NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Lecture : Dictature Molle

12-11-2015

Juriste, avocat et talentueux écrivain insulaire , Philippe Chiaverini nous incite, dans le roman "Dictature molle", à une réflexion sur les ressorts de la chape de plomb étouffant la vie intellectuelle et l'être profond des sociétés ouest-européennes "évoluées", mais qui, comme de juste, commence à se lézarder sous le propre poids de ses contradictions.

La "raison d'état" se révéla dans l'Histoire comme l'un des fondements de l'édification de sociétés d'Ordre et d'Harmonie, tournées vers la transcendance et le dépassement de la dimension "humaine trop humaine" et en réalité, tendant vers l'infra-humain, qui régit le monde occidental actuel.

Les préoccupations qui inspirent les organes politico-administratifs dans lesquels se meuvent les protagonistes de Dictature molle, se révèlent cependant d’une nature bien différente de celle qui sous-tendait l’action de leurs prédécesseurs ante-révolutionnaires. C’est l’expérience qu’en fait, de manière plus ou moins consciente, Georges Roseau, jeune cadre administratif qui commence une carrière de bureaucrate comme chef de pôle à la sous-préfecture de Brive-la-Gaillarde. Empli de l’importance de ses fonctions qu’il considère comme essentielles à l’accomplissement du Service public, auquel il voue un culte, il se fait le relais empressé des conceptions d’une hiérarchie qui juge que le libre-arbitre est une notion trop aléatoire pour se dispenser de mettre la population sous une tutelle, forcément bienveillante, qui pénètre les détails les plus anodins de l’existence.

A la fois drôle et glaçant, ce roman met en scène des personnages qui, par leurs ambitions, leurs jalousies, leurs ridicules, leurs lâchetés, leurs duplicités mais parfois aussi leur lucidité, déclinent l’éternel répertoire humain, dans un contexte de tentative d’élaboration d’une Société qui confine au post-humain, processus au cours duquel ceux qui se pensent les meilleurs prennent le risque de perdre leur âme et où, selon la meilleure recette antique, la Vérité n’est proclamée avec force que par les esprits les plus folkloriques et donc attachants.

Plus généralement, Dictature Molle décrit, et pourrait-on dire, dresse par avance l'autopsie de ce monde mesquin et émasculé du secteur tertiaire ( employés de bureau, fonctionnaires), métastase d'un progressisme concentrationnaire, dont la République Française finissante est l'un des centres nerveux.

Ce roman et son propos peuvent être reliés à ceux d'un Michel Houellebecq, inspirés de l'observation d'univers proches, partageant en réalité un même nihilisme catagogique inspiré du totalitaire concept  T.I.N.A. ( There is no alternative ).

La Dictature Molle, celle des médias mainstream et des radars routiers, du racket des automobilistes et de la traque des mal-pensants, des flics et des instits, la Corse la subit également mais, plus qu'ailleurs sans doute en raison de son paradigme insulaire, paysan et montagnard, la perçoit comme étrangère et ressent l'illégitimité absolue d'une machine impotente, tournant à vide, et vouée au pitoyable destin des bureaucraties soviétiques des années 80.


A Squadra

Dictature molle, Philippe Chiaverini , éditions anima corsa 2015.










Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Comme l'affirme Denis Luciani, l'auteur de l' "Essai sur la génèse et la nature de la féodalité corse", l'étude du Moyen Age comme source de mentalité et de structuration sociale du peuple corse se révèle riche d'enseignements quant au présent et l'avenir . La principale faiblesse du monde féodal corse, qui fut la cause de sa soumission à des puissances étrangères puis de son effacement ne découle pas de la géographie ou des structures claniques, mais de l'absence d'une dimension religieuse transcendante et unificatrice. Une carence à laquelle tenteront de remédier les Révolutions nationales du XVIIIe siècle. Le roi Théodore fondera un Ordre de Chevalerie inspiré des Teutoniques, puis les paolistes placeront le Royaume de Corse sous la protection de la Vierge Marie. L'idée même de Nation Corse est donc sous-tendue par des principes d'ordre spirituel, dont l'oubli ou la mise à l'écart par les influences modernistes seront à l'origine de nombres de dérives ( guerre des "caporali" nationalistes des années 90 ) de la revendication nationale contemporaine. La dimension métaphysique de la lutte nationale Corse intériorisée par tous ses acteurs, son opposition absolue au Chaos occidental, demeurent la clé de la transmutation des faiblesses en force capable de générer un véritable ordre civilisationnel, au coeur du nouveau Moyen Age à venir.