NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Nationalisme et Civilisation

17-03-2016
Depuis l'aube des temps, la lutte pour l'existence est le moteur premier du développement des espèces et des sociétés. Depuis toujours, le clan s'oppose au clan, la horde à la horde, la tribu à la tribu. Pour assurer la subsistance, pour conquérir ou conserver le terrain de chasse, la source d'eau ou la terre fertile, des clans furent détruits, les tribus victorieuses exterminèrent les tribus vaincues. Le groupe qui possédait la meilleure arme, les meilleurs instruments et la meilleure organisation sociale triomphait des autres groupes et cette possession n'était fondée que sur l'aptitude à les créer. Les temps archéo-futuristes à venir seront donc ceux du dépassement du nationalisme - et de ses ambivalences - comme absolu, par la perspective civilisationnelle intégrant par le haut les peuples-patries européens. Le centre spirituel de l'Europe, réceptacle des principes impériaux et des influences supra-humaines, est Rome. Rome, dont la conquête est pour cette raison l'objectif ultime revendiqué par l'organisation golémique Daesh. A "l'esprit romain" est donc liée la Lutte de Libération Nationale Corse, de son rayonnement relèvent les conceptions et principes garantissant la survie de notre peuple, lui donnant par là même, le droit sacré d'accomplir sa Mission en ce monde.

Droit, légalité et légitimité

26-02-2016
Le tribunal administratif de Bastia a annulé ce mercredi 25 février les délibérations de quatre communes de Corse-du-sud ( Ambiegna, Granace, Lopigna, Ortu ) instituant un " statut de résident" qui, faisant écho aux revendications votées en avril 2014 par l'Assemblée de Corse, visaient à contrecarrer les logiques de spéculation foncière, de dépossession et de marginalisation des Corses sur leur terre. Les auteurs de ces différentes délibérations avaient pourtant mis un soin particulier à tenter de concilier défense des intérêts du peuple corse et allégeance au politiquement correct. Le droit et ses implications juridiques n'étant que l'émanation des conceptions qui régissent le "pays légal" d'une entité politique donnée, les motivations du jugement évoquent " les principes d'égalité, de non-discrimination, de liberté de circulation des personnes, des capitaux et des services, du droit de propriété". Elles relèvent de l'application simple du droit de la République Française et celui de l'Union Européenne ( explicitement mentionnée dans le jugement ). les principes énumérés et leurs applications législatives se confondent avec les "Lois du Marché", hégémoniques au sein du monde occidental. Ils s'opposent à la légitimité coutumière et aux aspirations collectives des peuples autochtones.

De la Colère à la Conscience

15-02-2016
La brutale agression menée par des éléments de la police française contre des supporters bastiais en déplacement à l'issue de la rencontre de football Reims Bastia a suscité l'un de ces moments d'unité nationale au cours desquels notre peuple démontre sa capacité de réaction et sa volonté de vivre. Dès la nouvelle de la grave blessure d'un jeune turchinu et l'arrestation musclée et agrémentée d'insultes anti-corses d'une dizaine d'autres, parmi lesquels un mineur, les messages de solidarité et d'appel à la mobilisation se sont multipliés, émanant des structures patriotiques, de la jeunesse, du monde sportif et associatif, mais aussi de politiciens "classiques". Très significatif est à ce sujet le soutien résolu apporté aux supporters bastiais par leurs homologues et parfois rivaux ajacciens. Le monde des ultras insulaires, réputé nationaliste et politiquement incorrect et de fait particulièrement ciblé par le pouvoir parisien, fait bloc et autour de lui, la jeunesse et le peuple. L'agression policière est sans surprise "couverte" par le ministre socialiste français Bernard Cazeneuve et justifiée par les médias mainstream.

Gauchistes du Capital

04-02-2016
Le séminaire des députés européens du Front National prévu à Aiacciu les 9, 10 et 11 février prochain semble constituer une planche de salut inespérée pour toute une foule de "résistants", bien décidés à s'opposer à la barbarie qu'incarnent les terrifiants Florian Phillipot et autre Gilbert Collard. Plus folklorique mais non moins significative est l'agitation-virtuelle- développée par diverses mouvances groupusculaires émanant de la gauche du Capital ( collectif citoyen "anti raciste", terra d'accolta, no pasaran etc..) essentiellement regroupées autour du Pari Communiste Français, mais aussi des "officines" et de quelques éléments marginaux se réclamant du nationalisme corse. Ces mouvances sont alimentées par deux viviers principaux : le fonctionnariat ( Éducation Nationale ) et le monde de la culture subventionnée qui constituent la dernière base sociale de la gauche française en Corse. L'éradication définitive de ce marxisme culturel crépusculaire et mortifère constituera l'une des taches principales des forces de vie appelées à régénérer la Corse et amener à son aboutissement le processus d'émancipation national.

