NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Pour un droit social Corse !

09-03-2016

Le projet de loi El Khomri, conçu par le gouvernement de gauche français sous l'impulsion du MEDEF, fait suite aux lois Rebsamen et Macron 1, écho aux négociations secrètes autour du Traité Transatlantique, à la poursuite de "l'opération migrants" et s'inscrit dans une politique globale d'américanisation des sociétés européennes. Son objectif affiché est la "flexibilisation", l'atomisation du monde du travail, "l'individualisation des parcours professionnels" empêchant toute démarche de résistance collective, selon les logiques guidant la tertiarisation et la financiarisation des économies mondialisées.

Les principaux axes de ce projet, tel qu'il est présenté actuellement laissent clairement apparaitre la volonté idéologique de déstructuration des cadres de vie, de désacralisation et de destruction de tous les repères organiques traditionnels ( familiaux, culturels, communautaires ), aucun espace ne devant échapper aux lois du marché, devenues LA LOI.

- Faciliter les licenciements avec un élargissement de la définition du licenciement économique même si l’entreprise ne connait pas de difficultés économiques sérieusement attestées ou si elle déguise des baisses d’activité…

- La visite médicale d’embauche est remplacée par une simple visite d’information après l’embauche tandis que la périodicité des visites de suivi dépendrait de l’âge et des risques d’exposition, ce qui vient irrémédiablement modifier le suivi médical…

- La durée hebdomadaire moyenne pourra être portée à 46 heures par semaine sur 16 semaines par accord, contre 12 aujourd’hui

- La durée quotidienne du travail pourra être portée à 12 heures par accord d’entreprise même si l’accord de branche ne le prévoit pas…

- Les majorations des heures supplémentaires pourront descendre à 10 % par accord d’entreprise…

- Le travail pourra être organisé par accord sur une période allant jusqu’à 3 ans en ne payant les heures supplémentaires qu’à la fin et dans les petites entreprises elles pourront être payées au bout de 16 semaines sur simple décision de l'employeur…

- Les temps d’astreinte pourront être considérés comme des temps de repos…

- Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine…

Afficher l'image d'origine

Autour de ce projet se mettent en place les habituels acteurs du Spectacle social français : centrales syndicales artificiellement divisées et "tenues" par leurs financements et pratiques occultes, "frondeurs" du Parti Socialiste, organisations étudiantes pépinières de futurs apparatchiks cooptés, dont le rôle est de canaliser la colère populaire par les rituels défoulatoires que sont les manifestations festives, les broncas parlementaires et autres "petites phrases "médiatiques. Tous se revendiquant en réalité de cette idéologie mondialiste dont relève ce type de "réformes".

Le modèle économico-social dépendant de l'idéologie, la seule alternative à la "réforme" est la Révolution entendue en son sens étymologique, circulaire, de retour- recours- à l'Origine. Une telle perspective est envisageable en Corse, à partir du processus d'émancipation national actuellement en cours, au sein duquel sont étroitement liés - au moins théoriquement - les concepts "liberazione naziunale " et "liberazione suciale". La mise place d'un droit social corse conciliant les antagonismes de classes, articulé autour d'une politique d'autosuffisance, de corsisation des emplois, de maitrise par la Nation des secteurs stratégiques vitaux ( transports, énergies.. ) exclut de fait le réformisme politique et implique la Sécession.

Une telle Révolution passe par la reconnaissance par tous les acteurs sociaux de ce point de référence transcendant qu'est l'intérêt national, et le développement d'un véritable Front du Travail, réunissant salariés et petit entrepreneuriat ( artisans, commerçants, agriculteurs ) capable d'imposer sa volonté aux forces du libéralisme et aux tenants d'une société "ouverte, flexible et liquide". La révolution Nationale et Sociale passe par la rupture avec les schémas mentaux ( idéologiques, sociétaux ) importés par toutes les institutions et structures liées à l'état colonialo-mondialiste français. Elle passe surtout par ce supplément d'âme que permet la pérennité d'une de culture populaire relevant d'un monde ordonné, au sein duquel la sphère économico-sociale n'est pas envisagée comme fin mais comme reflet d'aspirations plus hautes, tournée vers le Service et l’Être et non vers l'accumulation et l'Avoir. Cet univers mental traditionnel auquel demeureront à jamais étrangers les Macron, Valls et autres El Khomri ...

A Squadra






Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

L’européanité est attestée par l’histoire et le caractère transnational des grands faits de culture. Au-delà d’un art rupestre spécifique à toute l’Europe voici déjà 30.000 ans, au-delà des pierres levées et des grands poèmes fondateurs, ceux des Hellènes, des Germains ou des Celtes, il n’y a pas une seule grande création collective qui, ayant été vécue par l’un des peuples de l’ancien espace carolingien, n’a pas été vécue également par tous les autres. Tout grand mouvement né dans un pays d’Europe a trouvé aussitôt son équivalent chez les peuples frères et nulle part ailleurs.