NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Dissidence médicale à Travu

11-06-2016


Plusieurs centaines de personnes s'étaient déplacées ce samedi 10 juin pour écouter une conférence donnée dans le cadre du festival de la Santé de Travu par le professeur Henri Joyeux, chirurgien- cancérologue réputé mais aussi et surtout figure emblématique de ce qu'il convient de désigner comme la "dissidence médicale". Celle-ci se développe en réaction à une pensée unique médicale imposée et véhiculée par les géants de l'industrie pharmaceutique mûs par la logique capitaliste du profit et organisés en lobbys auprès des pouvoirs politiques. Le monde médical institutionnel n'échappe pas aux dynamiques générales involutives régissant le monde moderne : "règne de la quantité" , massification, réification, marchandisation, scientisme démiurgique, hégémonie de la chimie, rupture avec les principes naturels et sur-naturels, manipulations du vivant etc...

A l'instar d'autres spécialistes comme André Gernez, ( 1923-2014 ) , le professeur Joyeux défend dans ses livres et conférences les principes d'une médecine naturelle, préventive, fondée sur une alimentation saine et une hygiène de vie équilibrée, liée à des conceptions sociétales traditionnelles. L'humain n'est pas une machine mais un organisme vivant, total,dont les différentes dimensions ( corps, âme ) sont étroitement liées entre elles ainsi qu'à un ordre cosmique vis-à-vis duquel lequel la rupture est génératrice de pathologies. Le professeur Joyeux s'est donc élevé contre les politiques publiques totalitaires du tout-vaccin pour les nourrissons. La pétition qu'il a lancé contre l'obligation du vaccin hexavalent DTPolio-Hib-Coqueluche-Hépatite B, a déjà recueilli plus d'un million de signatures.

 Catholique et père de six enfants, le professeur Joyeux s'est par ses prises de positions, attiré les foudres du monde médical institutionnel, des lobbys pharmaceutiques ( une médecine préventive, naturelle et qualitative n'est pas rentable ) mais aussi du pouvoir politique français. La ministre socialiste Marisol Touraine a dénoncé dans une déclaration publique la démarche du professeur hérétique - "la vaccination ne se discute pas, il ne faut pas avoir de doute par rapport aux vaccins"-  ainsi que ses conceptions sociétales conservatrices et son opposition résolue aux  "salles de shoot",à la théorie du genre ou au mariage homosexuel. Dissidence médicale et dissidence politique sont donc étroitement liées, toutes deux découlant de conceptions traditionalistes centrées sur l'Etre contre l'hégémonie de l'Avoir.

Afficher l'image d'origine

La conférence du docteur Joyeux qui  portait sur la prévention des cancers et des "maladies de civilisations" fut riche en conseils pratiques délivrés avec pédagogie et humour, notamment pour la nutrition des enfants. Le message principal délivré est celui d'une réduction de la consommation de viande rouge et de produits laitiers comprenant une quantité excessive d'hormones de croissance au profit de poissons et de végétaux. Une autre conférence est prévue ce dimanche à 17 h sur le thème : "Les vaccins, comment s'y retrouver sans y perdre la santé ".

Pas plus en médecine que dans les autres domaines de la vie n'existe la neutralité .La conception traditionnelle de la science l'ordonne au Sacré, à l'inconnaissable et la Cause première, lui reconnaissant de fait des limites que nient les pensées modernes et post-modernes. La médecine est donc également un champs de bataille idéologique.



A Squadra 

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Publié en 2000 aux éditions l'Harmattan par Jean-Pierre Santini " Front de Libération Nationale de la Corse " sous-titré "De l'ombre à la lumière" est l'un des rares ouvrages écrit par un acteur du mouvement national corse accordant la priorité aux questions doctrinales sur les récits de faits d'armes et autres péripéties politiciennes. Il constitue donc un remarquable outil de formation politique dont il convient de proposer l'étude ( et la critique ), notamment aux plus jeunes militants. L'ouvrage décrit en détail la genèse et les fondements théoriques de la lutte de libération nationale corse contemporaine aboutissant à la création du FLNC, puis en relate les différentes phases jusqu'en 1999 et les prémices du "processus Matignon". L'auteur analyse longuement les contradictions idéologiques qui entraineront les secteurs majoritaires de la mouvance nationaliste vers les errements des années 90, les dérives à la fois réformistes et militaristes allant de pair malgré les apparences et les discours officiels. La principale confrontation opposera, peu après la création du FLNC, les tenants de la notion de "droit à l'autodétermination" du peuple Corse ( hypothétiquement reconnu par la puissance occupante ) comme "point d'arrivée" de la lutte et ceux qui défendront le principe de l'affirmation de la Souveraineté nationale par des institutions politiques corses, issues du peuple Corse et seules légitimes à ses yeux comme aux yeux du monde. La différence qualitative entre "sentiment national" ( l'on dirait aujourd'hui identitaire ) partagé par la majorité des Corses et "conscience nationale", apanage d'une minorité, expliquant la victoire des premiers sur les seconds.