Idéal franciscain, révolution par l'Ordre

08-01-2016
La crise civilisationnelle dans laquelle sombre irrémédiablement le monde occidental invite les plus conscients des Européens à s'interroger sur les voies et moyens de "survivre au chaos" engendré par le monde moderne dans toutes les dimensions, individuelles et collectives, de l'existence. Face à cette déliquescence généralisée, le peuple Corse, de par la pérennité millénaire d'une substance anthropologique et culturelle périodiquement enrichie- car naturellement filtrée - d'apports issus d'un étranger proche, semble mieux armé que d'autres, tant demeure vivace une histoire qui parle encore à ses enfants. Parmi les apports bénéfiques dont l'influence résonne encore de nos jours, jusqu'à constituer un repère pour les temps tourmentés à venir, l'idéal prêché et vécu par l'ordre monastique franciscain, qui s'implanta en Corse au XIIIe siècle, et dont les membres étaient pour la plupart issus de la province de Gènes. Les franciscains se caractérisent par l'accent mis sur la pauvreté matérielle, condition première de la richesse spirituelle, le don et le partage comme principes absolus.

Pathologie gauchiste

02-01-2016
Toutes les sociétés régies par un "droit naturel" spirituellement ordonné tentent, tant qu'elles le peuvent, de se prémunir contre l'action subversive de "résidus psychiques" infra-humains mis en action par les forces dissolvantes, anti-traditionnelles, dont les agents -humains - inoculent aux peuples, des l'ouverture des premières brèches, des formes de pathologies de masse visant à l'avènement du règne du Non-Etre. L'idéologie marxiste dans tous ses développements passés ou actuels demeure l'une des formes les plus abouties de ces entreprises désagrégatrices. Un physicien prétendait que "le contraire d'une vérité profonde est une autre vérité profonde, seules les vérités triviales refusent la contradiction". Ce qui pose la question de savoir si c'est la doctrine qui est la cause de cette pathologie ou si elle sert de vecteur pour tous les citoyens atteints de ce dysfonctionnement mental. Le monde communiste dans toutes ses déclinaisons sectaires est une "pseudo-communauté paranoïde", un système imaginaire dans lequel se trouve là -et uniquement là- la vérité. Hors de ce système prévaut un dispositif persécuteur et mauvais. Un tel état psychique comporte nécessairement un unique sentiment: la haine. En d'autres termes, si tout est interprété contre lui, tout est ennemi, à haïr et à détruire. A l'intérieur de cette logique perverse et régressive, le contradicteur ne peut être toléré et l'unique action possible est de faire taire quiconque est perceptible comme un péril pour sa propre identité contre-faite et malade. Travestissement de la réalité, sa négation et la présomption absolue de vérité à imposer par tous les moyens. Ceci est la dynamique paranoïaque et communiste. il ne s'agit que d'une base qui se décline dans la tradition des sectes millénaristes, de la haine de soi et des autres ou plus précisément des siens. L'étude approfondie des instruments de l'action subversive, de ses logiques profondes, de ses agents conscients ou pas ( les "idiots utiles" de Lénine ) est l'une des tâches première de ceux qui prétendent ½uvrer au renouveau politique et civilisationnel de la Nation.

MISSION DE LA CORSE

25-12-2015
Les dernières péripéties électorales et l'avènement d'une ébauche de gouvernement corse qui en résulta ont eu pour vertu première de remettre la question de l'Indépendance de la Corse au centre du débat public, tant sur l'île qu'au sein du marigot politico-médiatique parisien, alors même qu'elle n'était pas l'enjeu de l'élection. Prenant prétexte de la défense de l'unité de la République Française, les attaques d'une rare médiocrité émanant à part quasi-égale d'éléments se réclamant du souverainisme jacobin ( Philippot, Chevènement ) et d'agents adoubés de la "gouvernance globale" ( Valls, Juppé ..) ont mis en évidence la convergence de ces deux points de vues et, par delà leur apparent antagonisme, la crainte partagée de ce que signifie en réalité ce renouveau de conscience d'un peuple européen authentique.La volonté d'assumer un destin existentiel que traduit la revendication indépendantiste s'inscrit dans une logique sécessionniste d'avec les doctrines crépusculaires régissant la puissance occupante. La primauté donnée au monde paysan dans le projet indépendantiste, les valeurs guerrières qu'incarnèrent symboliquement les organisations clandestines, le retour en force du thème "Corsica terra Cristiana" dans l'imaginaire collectif relèvent de l'aspiration traditionnelle à un "corps social" impliquant une communauté organique différenciée et solidaire qui condamne, par sa nature même, la conception occidentalo-moderne de la société envisagée comme une masse de consommateurs qui ne se distinguent que par leur pouvoir d'achat. De fait et quels que soient les discours et idéologies proclamés, le moteur premier des démarches de riacquistu qui se succédèrent en Corse depuis la fin du XIXe siècle fut une "révolte contre le monde moderne".Il en sera de même pour le processus d'émancipation national amené à se développer dans les prochaines décennies et la fin de ce monde que chacun pressent intimement donnera à ses opposants les plus conscients, les plus résolus, la légitimité ultime de guider notre peuple, en cette époque d'interrègne, vers l'aurore d'un nouveau futur.

