NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Ghjuventù , Resistenza, Indipendenza !

10-01-2014

Répondant à l'appel de la Ghjuventù Indipendentista, Plusieurs centaines de lycéens  sont  descendus dans les rues des principales villes de Corse après trois journées consécutives de blocages des établissements scolaires de l'ile. La jeunesse corse se mobilisait pour exprimer son refus de l'entreprise de spoliation programmée par l'Etat Français via la non-prorogation des arrétés Miot et plus largement de l'attitude du gouvernement face aux exigences  démocratiquement exprimées par la grande majorité des Corses : co-officialité de la langue corse, statut de résident, révision constitutionnelle.

 

Le mouvement de résistance au racket fiscal semble donc enclenché et suscite l'inquiétude des autorités coloniales qui mobilisaient à leur tour l'appareil propagandiste du régime pour tenter de discréditer la mobilisation .Le recteur de l'académie de Corse évoquait "l'école buissonière" , tandis que le quotidien unique focalisait sur les approximations énoncées par quelques jeunes sans oublier la sempiternelle  "manipulation" par les mouvements politiques. Enfin la police française chargera violemment la manifestation bastiaise en fin d'aprés midi. Des incidents ont également éclaté à Aiacciu. 

 

Mais outre les revendications plus haut mentionnées, retentirent chants, slogans et mots d'ordre évocant le Nationalisme et l'Indépendance . La jeunesse Corse que certains prétendent amorphe et apathique, identifie parfaitement son ennemi : le Système capitaliste, la religion-dictature  de l'Argent et l'état-nervi français qui les sert .

 

 

L'avenir de la Corse n'est pas en France . D'ailleurs la France n'a pas d'avenir ...

 

A Squadra

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

" Que les auteurs soient engagés ou non, que les temps soient à la la paix ou à au conflit, aucun écrit n'échappe à son contexte.Toute littérature, parce qu'elle participe à la vie de la cité, est un indicateur de premier choix sur les courants de pensée qui traversent habituellement les sociétés. Elle procède, par évidence, du politique... Suivant ce fil rouge qui lui est cher, l'auteur est remonté aux sources de l'imaginaire national corse et, pour en tracer les contours, a interrogé l'histoire littéraire insulaire. Depuis la "giustificazione" du père Salvini au XVIIIe siècle-pour servir à la défense des Corses face aux génois devant les cours européennes notamment- jusqu'aux romans des auteurs de l'entre-deux-guerres et au delà, il montre, à travers la présente étude, combien les figures de cet imaginaire sont prégnantes et opérantes."