NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

NATIO-MONDIALISME EN CATALOGNE

02-03-2017
Le 18 février dernier, plusieurs dizaines de milliers de personnes venues de toute l'Espagne ont défilé dans les rues de Barcelone sous le mot d'ordre " Volem accolir" (Nous voulons accueillir ) !. Cette marche, s'inscrivait dans une campagne intitulée "Chez nous c'est chez vous" ("Casa nostra casa vostra", ) visant à faire pression sur le gouvernement central pour le contraindre à accueillir les dizaines les dizaines de milliers de migrants autoritairement "octroyés" par l'Union Européenne. A l'initiative de cette manifestation se trouve "un groupe de personnes indépendantes travaillant dans le monde de la communication" en Catalogne, qui s'étaient retrouvés en mai 2016 dans les camps de réfugiés, à la frontière entre Grèce et Macédoine, en tant que professionnels ou bénévoles, rejoint par le maire de Barcelone Ada Colau, membre du parti d'extrême gauche Podemos, qui adopta pour sa campagne électorale des municipales le slogan: Barcelone pour tous" !

Catalogne : Unité autour de l'Idée Nationale

18-09-2016
Pour la cinquième année consécutive, le peuple catalan s'est massivement mobilisé à l'occasion de la Diada Nacional de Catalunya, la fête nationale commémorant ...la défaite de la Catalogne face aux armées espagnoles de Philippe V de Bourbon, le 11 septembre 1714. Ce jour-là la Catalogne perdait sa liberté nationale, ses droits coutumiers, linguistiques et culturels qu'elle ne récupèrera des manière très partielle en 1979 par un statut d'autonomie élargie. Depuis 2012, la Diada donne lieu à une véritable démonstration de force d'un peuple décidé à arracher sa souveraineté par un processus politique indépendantiste vigoureusement combattu par Madrid.

BREXIT , la Conscience Européenne !

25-06-2016
La victoire du camp du "Brexit" ce jeudi en Grande Bretagne a été suivie d'un tombereau d'insultes venues de la caste politico-médiatique liée à l'oligarchie régnant sur la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA ) en Europe. De manière logique et éminemment politique, l'occupant et ses agents identifient l'Ennemi, celui qui apparait sans ambiguïté dans l'étude des comportements électoraux britanniques dans ce référendum : le "petit blanc", déclassé et victime des processus économico-sociaux élaborés dans les laboratoires du mondialisme globalisé. Mais un "petit blanc" insoumis, conscient et dissident, duquel émerge de nouvelles élites vouées au réveil politique d'héritiers d'une culture millénaire. L'appareil propagandiste mainstream stigmatise donc, selon les formules rituelles de la novlangue en vigueur, "l'eurosepticisme" "le repli sur soi" des autochtones britanniques. Pour l'actuel locataire de l’Élysée, "l'Europe est mise en danger" par une vague populiste en pleine essor sur tous le continent invoquant les mânes de Jean Monnet, l'un des inspirateurs et premier architecte de l'édifice bruxellois.

Migrants et "natio-mondialisme" en Sardaigne

13-04-2016
Douze kilomètres de mer seulement séparent la Sardaigne de la Corse. Alors que les liens entre les deux iles s½urs ont été récemment réaffirmés par les leurs dirigeants politiques respectifs, les informations relatives à " l'opération migrants" et ses développements sécuritaires, politiques voire sanitaires peinent à franchir les bouches de Bunifaziu. La Sardaigne constitue donc un laboratoire de ce "natio-mondialisme" subversif, connecté et collaborant à la gouvernance globale, dont les tenants sont également à l’½uvre en Corse, soutenus par les médias mainstream insulaires et l'Union Européenne. En Sardaigne comme en Corse, au c½ur d'un mare nostrum épicentre des conflagrations géopolitiques présentes et à venir, un nationalisme nouveau est amené à s'affirmer face aux multiples périls et à l'arme migratoire brandie par les ennemis -intérieurs et extérieurs - des peuples européens. Un nationalisme authentique fondé sur une doctrine claire, traditionnelle, et porté par des noyaux militants archéo-futuristes totalement déconnectés de la "matrice" idéologique aujourd'hui dominante.

