NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

La Russie et l'Europe des Peuples

23-10-2015
Le 18 octobre dernier s'est tenu à Moscou le congrès du think tank international "Euro-Rus", animé par notre camarade Kris Roman, par ailleurs militant engagé du nationalisme flamand.. Créé en 2003, "Euro-Rus " s'est donné pour mission de ré-informer et contrer la propagande atlantiste anti-russe déversé quotidiennement dans toute la Zone d'Occupation Américaine ( ZOA) en Europe ainsi que de resserrer les liens entre l'Europe réelle et la Russie. Différents intervenants russes et syriens mais également venus de toute l'Europe se sont exprimés et attachés à renforcer les forces de la résistance anti-impérialiste sur tout le continent. Les "lignes de forces globales" mises en évidence à Moscou impactent tous les contextes socio-politiques locaux. La lutte des peuples historiques d' Europe est confrontée aux "trois cercles de l'oppression" - États coloniaux, système économico-social capitaliste, bloc géopolitique atlantiste- hiérarchisés et interpénétrés. Un combat conséquent contre les cercles de l'oppression implique le refus actif de toutes leurs politiques, des guerres coloniales menées dans le monde arabo-musulman à la destruction des socles sociétaux ( religion, famille, valeur ) et des systèmes sociaux ( austérité ) en Europe, en passant par l'immigration de masse, et ce quels que soient les oripeaux propagandistes déployés et martelés quotidiennement. Au c½ur de la nuit capitaliste, les soldats authentiques de l'Europe des Peuples agissent local et pensent global, le regard tournée vers l'est, là où le Soleil se lève...

Jeunesse corse, le "partage des eaux"

22-10-2015
Il s'agit certes dès aujourd'hui de reprendre le fil de l'Histoire, de retisser, développer des liens culturels et économiques avec la péninsule italique. Mais, transcendant tous les aspects immédiats et matériels de cette ré-orientation, c'est bien la perspective historique ultime de s'affilier spirituellement à Rome, centre de la Tradition et se désaffilier de Paris, avant-poste de la Subversion, et par là même, participer à un mouvement de Restauration global, qui constituera la tâche des élites nationalistes corses qui émergeront demain du marasme présent. Dès aujourd'hui et chaque jour un peu plus se confrontent la tramuntana fresca è sana, qu'évoquait en son temps Santu Casanova d'un côté, et le souffle fétide de la manipulation mondialiste de l'autre. Mais sans nul doute le "partage des eaux" idéologique et qualitatif est il déjà amorcé au sein de la jeunesse corse.

La Paysannerie, ferment de la Nation

18-10-2015
Le monde paysan comme réceptacle de l'esse corsu, ferment d'une future souveraineté est de fait au centre de l'action politique nationaliste, bien au-delà de considérations étroitement corporatistes. Chacun a en mémoire les raisons du déclenchement des évènements d'Aleria. Dès 1976, le "petit livre vert" du FLNC envisageait une ambitieuse réforme agraire au service de la Nation. Dans son avant-projet "Corsica 21", le parti indépendantiste Corsica Libera développe de manière très précise les axes d'une politique agricole nationaliste considérée comme priorité absolue, productive, visant à l'autosuffisance alimentaire de la Corse, étroitement associée à une gestion rationnelle des ressources énergétiques et à l'aménagement du territoire, délivrée de l'esclavage au crédit que suscitent la production intensive d'exportation et les normes de l'Union Européenne. De même, le Rinnovu Naziunali justifie son opposition au projet actuel de PADDUC par la fragilité des garanties proposées pour les espaces à vocation agricole. Du "vergogna à tè chi vende a terra" à la promesse d'expropriation des colons officiellement exprimée par la Cunsulta Naziunale ( 2011 ), la propriété de la Terre et la question paysanne sont associées à la préservation du peuple corse historique. Elles constituent le véritable fil rouge de la lutte, traversant les époques, et ne sauraient être réduites à une problématique parmi d'autres, au nom d'impératifs pseudo-modernisateurs ou étroitement environnementalistes.

