NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

"UMANI", non-violence et guerre psychologique

17-06-2014
Alors que tout indique que la situation politique corse évolue vers une période de blocage et de tensions suscitées par un trés probable refus français de toute ouverture, se développe une intense propagande médiatique en faveur de la "non-violence", à travers un programme porté par la fondation "Umani" du chanteur GHJ.F. Bernardini. La prochaine bouffonnerie proposée par Umani se tiendra les 11 et 12 juillet 2014 à Borgo. " L'università di a no-viulenza" animée par des intervenants venus de l'hexagone, aura pour thème "Sois le changement que tu désires". Parmi les ateliers proposés, l'inévitable "stéréotypes et préjugés, généralisations et jugements : un impact bien réel " ou le non moins prévisible "intériorité citoyenne et connaissance de soi" ...

La francisation n'est pas la solution !

27-05-2014
La région bastiaise mais aussi Ajaccienne sont, depuis quelques temps maintenant, le théâtre de scènes de délinquance dignes des sordides banlieues hexagonales : incendies de véhicules,vols à l'arraché, agressions de commerçants se multiplient, provoquant la stupeur au sein d'une population qui, bien que résignée à la permanence d'une criminalité mafieuse, se sentait peu concernée pas ce type d'insécurité. Certains politiciens locaux,plus réactifs que d'autres , intègrent ces incidents dans leur plan de campagne préélectoral, dénoncent à corps et à cris cette vague de délinquance, et agitent le spectre de la "banlieurisation " de la Corse. Notre ile, jusqu'ici relativement épargnée par les "incivilités" se normalise en quelque sorte...

Corse et Islam, quelles relations ?

14-05-2014
Le dernier ouvrage de Denis Luciani "Corse et Islam ", sous-titré "Un millénaire d'histoire et de confrontation, des Maures aux Barbaresques" ( éditions Anima Corsa ) est désormais en vente en librairie. Ce livre retrace en détail l'histoire essentiellement conflictuelle des relations entre la Corse et le monde musulman, incarné successivement par le Maure, les Barbaresques et toutes les représentations collectives liées à la colonisation française en Afrique à laquelle prirent part de nombreux Corses. La dernière partie du livre évoque la question de l'Islam et de l'immigration en Corse dans la période actuelle et se conclut par une série de questions concernant l'avenir des relations entre notre pays, cette religion et ses adeptes au vu des bouleversements géopolitiques et démographiques en cours dans le monde méditerranéen et proche-oriental. Des questions ouvertes destinées à susciter un débat serein sur un thème sensible.

Corse et "lignes de Forces" globales

15-04-2014
Les dernières élections municipales ont consacré, de manière publique et officielle, l'entreprise de neutralisation et de conformisation du mouvement national Corse mené de manière occulte depuis plusieurs décennies par les forces du Système. Cet aboutissement s'est concrétisé, à Bastia et Purtivecchju, par la présentation de listes électorales regroupant autonomodérés et membres de partis mondialistes français ( UMPS) ou de leur excroissance trotskiste ( Front de Gauche). Ces alliances ont été autorisées et validées par les directions parisiennes de ces formations. N'ayant apparemment pas donné tous les gages requis, les indépendantistes sont pour l'heure exclus de ces combinaisons.Ces rapprochements signifient, s'ils étaient généralisés et étendus, la fin de la lutte de libération nationale et partant, l'accéleration de celle du peuple Corse historique. Leur mise en place, au-delà des tractations boutiquières habituelles, n'a été possible que par la déconnection du mouvement national des "lignes de forces" conditionnant la marche de l'Histoire.

Désigner l'Ennemi...

07-03-2014
Ce qui, comme l'a longuement expliqué le celèbre juriste allemand Carl Schmitt, détermine le fait politique peut se résumer en deux mots : Désigner l'Ennemi. L'ennemi absolu, prioritaire, celui avec qui le compromis n'est pas possible. De cet acte politique fondateur découle les suivants: désignation des ennemis secondaires, des adversaires occasionnels, des alliés stratégiques, objectifs,temporaires, des compagnons de route voire des "idiots utiles" évoqués en son temps par Lénine. Pour les nationalistes Corses, l'ennemi traditionnel, toujours évoqué officiellement porte un nom : l'Etat français. Celui-ci constituerait selon la vulgate en vigueur un sujet politique, indépendant, défendant ses intérets et incarnant un idéal propre.Cette vision simpliste fut dés les débuts de la revendication corrigée par certains militants "de gauche" qui fort justement associèrent état français et système capitaliste. Une position d'avant garde trés vite écartée par les tendances majoritaires et apolitiques du mouvement national qui prétendirent combattre "l'état colonial" tout en défendant des options libérales. Cette orientation porta certains militants "aux affaires" et précipita le mouvement dans les errances dont chacun garde le triste souvenir.

Survie de la Communauté du Peuple !

