NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Festighjà a Nazione !

08-12-2014
U 30 di Ghjennaghju 1735 ind’è un paisolu di Castagniccia, pieve d’Orezza, fù urganisata a Cunsulta d’Orezza chì elaburò una custituzione democratica. L’ 8 di dicembre fù dichjaratu « Festa Naziunale», in umagiu a quella chi pruteghje sta terra liberata : a Vergina Maria. A Festa di l’ « Imacculata Cuncezzione » hè dunque u listessu ghjornu chi a festa di a Nazione, per mustrà, tra altre cose, chi nisun’ùn hà u dirittu d’impatruniscesi di a memoria culletiva è di l’identità propria di un populu. Di stu sintimu naziunale è di sta fiura religiosa, nasce u nostru innu « Diu vi salvi regina », per tutti quelli chi credenu in l’avvene è ind’una nazione libera . Di pettu à u razzismu istituziunale francese cuntr'à u nostru populu, di pettu à sta ripubblica massonica chi pruibisce i presepii, tocc'à tutti i Corsi à ramintà à u mondu sanu chi A CORSICA, TERRA SACRA, TERRA CRISTIANA, UN HE MICCA UN DIPARTIMENTU FRANCESE MA UNA NAZIONE VINTA CHI HA DA RINASCE !

Arte Mare, un festival bien encadré

13-11-2014
Le festival du film et des cultures méditérranéennes Arte Mare, largement soutenu par la municipalité bastiaise, débute ce samedi 15 novembre dans un parfum de polémique. En effet, en avant-première sera jouée au théatre de Bastia une pièce de théatre "Le Souper", avec comme tête d'affiche l'innénarable Christophe Barbier, éditorialiste vedette des côteries parisiennes. Celui-ci se distingue régulièrement par une agressivité anti-corse encouragée par ses employeurs et donneurs d'ordre, qui lui permet d'endosser un costume de super-patriote français résistant aux "replis communautaires". Journaliste officiant dans la plupart des médias audiovisuels et écrits français ( du Point à l'Express , de i-télé à Canal Plus ), marié à Yamini Kumar-Cohen, directrice de la communication de la célèbre maison de luxe Hermès, le frêle Barbier est en réalité directement connecté aux "nouveaux pouvoirs" effectifs de la société occidentale comtemporaine, basés outre-Atlantique. Il soutient les "guerres justes " menées par Sarkozy, Bernard-Henry Levy et le camp atlantiste, tout en appelant à la répression des dissidents. Il sert avec enthousiasme le camp du Bien, au sein de cette petite frange médiatique de français "de souche", faisandée et efféminée, affectée au rôle de laquais du Système et pour laquelle les Corses incarnent ce qu'ils ne seront jamais. Christophe Barbier se glissera donc sans mal ce samedi dans la peau de Talleyrand, politicien corrompu qui servit et trahit tous les régimes ( République, Empire et Restauration ) de son époque, que Napoléon qualifia de "Merde dans un bas de soie". L'édition 2014 d'Arte Mare, qui aura pour thème, sensible au vu du contexte local et internationnal, la dimension politique du septième art, se conformera évidemment aux règles non-écrites mais intangibles régissant ce type de festival culturel subventionné .La part belle sera accordée à la pseudo-impertinence et "l'esprit Canal" représentés par Karl Zero qui présentera un film de propagande anti-Poutine.

Corses au service du mondialisme

04-07-2014
Nul n'est censé l'ignorer, la ville de Marseille a été désignée en 2013 capitale européenne de la culture. Toute l'année se succèdèrent dans la métropole phocéenne conférences, expositions, concerts et manifestations diverses articulées en réalité autour d'une seule idée : celle de l'existence d'un "peuple méditerranéen" dans lequel devraient se fondre Provençaux, Corses, Maghrébins, Turcs, Gitans etc... Ce "peuple méditerranéen" n'étant évidemment qu'une subdivision du "peuple mondial", destiné à être soumis à un "Gouvernance Mondiale", non élue mais dirigée d'une main de fer par les "marchés" et autre mafias bancaires. L'Union pour la Méditerranée mise en place par Sarkozy constitue le cadre juridique de cet espace de liberté de circulation des hommes et des capitaux.

Guerre culturelle, guerre coloniale !

28-06-2014
C'est donc ce jeudi 26 juin qu'a été inaugurée au musée Fesch d'Aiacciu, l'exposition controversée de la collection de photographies de "l'artiste d'avant garde" américain Andrès Serrano. Parmi la centaine "d'oeuvres" plus ou moins glauques exposées, le fameux PISS CHRIST, représentant le Christ en croix plongé dans l'urine et le sang de Serrano a provoqué l'indignation de nombreux Corses. Tour à tour, l'évêque d'Aiacciu Mgr De Germay, l' Association des Familles Catholiques et l'association nationaliste "Ponte Novu" ont condamné cette provocation orchestrée sur une terre consacrée à la Vierge Marie et dont la catholicité constitue l'un des éléments essentiels de l'identité. De son coté, le mouvement CRISTIANI CORSI adressait une lettre ouverte au maire actuel d'Aiacciu l'enjoignant de s'opposer à une initiative blasphématoire et attentatoire aux valeurs essentielles du peuple Corse. Les organisateurs de l'exposition ont de même été submergés de courriers et d'appels émanant de citoyens outrés par une telle affectation de fonds publics et conscients du caractère éminemment idéologique de la politique culturelle imposée par l'ancienne municipalité de gauche à Aiacciu.