La Mobilisation Totale

19-07-2015
L'observation de l'actualité, tant locale qu'internationale, comme celle de l'évolution de la situation globale sur une génération, envisagée sous les angles les plus divers ( politique, religieux, économique, démographique etc..) semble indiquer que le monde est entré dans une phase irréversible de "convergence des catastrophes", dont l'espace méditerranéen constitue l'un des épicentres. Nul ne doute que le Mare Nostrum sera dans les temps chaotiques à venir ,l'une des principales "zone de tempête" où s'exprimeront les rapports de forces préalables à d 'hypothétiques équilibres futurs. La Corse n’échappe évidemment pas au tourbillon et pour son peuple est posée la question du droit à l'existence. Les lois d'airain de la Nature ne permettent pas la survie des organismes faibles, décadents, dépourvus de volonté. Depuis près de cinq décennies, l'énergie vitale de notre peuple l'a engagé dans une lutte multiforme pour son émancipation d'un cadre politico-civilisationnel qui le condamnait à mort. Au-delà des quelques résultats obtenus, la lutte elle-même, en tant que manifestation de l'instinct de survie constitue une victoire sur la Mort.

Lutte du Peuple, Unité du Peuple !

16-07-2015
La dernière communication émise par le FLNC a confirmé, un an après l'annonce du dépôt des armes, sa résolution de clore la séquence de la clandestinité armée.A l'inverse de la capitulation sans condition qu'escomptait le Front Colonial, cette rupture dans le choix des moyens a permis une certaine libération des énergies et de la parole propice à un renouveau des concepts guidant l'action nationale. L'émancipation du peuple Corse repose désormais sur la " lutte institutionnelle", menée avec brio de l''Assemblée de Corse au Parlement Européen, autour de revendications désormais consensuelles par des formations politiques nationalistes dont chacun reconnait la maturité, la maitrise technique et juridique des dossiers, mais aussi sur la "lutte de masse", impliquant les forces vives voire l'ensemble du peuple. Le ferment de ces différentes formes de luttes, la boussole qui indique le Nord, l'axe opérationnel générant la fusion des énergies nationales, c'est la lutte idéologique menée au sein même du peuple, celle qui désigne l'Ennemi à combattre et affirme les Principes autour desquels les Corses se retrouvent et se reconnaissent de manière instinctive, viscérale, au-delà de leurs allégeances formelles et conjoncturelles.

Presse MAINSTREAM en Corse

06-06-2015
Le nouveau magazine d'actualité intitulé IN CORSICA est en vente depuis le mois de mai chez tous les marchands de journaux insulaires. Son équipe rédactionnelle est en partie issue du défunt mensuel CORSICA, mis en liquidation judiciaire il y a deux mois. IN CORSICA s'inscrit dans les standards du genre : Une accrocheuse, politique et pulitichella, gros plans sur les personnalités en vue du moment, langue corse, économie, sport, culture, justice etc.. Ses initiateurs se veulent dans le sens de l'histoire, en phase avec les "grands changement de société" et les évolutions prévisibles vers plus de décentralisation, voire une certaine autonomie administrative pour la Corse. Rien que de très classique pour une entreprise médiatique que d'afficher l'ambition "bouger les lignes", "décrypter l'actualité autrement" voire "briser les tabous" .Mais chacun sait que certaines lignes ne sauraient être bougées, ni certains décryptages envisagés. La lecture attentive d'IN CORSICA laisse entrevoir quelles sont les lignes intangibles, au delà desquelles se profile le monde obscur du politiquement incorrect, que le magazine se garde bien de franchir. Celles-ci sont tracées par deux éminentes personnalités du monde intellectuel français, visiblement attachées à éclairer leurs compatriotes sur les grands enjeux du monde actuel : Mr Jean-Marie Colombani et Jean-Claude Casanova.

Luttes sociales et Autorité Spirituelle

01-05-2015
Comme lors de chaque premier mai, des millions de personnes participeront ce vendredi aux manifestations organisées partout dans le monde à l'occasion de la fête du Travail. Partout sera affirmée la détermination du monde du travail à résister à la guerre totale qui lui est menée par le Capital, ses relais politiques, son appareil médiatico-propagandiste. Une lutte authentique pour les droits et intérêts des Travailleurs ne peut s'inscrire que dans le cadre global d'un combat anti-libéral, se référant positivement à une conception traditionnaliste-Révolutionnaire du monde articulée autour du schéma tri-fonctionnel. Le monde du Travail relève de la troisième fonction ( production, fécondité ). Il est hiérarchiquement lié à la deuxième fonction ( guerre, politique, défense du peuple ) et à la première ( sacerdoce, souveraineté, justice ) . Les castes politico-financières qui actuellement contrôlent le monde occidental n'appartiennent à aucune des trois fonctions de la Tradition Européenne. Elles incarnent la Subversion, le règne de la Quantité, l'absence de limites, et la négation de l'Ordre.