Corsica, reame Catolicu !

11-12-2015
Comme elle le fait chaque année, la Corse a ce 8 décembre dignement fêté le Royaume souverain qu'elle fut, est et sera pour toujours, sous la protection de la Vierge Marie, ainsi que le proclama la Cunsulta d'Orezza du 30 janvier 1735. Cérémonies, commémorations et initiatives diverses se sont succédées tout au long de cette journée, tandis que de multiples processions dédiées à l'Immaculée Conception de Marie s'étiraient à travers villes et villages insulaires. La double dimension, nationale et religieuse, du 8 décembre constitue pour les autorités coloniales un défi qu'elles s'attachent à "désamorcer", dans le cadre scolaire notamment. Face aux dynamiques revendicatives des organisations lycéennes et étudiantes portées tout au long des années 1990-2000, des "journées de la Corse" au cours desquelles sont soigneusement évacués les aspects historiques et spirituels "non conformes", ont été instituées dans les établissements scolaires de l'ile. La confrontation entre deux conceptions du monde et de la société, l'une à la fois enracinée et transcendante basée sur le peuple Corse et son histoire, l'autre globalisante et mondialisée, portée à bout de bras par les institutions coloniales, s'est très symboliquement cristallisée ces 8 et 9 décembre. Elle est amenée, aux cours des temps tourmentés à venir, à se développer à travers toutes les dimensions de l'action politique et sociétale de la nation corse en devenir.

Unité Nationale...Corse !

17-11-2015
Au choc consécutif aux attentats massacres de Paris a succédé l'habituelle opération "unité nationale", procédé classique de tous les pouvoirs, destiné à prolonger l'état de sidération des masses, prévenir les légitimes interrogations de la population quant aux causes de ces drames, détourner sa colère et in fine, tenter d'accentuer l'emprise du régime sur le peuple et la traque des dissidents et autres mal-pensants. Ces man½uvres propagandistes interviennent quelques jours après les commémorations du 11 novembre et relèvent de la même logique "d'Union Sacrée" qui, il y a un siècle, envoya à la mort des dizaines de milliers de Corses, tombés face aux "Boches" sur injonction des prédécesseurs des Hollande et autres Sarkozy, pour défendre les intérêts et poursuivre les buts occultes de leurs donneurs d'ordre.

Les "langues régionales" face au Système

25-10-2015
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Aiacciu ce samedi 24 octobre à l'initiative du collectif Parlemu corsu pour un rassemblement devant la préfecture, suivie d'une granitula sur la place du Diamant, afin de défendre la co-oficialité de la langue corse. Des mobilisations similaires se déroulaient au même moment en Provence, Bretagne, Alsace, Euskadi etc.. La charte européenne des langues régionales doit être examinée en séance au Sénat français le 27 octobre. La droite majoritaire dans cette instance devrait logiquement rejeter une ratification figurant parmi les promesses du candidat Hollande en 2012, avant tout destinée à satisfaire l'électorat ultra-marin ( Antilles Guyane etc..). Mais en réalité, la Charte des Langues Régionales, d'inspiration germanique, suscite par sa dimension idéologique potentiellement "incorrecte", un rejet tout aussi viscéral au sein des appareils politiciens de la gauche française. Ceux-ci sont soumis à deux logiques - jacobine et mondialiste- complémentaires et hiérarchisées, malgré les apparences. Cette confluence entre jacobinisme et mondialisme, cette instrumentalisation du premier par le second est actuellement symbolisée par le premier ministre français Manuel Valls. Membre du Grand Orient depuis 1989, il fut coopté en 2008 par le Bilderberg Group, l'un des principaux centres de pouvoirs atlanto-mondialistes - dont les réunions tenues secrètes sont sécurisées par l'OTAN- et de là "programmé" pour de hautes fonctions en France. Les peuples européens historiques sont la principale, voire l'unique, cible d'un régime de Paris à la fois défensivement jacobin et offensivement mondialiste. La défense de leurs langues est donc intrinsèquement liée à la lutte d'émancipation nationale et ne saurait servir de faire-valoir électoral à des bonimenteurs locaux en réalité affiliés à ces mêmes centres décisionnels qui ½uvrent à leur disparition.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Du Fronte Paesanu Corsu di Libérazione (FPCL), apparu en octobre 1973, au FLNC, créé le 5 mai 1976, en passant par Ghjustizia Paolina, la clandestinité corse s'est enracinée depuis les années soixante-dix dans la vie politique de l'île. Marginale à ses débuts, puis tentaculaire et omniprésente, elle s'est imposée comme lé partenaire clé dans les diverses négociations menées depuis par les gouvernements successifs avec les 'nationalistes.