Serbie 1999, un crime contre l'Europe !

25-03-2016
Le 24 mars 1999, il y a tout juste 17 ans, l'OTAN donnait le coup d'envoi de l'opération Allied Force, qui constitua plus important crime de masse perpétré sur le sol européen depuis la Seconde guerre mondiale : durant près de trois mois, les bombardements massifs sur les infrastructures civiles de la Serbie et les zones d'habitations feront plusieurs milliers de victimes civiles ( 3000 selon le chiffre "officiel" en réalité près de 10 000 ). Au total, trente cinq tonnes d'uranium appauvri furent projetées sur la Serbie et les zones du Kosovo peuplées de serbes. L'irradiation a par la suite et aujourd'hui encore, entraîné une explosion des tumeurs malignes et de la mortalité au sein des populations touchées.

La résistance des Peuples-Patries

15-11-2015
Plusieurs centaines de patriotes bretons ont défilé ce 14 novembre dans les rues de Pontivy à l'appel de nos camarades du parti indépendantiste ADSAV, pour s'opposer à l'opération "migrants" planifiée par le gouvernement français, dont la Bretagne semble constituer une cible privilégiée. L'état français et la gauche mondialiste locale qui tentent de passer en force dans une politique autoritaire de colonisation de peuplement, se heurtent à une résistance populaire au sein de laquelle se déploie l'idée d'émancipation nationale. Ainsi, la mobilisation de la population de la petite ville de Sérent a permis de mettre en échec le projet d'installation d'un centre d'accueil de "migrants" dans une ancienne maison de retraite.

L'OTAN envahit les iles !

09-11-2015
lus de 35.000 soldats participent aux exercices de guerre de l’OTAN Trident Juncture 2015 qui doivent durer un mois et mobiliser quelque 140 avions et 60 navires de guerre. Y prennent part les armées de 30 gouvernements capitalistes alignés sur l’alliance Atlantique.Selon des responsables de l’Alliance, ils sont conçus pour préparer les pouvoirs de l’OTAN à la guerre stratégique à grande échelle à l’extérieur des frontières des pays qui en font partie. L'opération s'inscrit dans une politique globale belliciste définie à Washington visant deux cibles implicitement désignées : l'Europe et la Russie.

Les Flamands contre l' "opération migrants"

19-10-2015
Les nationalistes flamands sont plus que jamais à l'avant-garde de la résistance populaire contre l'opération "migrants" planifiée dans toute la Zone d'Occupation Américaine (ZOA) et logiquement relayée par l'état fantoche belgicain. Le 18 octobre dernier, ils se sont mobilisés par centaines dans les rues de la ville de Koksijde à l'appel de nos camarades du Voorpost et du parti indépendantiste Vlaams Belang, devant un centre destiné à l'accueil des "réfugiés" pour s'opposer à leur installation. Une poignée de supplétifs gauchistes du pouvoir a vainement tenté de s'opposer à la marche des forces vives et conscientes du peuple flamand. Emmenés par leur chef de file Filip Dewinter, les militants du Vlaams Belang ont martelé leur opposition à la politique de remplacement de population. Ce 18 février était lancée une campagne autour du thème "économisez sur l'asile, pas sur le peuple !" Le parti nationaliste entend mettre en évidence, de manière chiffrée et précise, le parallèle entre le coût de la politique d'asile et l'augmentation des impôts et les restrictions sociales imposées aux flamands.

Nationalistes bretons contre le Salafisme !