Etat-Nation-Armée

29-03-2015
L'objectif de la lutte de libération nationale est l'instauration à plus ou moins long terme d'un Etat national Corse. La forme prise par cet l'Etat est liée à la conception du monde et au type humain correspondant qui prévalent au sein de l'élite du peuple. Depuis plus de deux siècles, la République Française disperse et utilise à son profit l'élite du peuple corse tandis que sur l'île est favorisée une contre-sélection systématique selon le modèle colonial classique. En Corse, ce n'est pas la nation qui crée l’État. Au contraire, la Nation est crée par l’État (ce qui implique une nécessité révolutionnaire de la prise de pouvoir) qui donne au peuple, conscient de sa propre unité morale, une volonté, et par conséquent une existence effective. Le droit d'une Nation à l'indépendance n'est pas fondée sur la conscience littéraire et idéale de sa propre existence, et moins encore sur une situation de fait plus ou moins consciente et inerte, mais sur une conscience active, sur une volonté politique agissante et prête à démontrer son droit: c'est à dire sur une sorte d’État déjà "in fieri".

Démocratie directe, Ordre national

24-03-2015
Si nous voulons survivre en tant que peuple corse, nous ne pouvons proposer de "retourner en arrière". Nous sommes forcés de tenir une position d'avant-garde. Cette notion est souvent mal comprise. Il ne s'agit plus de ressortir certaines recettes qui ont un goût de modernité parce qu'elles n'ont jamais été appliquées ici. Il s'agit de devancer ce flot d'immondices et d'en détourner le cours, car nous savons que nous sommes imparfaits, parce que le principe électif est la cause de la corruption, avec la professionnalisation de la politique. Certains représentants nationalistes commencent à devenir la preuve que les clanistes sont bien aussi humains que nous et que nous pouvons êtres aussi retors qu'eux. A l'oligarchie dictatoriale (à l'échelle française) ou clanisto-affairiste que sert en réalité la démocratie représentative, s'oppose la démocratie directe. Et face à la subversion capitaliste et géopolitique qui manipule des générations de gauchistes crédules et souvent sincères, cette démocratie directe doit comporter une dimension verticale, une colonne vertébrale constitutionnelle, militaire et spirituelle.

Engendrer des Corses...

25-01-2015
Les derniers chiffres publiés par l'INSEE révèlent que pour le période 2007-2012, la Corse enregistre le plus fort taux d'accroissement de la population "des régions métropolitaines françaises". Celui-ci est exclusivement dû à un solde migratoire au sein duquel la proportion de Corses se réinstallant sur leur terre d'origine est sans doute minime. Chacun a en tête le fameux slogan-mot d'ordre martelé par les tenants, institutionnels ou non, du Droit du Sol, parfois repris sans discernement par certains cercles nationalistes influencés par l'idéologie dominante : "La Corse fabrique des Corses". Cette idée a pu jusque dans un passé assez récent, correspondre à une certaine réalité car liée à une autre notion n'apparaissant plus dans le discours dominant : celle de proportion entre le nombre des autochtones formant le creuset fabriquant et celui des "fabriqués". Dès lors que celui-ci s'inverse, la Corse ne produit plus de Corses, elle peut au contraire engendrer nombre d'anti-corses s'appuyant sur la logique et les institutions coloniales et la politique de "peuplement" revendiquée par le premier ministre français Valls.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans une île à l'image ternie, qui cherche désespérément sa voie entre Europe et Méditerranée, le mouvement de revendication nationale corse moderne, né dans les années 70, a peine à répondre aux espoirs de renouveau qu'il avait suscités. L'aliénation corse, c'est l'histoire d'une démarche qui se voulait révolutionnaire et qui s'est laissé enfermer dans les schémas de la pensée unique française et européenne. Pour sortir de cette aliénation réductrice et suicidaire, il faudra réinventer l'esprit libertaire et communautaire de la culture corse ancestrale. C'est ce qui est proposé dans ce livre témoignage qui aborde sans complaisance et sans détours les grands thèmes de l'actualité corse d'aujourd'hui, immigration, accusations de racisme, choix de société, loi, justice, alternatives sociales, laïcité, communautarisme, qui secouent une société qui a perdu ses repères. Une société qui semble avoir oublié que le véritable combat des peuples du troisième millénaire sera d'abord celui du refus d'obtempérer au politiquement correct.