NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

BREXIT , la Conscience Européenne !

25-06-2016

La victoire du camp du "Brexit" ce jeudi en Grande Bretagne a été suivie d'un tombereau d'insultes venues de la caste politico-médiatique liée à l'oligarchie régnant sur la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA ) en Europe. De manière logique et éminemment politique, l'occupant et ses agents identifient l'Ennemi, celui qui apparait sans ambiguïté dans l'étude des comportements électoraux britanniques dans ce référendum : le "petit blanc", déclassé et victime des processus économico-sociaux élaborés dans les laboratoires du mondialisme globalisé. Mais un "petit blanc" insoumis, conscient et dissident, duquel émerge de nouvelles élites vouées au réveil politique d'héritiers d'une culture millénaire. L'appareil propagandiste mainstream stigmatise donc, selon les formules rituelles de la novlangue en vigueur, "l'eurosepticisme" "le repli sur soi" des autochtones britanniques. Pour l'actuel locataire de l’Élysée, "l'Europe est mise en danger" par une vague populiste en pleine essor sur tous le continent invoquant les mânes de Jean Monnet, l'un des inspirateurs et premier architecte de l'édifice bruxellois.

L'on assiste là à l'un de ces exercices classiques d'inversion accusatoire, procédé de type orwellien ( "la liberté, c'est l'esclavage " ) qui caractérise l'essence profonde du projet dénommé Union Européenne. Car la victoire du camp du Brexit, la montée en puissance du movimento cinque stelle lors des élections municipales italiennes, le résultat de la dernière élection présidentielle autrichienne ( le populiste Hofer frôlant la victoire face au candidat mondialiste pro-UE au terme d'un scrutin possiblement truqué ), le refus résolu des politiques d'immigration de masse affirmé par les pays du groupe de Visegrad ( Hongrie, Pologne, Slovaquie, Tchéquie ), les multiples formes de résistance populaire se développant sur tout le continent, au-delà des contextes politiques particuliers, ont bien pour moteur essentiel une commune CONSCIENCE EUROPÉENNE, une lucidité politique quant au caractère fondamentalement anti-Européen de l'UE qu'incarnait précisément Jean Monnet.

Cadre de la banque new-yorkaise Lazard, Monnet était un agent d'influence américain, membre des cercles mondialistes Council of Foreign Relations ( CFR ), Bilderberg Group et Commission Trilatérale, chargé de mettre en place des institutions indigènes dénuées de tout caractère politique et entièrement dédiées au libre-échangisme, sur le principe fondamentalement anti-européen " tout a un prix, donc tout se négocie ". Les notions de Racines spirituelles, d'Identité, de Puissance, héritage d'un monde lumineux multi-millénaire, sont de fait exclues du paradigme de l'UE, laquelle évolue depuis ses origines vers une soviétisation totalitaire placée sous le signe du politiquement correct et de "minorités agissantes" élaborées et formées sur les campus universitaires américains. De "l'opération migrants" au Traité Transatlantique,des guerres impérialistes du Moyen Orient aux OGM, l'action de l'UE est dans ses aspects les plus essentiels conduite sous pilotage automatique des centres de pouvoir atlantistes.

Le Brexit est donc une victoire de l'Europe et de la Liberté sur leurs antithèses parodiques et crépusculaires. Ses conséquences et les prises de positions exprimées d'un bout à l'autre du vieux continent précisent la ligne de front séparant de manière de plus en plus nette et tranchée, le Système, ses institutions, ses agents stipendiés et ses multiples idiots utiles, des forces se réclamant de la Cause des Peuples et aspirant au renouveau de la Civilisation Européenne.

A Squadra



Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

L'indépendance de la Corse ? « Les Français ne seraient pas contre ! Mais ne le répétez pas, ça va encore faire un incident ! » (Ségolène Royal à l'humoriste Gérald Dahan, en 2007). Mais rendez-la nous notre indépendance ! Voilà plus de 240 ans que la France a conquis la Corse par les armes et nous ne sommes toujours pas considérés comme des Français à part entière. Pourquoi cela ? Pour la simple et bonne raison que nous ne sommes pas français. La Corse est un royaume depuis des temps immémoriaux. Dans son commentaire de l'Enéide, Servius, citant Varron, écrit que le premier roi de Corse et de Sardaigne fut Phorcus, fils de Neptune et de la nymphe Thosée.