NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

La Corse, Base Autonome Durable ?

09-10-2012
Si il y a un livre que l'on peut conseiller aux  Corses, c’est le fameux ouvrage de Piero San Giorgio : « Survivre à l effondrement économique ». Dans une première partie, l’auteur, s'appuyant sur  des chiffres indiscutables nous démontre d’une manière  explicite que notre société consumériste ,capitalo-nihiliste, se trouve  clairement au bord d’un effondrement total et cataclysmique, que ce soit à cause de la dette , de l’afflux massif d’immigrés, ou tout simplement de la perte des valeurs helleno-chrétiennes qui on fait la gloire de notre civilisation européenne.
      
  L’auteur nous expose ensuite la manière de mettre en place une " Base  Autonome  Durable." :  un  concept inspiré par Michel Drac dans son livre G5G . Il s’agit de créer des zones de vie autarciques et totalement autonomes dans lesquelles les gens ,en cas d’effondrement ou de vacuité du système, seraient en mesure  de survivre , et meme de vivre  . Il ne s’agit pas  de l’image tant répandue du survivaliste qui, bandana sur la tête et M16 en bandoulière, se défend contre un hypothétique ennemi, mais  d’un retour à la terre et à nos valeurs fondamentales,celles  de clans  composés d’hommes et de femmes sains  capables de cultiver un potager et de se défendre, mais aussi de transmettre les valeurs qui nous tiennent tant à c½ur,  à l'ecart  de la mondialisation et de sa culture de tête creuse et de porte- feuilles quand à eux bien ouverts.
La perpective   d'un  l’effondrement est bien réelle aujourd'hui  . 94 % des transports sur la planète sont dépendant du pétrole, notre société est tributaire  d’un système logistique extrêmement perfectionné mais aussi horriblement fragile .
 Un exemple : si par malheur une épidémie de type grippe espagnole frappe la planète, avec un taux de mortalité de 30 % (ce qui est relativement faible) , il faut savoir que notre chaine logistique serait  inopérante , entre les mesures de confinement des malades et le manque de remplaçants : gravissime , surtout que  les magasins , pratiquant  la politique de flux tendu ne possèdent pas de stock . 
 Loin du cataclysme général ,  un évènement personnel peut tout faire basculer  : une maladie ,un accident, la perte brutale d’un emploi ….la conclusion est très vite faite, nous sommes à la merci du moindre problème.

L’evènement  le plus marquant  qui accrédita les thèses survivalistes fut  l’ouragan Katrina qui dévasta la Louisiane . Les spécialistes de la FEMA (la sécurité civile américaine) ont tiré un adage de cette crise : « nous sommes à neuf repas du chaos » . En effet,  lorsque katrina frappa la Nouvelle Orleans, tout le monde savait que les secours serait inefficaces mais les citoyens  avaient postulé que le vernis de la belle société US  allait  tenir et que les populations  allaient conserver une discipline et un respect de "l'ordre"   : 
Or ,   les policiers ,   militaires , médecins, urgentistes, bref tout ceux qui étaient chargés  de gérer la crise avaient fui ou bien , plongés dans la meme situation que le reste de la population , s'étaient d'abord occupés de survivre avec leurs familles .
De plus quand  "Monsieur tout le monde " s’est retrouvé   sans électricité , sans vivres ( 90 % d’entre nous n’a que trois jours de nourriture en stocks) ,  et sans le gentil flic US  et son Tazer, mais  entouré par les gangs, " Monsieur tout le monde" s' est  lui-meme transformé  en pillard  . La Garde Nationale intervint ensuite et tira à vue sur tout ce qui bougeait .

L'  Europe n'est pas à l'abri :  un petit coup de froid, une chute de neige et  des centaines de milliers de personnes qui se retrouvent  perdues. Sans compter que notre société produit énormément d' assistés émasculés .
BREF, nous sommes a la merci du moindre petit problème qui bouleverserait , même sur une courte période , le fonctionnement de notre société.

Et la Corse dans tout ca ?
 
Selon l'auteur de "survivre à l'effondrement économique " , que nous avons rencontré à plusieurs reprises , la Corse d’un point de vue matériel, et culturel pourrait constituer  une super B. A .D. à elle toute seule:  l’eau et le gibier y sont abondants ,  la terre est  riche même en montagne avec les jardins en terrasse, et puis culturellement l’esprit du bastion perdure chez les Corses   pour peu que nos jeunes délaissent  l’esprit  "Dolce e Gabana  " , qu’ ils oublient l'Iphone et David Guetta  .....
En effet si l’on considère le problème de l’indépendance d’un point de vue survivaliste,   se pose un gros problème:  nous ne sommes pas autosuffisants ,par la volonté de l'Etat  français d'une part  , qui organisa le dépeuplement  de notre pays, puis son  repeuplement par l'immigration , par le gout du confort et de la vie facile   auxquels cèdent les Corses , bercés par les mirages  propagés  le Système d'autre part .
Mais  avec des gens déterminés,  des actions peuvent être entreprises , une politique de très longue haleine, passant  par des campagnes de reboisement, par un investissement de la part des jeunes qui doivent absolument rejeter le consumérisme et le culte de l'argent  facile . Le premier acte révolutionnaire consistant à casser sa télé et éteindre la radio  ..
  Tout cela  passe par une action résolue au  niveau local et  un gros travail de sensibilisation à mener auprés de l'entourage proche .
En Corse , des petits groupes d'individus conscients tentent d'ores et déjà de mettre en pratique les principes survivalistes .
La venue de Piero San Giorgio en Corse est envisagée pour le début 2013 .
.
A squadra


Protéger son clan , sa famille , sa communauté . Le survivalisme , un retour au sources pour la Corse aprés l'effondrement économique et l'implosion de la République française ?   Un survivalisme équilibré par la conscience nationale  pour une  Corse "Base Autonome Durable " ...
Quelques liens :
link 

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans une île à l'image ternie, qui cherche désespérément sa voie entre Europe et Méditerranée, le mouvement de revendication nationale corse moderne, né dans les années 70, a peine à répondre aux espoirs de renouveau qu'il avait suscités. L'aliénation corse, c'est l'histoire d'une démarche qui se voulait révolutionnaire et qui s'est laissé enfermer dans les schémas de la pensée unique française et européenne. Pour sortir de cette aliénation réductrice et suicidaire, il faudra réinventer l'esprit libertaire et communautaire de la culture corse ancestrale. C'est ce qui est proposé dans ce livre témoignage qui aborde sans complaisance et sans détours les grands thèmes de l'actualité corse d'aujourd'hui, immigration, accusations de racisme, choix de société, loi, justice, alternatives sociales, laïcité, communautarisme, qui secouent une société qui a perdu ses repères. Une société qui semble avoir oublié que le véritable combat des peuples du troisième millénaire sera d'abord celui du refus d'obtempérer au politiquement correct.