NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Corses au service du mondialisme

04-07-2014

  Nul n'est censé l'ignorer, la ville de Marseille a été désignée en 2013 capitale européenne de la culture. Toute l'année se succèdèrent dans la métropole phocéenne conférences, expositions, concerts et manifestations diverses articulées en réalité autour d'une seule idée : celle de l'existence d'un "peuple méditerranéen" dans lequel devraient se fondre Provençaux, Corses, Maghrébins, Turcs, Gitans etc... Ce "peuple méditerranéen" n'étant évidemment qu'une subdivision du "peuple mondial", destiné à être soumis à un "Gouvernance Mondiale", non élue mais dirigée d'une main de fer par les "marchés" et autre mafias bancaires. L'Union pour la Méditerranée mise en  place par Sarkozy constitue le cadre juridique de cet espace de liberté de circulation des hommes et des capitaux.

 

Barroso, Sarkozy,Mubarak,Ban KI Moon, parrains de l'Union Pour la Méditerranée ...

 

Parmi les principaux organismes impliqués dans cette vaste entreprise de propagande, la Fondation Anna Lindh qui organise à Marseille un Forum visant à "développer le dialogue et la coopération entre les acteurs de la société civile et de renforcer leur impact dans le contexte de la relance du partenariat euro-méditerranéen et de l’Union pour la Méditerranée. Lancé autour du slogan  »Citoyens pour la Méditerranée », le Forum est le premier rassemblement du genre depuis le soulèvement arabe. Il a rassemblé les principaux acteurs de la société civile de 42 pays, experts, universitaires, ONG, parlementaires ainsi que des représentants des autorités locales et des principales institutions internationales de l’ensemble des pays membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM). En collaboration avec l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, le Forum Anna Lindh a été planifié pour coïncider avec la tenue du Premier Sommet des Présidents des Parlements de l’UpM qui s’est tenu le dimanche 7 avril."

 

La fondation Anna Lindh est présidée par André Azoulay, conseiller du roi du Maroc, un pays étroitement controlé par les puissances occidentales,dont le territoire sert de lieu de villégiature à la nomenklatura mondialiste et  la jeunesse de réservoir de chair fraiche pour ses activités pédophiles. 

 

Ce type d'évènement, richement doté en subventions publiques, a naturellement trouvé des collaborateurs zélés au sein du petit  monde  médiatico-culturel Corse.

 

          Le président de l'IRCA, Magà Ettori et André Azoulay, président de la fondation Lindh unis dans le combat pour la "citoyenneté méditerranéenne", et surtout la libre circulation des hommes et des capitaux ..

L'IRCA ( Institut Régional du Cinéma et de l'Audiovisuel Corse )  a donc été coopté pour participer à diverses manifestations de lavage de cerveau destinées aux Corses de l'ile et de la diaspora. Son président , Magà Ettori affirme "développer la diversité, la société plurielle, le dialogue interculturel"  et évidemment la fameuse "citoyenneté méditerranéenne",selon la stratégie élaborée par la fondation Lindh.

Autre pièce maitresse du dispositif, la radio d'état RCFM, au travers de ses programmes et notamment de son émission phare Kantara,  dédiée au même objectif, en collaboration avec six autres radios d'état.

 Sont également partie prenante, l'institut de la Méditerranée de Corse et l'association écolo "u Marinu" .

 

Des aspirations identitaires savamment vidées de leur contenu idéologique et revendicatif remplacées par les mots d'ordre du Système ,des acteurs culturels  grassement subventionnés et intégrés aux réseaux de domination et de pouvoir ,le secteur de la propagande mondialiste en Corse  ne connait pas la crise et ne subira lui aucune politique d'austérité..

 

A Squadra

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Le F.L.B-A.R.B, de 1966 aux années 80 est un mémoire réalisé, dans le cadre de ses études, par la fille aînée de Padrig MONTAUZIER, Kelig. Tout mémoire a son histoire, et pour Kelig, celui-ci est avant tout une histoire personnelle. En effet, ce sont des évènements, qui, survenus dans son enfance sont à l’origine de ce sujet. L’arrestation de son père a été un moment douloureux pour cette petite fille âgée de 6 ans à l’époque, mais c’est aussi ce qui lui a donné l’envie de rédiger ce mémoire et comprendre les motivations de ces hommes qui appartenaient à ce mouvement clandestin qu’était le F.L.B et qui entraient dans sa branche militaire l’A.R.B. Pour mener à bien ce mémoire, il a fallu recourir à de nombreux entretiens auprès d’anciens activistes ayant appartenu au mouvement clandestin.