il, les placent de manière incontestable d'un côté ou de l'autre de la "ligne de front" séparant le Système de la Résistance. Ceux qui se "repliant" sur le soutien à la -légitime- question kurde ont refusé de choisir entre l'agresseur et l'agressé, entre le mondialisme et la multi-polarité, la gouvernance globale et la souveraineté des peuples se sont de facto rangés sous la bannière du Système et de ses "cercles de l'oppression". C'est bien à travers ces prismes que peut se déterminer la nature réelle de ces acteurs, et partant, de leur légitimité à incarner une alternative authentique à ces cercles de l'oppression, quels que soient leurs discours ou proclamations officiels.

A Squadra







Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La politique de redécoupage administratif de l'Hexagone autoritairement conduite par l'Etat français a suscité en Alsace une réaction populaire massive et un regain d'adhésion aux idées autonomistes et identitaires. A plusieurs reprises, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Strasbourg, Mulhouse ou Colmar derrière le drapeau ROT UND WISS et le slogan "Elsass Frei", malgré les pressions et les tentatives d'intimidation des autorités françaises. Mais au cours de l'histoire contemporaine, la revendication alsacienne a parfois pris d'autres formes. En décembre 1980 , le groupe alsacien de combat les "LOUPS NOIRS" ( Elsässische Kampfgruppe die "Schwarzen Wolfen" ) entre avec fracas dans l'histoire de l’autonomisme alsacien. C'est la première fois que que des activistes font parler la dynamite pour défendre la spécificité de l'Alsace, son dialecte germanique et pour dénoncer le centralisme jacobin.