11-10-2015
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi 10 octobre devant la mairie de Brest, à l'appel de nos camarades du parti nationaliste breton ADSAV pour exiger la fermeture de la mosquée Sunna, contrôlée par des salafistes, située dans le quartiers sensible de Pontanezen. L'imam de cette mosquée, Rachid El Jay alias "Rachid abou Houdeyfa" avait défrayé la chronique par la publication des certaines vidéos des cours de "science islamique" octroyés aux enfants fréquentant la mosquée. On y apprenait notamment de la bouche du "professeur Houdeyfa" que ceux qui écoutent de la musique seraient transformés en cochon. ADSAV, le parti du Peuple Breton se situe à l'avant-garde de la résistance nationale bretonne. Fondé par Patrick Montauzier, ancien cadre du FLB-ARB, il incarne aujourd'hui l'aspiration à une Bretagne souveraine au service de la Communauté du Peuple. Fort logiquement, ADSAV fut présent au c½ur du mouvement des Bonnets Rouges et aujourd'hui en pointe du combat contre le salafisme. Et tout aussi logiquement se retrouve aujourd'hui à Brest face à la coalition anti-bretonne regroupant le Parti Socialiste Français, l'extrême gauche mondialiste, et le "professeur" Houdeyfa .

La Catalogne en marche vers la Liberté !

30-09-2015
L'épreuve de force est désormais engagée avec un État espagnol soutenu par la Commission Européenne, les régimes centralistes français et britanniques et l'OTAN, alors même que la revendication catalane se développe dans le respect des règles démocratiques dont se prévalent toutes ces institutions. Une attitude de fermeture radicale à première vue peu compréhensible, les structures politiciennes catalanistes étant, comme leurs homologues écossaises ou corses, totalement "sous contrôle". Les principaux dirigeants et partis ont tous fait allégeance aux dogmes du mondialisme ( libéralisme social et sociétal, immigrationisme, etc ...). Tous collaborent à "l'opération migrants" déclenchée simultanément dans toute la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA ) en Europe. Très symboliquement, la liste "ensemble pour le Oui" était menée par Raul Romeva, un ancien député européen écolo-communiste. La période de confrontation qui s'ouvre exige l'unité la plus large possible en faveur de l'idée d'Indépendance. Mais au sein même du processus d'émancipation et par-delà ses aspects institutionnels et juridiques, voire politiciens, se développe la "seconde révolution", conservatrice, sociale, radicale, portée par des avant-gardes conscientes immergées dans le peuple, autour d'une conception du monde enracinée et transcendante. Cette lutte d'ordre principiel, métaphysique, constitue en réalité la trame implicite des bouleversements sociétaux et géopolitiques présents et à venir, en Catalogne comme partout en Europe.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La « guerre des Maures »,ainsi que la malédiction d'Arrigo Bel Messere ( "Corsica non avra mai bene "), ont scellé le destin du peuple corse pour un millier d'années. Faisant partie de l'occident chrétien sans en accepter véritablement les fondements. Il s'accommodant de la religion de Rome comme de chaque nouvel envahisseur n'assumant jamais sa contradiction originelle. Il prendra l'apparence de la puissance dominante tout en gardant un système de fonctionnement interne propre, d'où des déchirures et des conflits : des Giovannali à Sambucucciu, des soulèvements cinarchesi à ceux de Sampieru, de Paoli à aujourd'hui. L'Ouvrage de Denis Luciani, sous-titré "aux origines du peuple Corse historique", met en lumière, à travers le mythe Colonna, la faiblesse fondamentale de notre peuple : une certaine incapacité à se référer à une dimension transcendante donc unificatrice, relevant de la première fonction traditionnelle - souveraineté et contemplation- intégrant anagogiquement tous les clans et groupes sociaux. Reconquérir une terre, refonder un royaume, conjurer la malédiction par le rattachement à un Ordre civilisationnel, le mythe Ugo Colonna, mais aussi le contexte de cette époque, qui, dans la réalité cyclique rythmant la vie des hommes et des sociétés, préfigurent celui de demain, parlent aux Corses d'aujourd'hui.