27-02-2014
La rencontre avec L. Ozon à Bastia a permis aux membres du cercle "Petru Rocca" de tracer dans le temps une suite d'évènements logiques auxquels nous pouvons pallier par nos propres moyens. Le principe d'autonomie, au sens plus philosophique que politique, étant le maitre-mot d'une population cherchant une solution alternative pour sa survie et son épanouissement . Voici les quatre principaux points tirés de cette rencontre et à partir desquels l'on peut imaginer une stratégie de survie de notre peuple sur le long terme: 1) Ni système capitaliste ni personne d'autre n'a véritablement intérêt à ce que se crée une zone de chaos en Europe. Donc, d'ici 10 ans, le système va considérablement refermer les portes à l'immigration. Les peuples ne devront pas se laisser endormir par ce futur "Sarkozysme". Ils devront continuer à lutter car le pire est à venir.

Nationalisme Corse, gauche mondialiste

14-02-2014
Les dernières péripéties politiques insulaires ont mis en évidence une certaine ambiguïté de l'action actuelle du mouvement national, révélatrice de contradictions plus profondes, pour l'heure confinées dans le non-dit. D'un coté, un soutien plus ou moins officiellement affiché des indépendantistes à l'idée d'un "printemps corse" , enclenché par la jeunesse et étendu à l'ensemble du peuple. De l'autre,une stratégie d'alliance électorale des autonomodérés avec la gauche française dans plusieurs localités pour les municipales de mars prochain. Ce rapprochement officiel accompagne un alignement idéologique, du parlement européen à Purtivecchju, sur les dogmes de la pensée unique véhiculée par le pouvoir , lesquels excluent toute reconnaissance des aspirations des peuples historiques d'Europe .

Notre communauté doit survivre !

16-01-2014
"La chaine sans fin que forment morts et vivants suppose que chaque individu soit comme un maillon, qui constitue un pont entre le passé et l'avenir de sa communauté et qui donc, ayant reçu un héritage,doit le transmettre après l'avoir de son mieux augmenté, amélioré." Les derniers chiffres donnés par l'INSEE le confirment : la colonisation de peuplement se poursuit à un rythme exponentiel. Plus de 4000 nouveaux habitants par an en Corse. Cette augmentation de la population est quasi- exclusivement due à l'immigration, française ou autre. Les Corses de la diaspora de retour sur l'ile ne constituent sans doute qu'une faible proportion des arrivants, bien qu'aucune statistique ne puisse à ce jour quantifier le phénomène. Minoritaire sur sa terre, le peuple Corse historique est en voie de marginalisation, aucune mesure visant à préserver ses intérêts collectifs ( corsisation des emplois, lutte contre la spéculation immobilière etc..) n'ayant jamais été mise en oeuvre dans le cadre institutionnel de la République Française.

Démocratie Nationale / Démocratie Mondialiste

16-01-2014
Les opposants aux nationalisme Corse se réclament de manière générale des "valeurs de la République" et de la démocratie. Le contenu donné à ce dernier terme exprimant une conception moderne ,purement quantitative de la politique comme le démontre l'évolution vers "le vote pour tous" engagé par le gouvernement actuel. Ce " règne de la quantité " est celui du monde marchand, qui domine les sociétés occidentales par un pseudo-égalitarisme cachant une dictature réelle, celle de la Banque et de la caste des Usuriers. L'adoption de traités européens officialisant cette dictature contre la volonté de l'immense majorité des peuples a récemment illustré la vanité de toute prétention "démocratique" au sein du Nouvel Ordre Mondial.

Les Corses, Occidentaux ou Européens ?

02-01-2014
Comme chacun peut le constater, à mesure que la société s'enfonce dans la crise et un chaos plus ou moins controlé, se développe de la part de la caste politico-médiatique relais des pouvoirs réels une propagande sans cesse plus orientée vers la morale et la défense des " valeurs" . Valeurs boursières et spéculatives en réalité, qu'identifient de plus en plus clairement les peuples et le monde du travail. Les valeurs ainsi revendiquées et affichées par les cercles dirigeants de l'UE, de la République Française et ses relais locaux, peuvent être qualifiées "d'occidentales". Elles s'articulent autour des principes de la démocratie parlementaire ,de l'économie de marché et de l'idéologie des Droits de l'Homme. L'adhésion à ces trois dogmes est exigée à tout candidat à la respectabilité et au confort douillet offerts ( pour l'instant ) aux sectateurs du "camp du Bien ". L'adhésion aux valeurs occidentales s'accompagnant sur le plan géopolitique et des enjeux globaux, d'un soutien plus ou moins affiché, selon le rôle imparti à chacun, au camp du même nom.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans cet ouvrage, l'auteur s’efforce de mettre en exergue les raisons et les faits marquants de l’aventure coloniale française en Algérie, au Maroc et en Tunisie au XIXème et au XXème siècle. Il décrit les grands moments de la conquête de ces territoires, la politique erratique de la « Grande Nation », rappelle leurs statuts sous la domination française et leur émancipation dans la deuxième partie du XXème siècle. Ce livre comporte aussi quelques indications sur la présence des Corses dans le fait colonial et les répercussions de celui-ci dans l’île. Enfin, il propose une réflexion sur la thématique de la colonisation et de la décolonisation. Sa conception est originale en ce qu’elle privilégie la narration de faits peu connus et ne s’attarde pas trop longuement sur un panorama chronologique brossé dans tous les bons manuels d’histoire des lycées.