NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

NATIO-MONDIALISME EN CATALOGNE

02-03-2017

Le 18 février dernier, plusieurs dizaines de milliers de personnes venues de toute l'Espagne ont défilé dans les rues de Barcelone sous le mot d'ordre "  Volem accolir" (Nous voulons accueillir ) !. Cette marche, s'inscrivait dans une campagne intitulée "Chez nous c'est chez vous" ("Casa nostra casa vostra", ) visant à faire pression sur le gouvernement central pour le contraindre à accueillir  les dizaines de milliers de migrants autoritairement "octroyés" par l'Union Européenne.

A l'initiative de cette manifestation se trouve "un groupe de personnes indépendantes travaillant dans le monde de la communication" en Catalogne, qui s'étaient retrouvés en mai 2016 dans les camps de réfugiés, à la frontière entre Grèce et Macédoine, en tant que professionnels ou bénévoles, rejoint par le maire de Barcelone Ada Colau, membre du parti d'extrême gauche Podemos, qui adopta pour sa campagne électorale des municipales, le slogan : Barcelone pour tous !

Cette mobilisation en faveur de l'immigration de masse fut activement soutenue par le gouvernement indépendantiste catalan, la plupart des partis autonomistes et indépendantistes, les syndicats de gauche, les médias et le monde de la culture subventionnée. Le secrétaire aux migrations du gouvernement catalan - dirigé par les indépendantistes - a souhaité que les États européens écoutent cette "clameur" et que le gouvernement espagnol "reconsidère sa position" en donnant des visas. "C'est la manifestation la plus grande qui ait été faite en Europe pour la défense des droits des réfugiés", a affirmé cet élu catalan, Oriol Amoros, tandis que la présidente de la députation provinciale de Barcelone, Mercè Conesa, avait jugé "honteux" que l'Espagne n'ait accueilli qu'un millier de réfugiés. Aux côtés de maires de villes de Catalogne appelant à manifester, elle avait demandé que la Commission européenne "commence à sanctionner de façon sévère" les pays ne respectant pas leur engagement en la matière.  Fait très significatif, au c½ur du cortège flottaient les drapeaux de la pseudo-Armée Syrienne Libre qui regroupe les groupes terroristes islamistes sponsorisés par les puissances occidentales, chargés de renverser le régime national syrien du président Assad. Le chaos ainsi provoqué et entretenu en Syrie est l'une des principales équations de "l'opération migrants".

Les formations d'extrême gauche indépendantistes CUP ( Candidatura d'Unitat Popular ) et ERC ( Esquerra Republicana de Catalunya) se situent à la pointe d'une démarche visant à évacuer la dimension nationaliste de la lutte catalane. Pour ces courants politiques, l'état catalan à venir aura pour fonction première la dilution et l'éradication du peuple catalan historique.

Plus généralement les courants dominants de la revendication catalane s'inscrivent dans une orientation natio-mondialiste, se réclamant de l'Union Européenne, de la "société ouverte" chère au monde de la finance et de l'hyperclasse nomade. Ils inspirent leur homologues corses se réclamant du post-nationalisme.

Le "combat dans le combat" au sein du processus d'émancipation de la Catalogne est mené par nos camarades de SOM CATALANS, une formation défendant une conception traditionnelle et naturelle du peuple catalan sur laquelle se fonde une doctrine nationaliste authentique, portée par des cadres politisés et conscients des enjeux véritables.



Résultat de recherche d'images pour


Une ligne de front de dimension identitaire, civilisationnelle, éthique, géopolitique traverse  toutes les luttes de libération nationale menées en Europe. Elle se superpose à celle, parfois plus superficielle, qui oppose les Nations sans état aux États sans Nation.


A Squadra










Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans une île à l'image ternie, qui cherche désespérément sa voie entre Europe et Méditerranée, le mouvement de revendication nationale corse moderne, né dans les années 70, a peine à répondre aux espoirs de renouveau qu'il avait suscités. L'aliénation corse, c'est l'histoire d'une démarche qui se voulait révolutionnaire et qui s'est laissé enfermer dans les schémas de la pensée unique française et européenne. Pour sortir de cette aliénation réductrice et suicidaire, il faudra réinventer l'esprit libertaire et communautaire de la culture corse ancestrale. C'est ce qui est proposé dans ce livre témoignage qui aborde sans complaisance et sans détours les grands thèmes de l'actualité corse d'aujourd'hui, immigration, accusations de racisme, choix de société, loi, justice, alternatives sociales, laïcité, communautarisme, qui secouent une société qui a perdu ses repères. Une société qui semble avoir oublié que le véritable combat des peuples du troisième millénaire sera d'abord celui du refus d'obtempérer au politiquement correct.