NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Les Flamands contre l' "opération migrants"

19-10-2015

Les nationalistes flamands sont plus que jamais à l'avant-garde de la résistance populaire contre l'opération "migrants" planifiée dans toute la Zone d'Occupation Américaine (ZOA) et logiquement relayée par l'état fantoche belgicain.

Le 18 octobre dernier, ils se sont mobilisés par centaines dans les rues de la ville de Koksijde à l'appel de nos camarades du Voorpost et du parti indépendantiste Vlaams Belang, devant un centre destiné à l'accueil des "réfugiés" pour s'opposer à leur installation.

Une poignée de supplétifs gauchistes du pouvoir a vainement tenté de s'opposer à la marche des forces vives et conscientes du peuple flamand. Emmenés par leur chef de file Filip Dewinter, les militants du Vlaams Belang ont martelé leur opposition à la politique de remplacement de population. Ce 18 février était lancée une campagne autour du thème "économisez sur l'asile, pas sur le peuple !" Le parti nationaliste entend mettre en évidence, de manière chiffrée et précise, le parallèle entre le coût de la politique d'asile et l'augmentation des impôts et les restrictions sociales imposées aux flamands.

Lors d'une conférence de presse le président du parti Tom Van Grecs a clairement exposé les enjeux et les termes bruts des choix à effectuer : "la vague d'immigration en cours n'est pas compatible avec un état de bien-être pour les Flamands. L'un ou l'autre de ces deux éléments doit céder la place. Ce pays est confronté à un choix décisif. Le Vlaams Belang a clairement opté pour la survie de notre système social! ".

 En ce qui concerne les demandeurs d'asile, le VB se prononce pour l'augmentation des budgets dédiés à l'expulsion des déboutés ( 6% d'expulsions effectives actuellement ) ainsi que pour l'accueil et la prise en charge des demandeurs d'asile au plus près de leur zone d'origine ( pays limitrophes) en coopération avec la communauté internationale. La fermeté et l'intransigeance du VB sur le principe de la défense des intérêts du peuple a suscité un élan de sympathie à son égard parmi les plus précarisés des Flamands.

Nos camarades du Voorpost sont eux encore plus directs, tant dans la parole que dans l'action politique : " Nous sommes fatigués ! Il est clair que la population, contrairement à ce que les médias et les politiciens tentent de faire valoir, est résolument opposée l'immigration massive d'aventuriers. Alors que l'année dernière nous avons eu à entendre que nous devions tous se serrer la ceinture dans tous les domaines sociaux, il semble soudain être disponible pour des millions d'immigrants argent, abris, nourriture etc, tandis que de nombreux flamands sont condamnés à vivre dans la pauvreté, que nos jeunes peinent à obtenir des logements sociaux et que le chômage augmente".

Face aux entreprises de destructions sociales et sociétales menées par les oligarchies capitalistes et leurs fondés de pouvoir politiciens, se dressent les militants authentiques de l'Europe réelle, cette Europe des Peuples appelée à s'ériger sur les ruines des régimes corrompus et subversifs de "l'américanosphère " actuelle.

A Squadra

A lire aussi :

La Veillée de l'Yser, mémoire flamande !

Siciliens contre le trafic d'esclaves

Flamands, Etudiants, Nationalistes !

Europe des Peuples contre l'immigrationnisme

11 Juillet : Fête nationale Flamande !

Europe des Peuples : convergence des luttes

Lire aussi :

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

"Peuple et nation corses au XXIe siècle" se veut un défi : celui de donner un nouveau souffle au nationalisme en remettant en cause des dogmes , une idéologie de la lutte nationale qui s'est forgée voici prés de 40 ans avec "main basse sur une une ile" , afin de permettre l'avènement d'une nation corse dans le monde du XXIe siècle . L'auteur aborde des sujets tabous que le mouvement national , selon lui , a trop souvent évité d'aborder, comme les flux migratoires, les relations internationales, la problématique économique et financière d'une Corse autonome. Il critique une vision du nationalisme acquise voici des décennies qui n'a pas voulu ou pas su se remettre en cause .