Nationalisme et Clanisme

01-04-2014
"Le Clan, c'est la Corse" avait coutume de dire Jean-Paul de Rocca Serra, des décennies durant chef de file de la droite républicaine intransigeante... et intervenant discret en faveur nombreux prisonniers politiques corses auprès des autorités françaises. Fondement de l'anthropologie et de la culture Corses, le système et la mentalité claniques ( ou plutôt leur dégénérescence ) furent combattus par le mouvement national. Mais nationalisme et clanisme sont ils des réalités irrémédiablement inconciliables ? Le concept de Clan, de part ses principes antimodernes ne constitue-t-il pas un anticorps à opposer aux métastases mondialistes, voire la quintessence d'un renouveau de l'esprit national ? Clanisme et contre-clanisme, culture et contre-culture.

Lutte politique, guerre culturelle

16-03-2014
Les péripéties et micro-polémiques électorales de ces dernières semaines comme le rapprochement entre le courant autonomodéré et la gauche française ont relayé au second plan un aspect capital de la lutte du peuple Corse : celui du combat culturel . La fin de l'année 2013 fut marquée, chacun s'en souvient, par les persécutions dont furent victimes des acteurs de premier plan du "Riacquistu" des années 70 : Jean-Paul Poletti et André Bitton dit "Minicale" ,deux des fondateurs du groupes mythique et politique Canta U Populu Corsu, ce qui est tout sauf un hasard . Le premier est soumis à des sanctions administratives arbitraires venant de la C.T.C., le second fut tout simplement licencié par l'association "Tutt'in Piazza" qui l'employait suite à la brutale réduction de la subvention habituellement allouée par la même C.T.C. Ces deux affaires sont emblématiques d'une politique générale pretextant "la crise" , pour effectuer des réajustements dans l'attribution de l'aide publique à la création culturelle. Car les restrictions budgétaires ne concernent pas tout le monde et nul n'a oublié la subvention de 200 000 euros accordée en 2013 au photographe iranien Reza pour une exposition itinérante de plusieurs mois sur l'ile.

Contre la drogue, l'Esprit National !

21-11-2013
Le collectif " A droga fora " avait convié la presse ce lundi à l'université de Corti pour exposer le bilan de son action et les projets des mois à venir. Au programme diverses actions de sensibilisation , mais surtout la volonté d'inscrire la question de la drogue dans le débat des élections municipales comme l'a rappelé Denis Luciani, l'un des animateur du collectif, par ailleurs président de l'Associu di i Parenti Corsi : " Lors des élections municipales, nous allons être attentifs à ce que les candidats prennent position contre ce fléau. Nous avions déjà interpellé les candidats lors de la présidentielle de 2012 concernant la dépénalisation des drogues douces en faveur de laquelle certains se prononçaient. "

I VERDI et la drogue

26-08-2013
Le parti gouvernemental Europe Ecologie-Les Verts tenait ses journées d'été 2013 à Marseille du 22 au 24 août dernier. Cette officine fondée par Cohn-Bendit pour détourner vers la gauche mondialiste des combats intrinséquement liés au monde traditionnel et enraciné, accentue sa campagne pour la légalisation des drogues. Prenant pour prétexte la vague de règlement de compte qui ensanglante actuellement la cité phocéenne, des militants se sont regroupés devant la gare St Charles, derrière une banderole "Fumer tue, prohiber le cannabis aussi !". Pour Sébastien Barles, porte parole régional d'EELV, "les jeunes qui en vendent actuellement pourraient être formés à la production locale par exemple". Une lumineuse idée directement inspirée de Cécile Duflot, actuelle ministre de l'Egalité des Territoires et du logement, en pointe dans ce noble combat.

Le match de la coofficialité

26-06-2013
Le vote de l'Assemblée de Corse sur la coofficialité de notre langue continue de susciter prises de position et polémiques, alors même que les autorités françaises, par la voix du ministre Valls, ont opposé une fin de non-recevoir à toute avancée dans ce domaine. Partisans et adversaires de la coofficialité, tels des garnements se disputant les faveurs de leurs parents, multiplient les lettres ouvertes, manifestes et rencontres avec les gens "qui comptent" au sein des instances décisionnelles de la République Française.

Reza, un trés cher "ami de la liberté"

21-06-2013
Le vernissage de l'exposition itinérante du photographe iranien Reza s'est tenu ce jeudi soir à Corte. Naturellement encensée par les médias locaux, cette initiative culturelle a été financée par la C.T.C. à hauteur de prés de 200 000 euros et sera accueillie du 20 juin au 30 septembre à Bastia, Corte et Bunifaziu. A l'heure où les collectivités locales taillent à la hache dans les budgets sociaux, une telle dépense affectée à la promotion d'un artiste étranger n'avait pas manqué de susciter interrogations et polémiques. Mais les grincheux furent trés vite ramenés à la raison par l'évocation de la personnalité de l'artiste dont les bobos ne sauraient être privés pour de vulgaires questions d'argent.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Dans cet ouvrage, l'auteur s’efforce de mettre en exergue les raisons et les faits marquants de l’aventure coloniale française en Algérie, au Maroc et en Tunisie au XIXème et au XXème siècle. Il décrit les grands moments de la conquête de ces territoires, la politique erratique de la « Grande Nation », rappelle leurs statuts sous la domination française et leur émancipation dans la deuxième partie du XXème siècle. Ce livre comporte aussi quelques indications sur la présence des Corses dans le fait colonial et les répercussions de celui-ci dans l’île. Enfin, il propose une réflexion sur la thématique de la colonisation et de la décolonisation. Sa conception est originale en ce qu’elle privilégie la narration de faits peu connus et ne s’attarde pas trop longuement sur un panorama chronologique brossé dans tous les bons manuels d’histoire des lycées.