NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Lecture : Avanzà ! La Corse que nous voulons

12-01-2017
Le dernier ouvrage de Ghjuvana Guidu Talamoni intitulé "Avanzà" constitue, pour les non-inités, une introduction à la revendication corse contemporaine, relatée dans ses grandes lignes, ses étapes marquantes ( guerres mondiales et leurs conséquences, évènements d'Aleria , lutte armée etc ..) et ses perspectives d'avenir. "Avanzà" est également un exposé de ce qui peut définir une philosophie politique corse, originale car émanant d'un peuple "issu du fond des âges", et par cette originalité même, susceptible d'inspirer d'autres peuples ou nations, de par les dimensions à la fois profondément humaines, naturelles et spirituelles de cette philosophie politique

Lecture : le Linceul de Turin

27-12-2016
C'est à bon droit que le linceul de Turin peut être qualifié de "provocation à l'intelligence", comme le déclara Jean-Paul II en 1998, en invitant les scientifiques à poursuivre les recherches. Foi et Intelligence, Foi éclairée par l'Intelligence, rien d'autre en définitive que les fondements de la Civilisation Chrétienne.

Lecture : la Patrie des Droits de l'Homme

10-04-2016
Dans cet ouvrage, Gilles Guyot et Philippe Chiaverini examinent les différences entre les constitutions américaines et françaises, issues toutes deux d'une même matrice idéologique, celle du culte des "Droits de l'Homme". Ceux-ci sont élevés au rang de religion révélée, universelle et par conséquent sacralisée par leur volonté proclamatrice. Rien de tel dans la constitution de la Corse indépendante de 1755 qui, comme le souligne les auteurs, "n'a pas éprouvé le besoin de dresser une liste solennelle des droits de l'homme d'abord pour un motif théologique car ils sont convaincus que Vérité et Justice découlent directement de Dieu". La Corse souveraine s'inscrit dans le courant réaliste, celui de l'acceptation d'un ordre des choses émanant de principes supra-humains dont la société des hommes doit s'inspirer.

Lecture : Irlande Rebelle !

04-03-2016
La Nouvelle Revue d'Histoire ( NRH ), fondée en 2002 par le regretté Dominique Venner, se distingue de nombre de ses concurrentes par une liberté de ton qui lui permet de présenter des travaux de qualité, accessibles au grand public, non pollués par le politiquement correct ou les dogmes idéologiques du moment. Elle propose des pistes de recherches et des lectures complémentaires originales et courageuses, hors des sentiers battus. Les faits et évènements y sont traités dans une perspective de temps-long sans concession à l'anachronisme ( application à la période étudiée des jugements basé sur les valeurs ou non-valeurs dominantes actuellement ).

Les peuples fondateurs de l'Europe

04-01-2016
La Nouvelle Revue d'Histoire ( NRH ), fondée en 2002 par le regretté Dominique Venner, se distingue de nombre de ses concurrentes par une liberté de ton qui lui permet de présenter des travaux de qualité, accessibles au grand public, non pollués par le politiquement correct ou les dogmes idéologiques du moment. Elle propose des pistes de recherches et des lectures complémentaires originales et courageuses, hors des sentiers battus. Le numéro Hors-Série numéro 11 ( automne hiver 2015 ), consacré aux "Peuples fondateurs de l'Europe" ne fait pas exception à la règle. Il ambitionne, selon Philippe Conrad, son directeur, "rappeler aux Européens qui ils sont et d'où ils viennent". L'éditorial évoque des Européens se voyant assigner la place de simples provinciaux et consentants au sein du grand marché mondial légitimé par l'utopie libérale. L'on appréciera particulièrement les articles consacrés à l'héritage grec, l'esprit de Rome et les racines celtiques et germaniques. La question catalane-espagnole est également abordée de manière ouverte.

Lecture : Europe, Tiers-Monde même combat

24-11-2015
Le terme "tiers monde" a longtemps désigné les pays non-industrialisés, soumis ou exploités par le "premier monde" occidental ou le "second monde "soviétique. Il traduisait également parfois une volonté de résistance face aux conceptions anti-traditionnelles régissant conjointement les deux blocs et une auto-affirmation en temps que sujet politique à part entière que l'on appellera le tiers-mondisme .Il est remplacé depuis la fin du "second monde" par celui de "Pays en voie de développement". Une dénomination à la fois marquée par le politiquement correct et l'esprit totalitaire mondialiste: le développement n'est en effet envisagé que dans sa dimension matérielle, mercantile, consommatrice plus que productrice et la voie tracée, la seule possible, est celle qui mène aux standards occidentaux. Ceux qui refusent cette occidentalisation peuvent être aujourd'hui désignés comme "non alignés" indépendamment- ou plutôt en raison même- de leurs différences civilisationnelles. Alain de Benoist plaide donc pour une alliance multi-dimentionnelle de l'Europe et du Tiers-Monde, c'est à dire de tous les non-alignés, face à l'ennemi commun occidental. A l'idéologie des Droits de l'Homme, il oppose la Cause des Peuples et, dès 1986, anticipe sur des clivages qui se révèlent aujourd'hui au grand jour, de la Syrie à l'Ukraine. " Europe,Tiers monde, même combat" préfigure le monde multi-polaire qui émerge actuellement sous nos yeux. Celui de la décolonisation des peuples européens, mais aussi et surtout, de l'Europe elle-même.

Lecture : Dictature Molle

12-11-2015
Juriste, avocat et talentueux écrivain insulaire , Philippe Chiaverini nous incite, dans le roman "Dictature molle", à une réflexion sur les ressorts de la chape de plomb étouffant la vie intellectuelle et l'être profond des sociétés ouest-européennes "évoluées", mais qui, comme de juste, commence à se lézarder sous le propre poids de ses contradictions. La "raison d'état" se révéla dans l'Histoire comme l'un des fondements de l'édification de sociétés d'Ordre et d'Harmonie, tournées vers la transcendance et le dépassement de la dimension "humaine trop humaine" et en réalité, tendant vers l'infra-humain, qui régit le monde occidental actuel. Les préoccupations qui inspirent les organes politico-administratifs dans lesquels se meuvent les protagonistes de Dictature molle, se révèlent cependant d’une nature bien différente de celle qui sous-tendait l’action de leurs prédécesseurs ante-révolutionnaires. C’est l’expérience qu’en fait, de manière plus ou moins consciente, Georges Roseau, jeune cadre administratif qui commence une carrière de bureaucrate comme chef de pôle à la sous-préfecture de Brive-la-Gaillarde. Empli de l’importance de ses fonctions qu’il considère comme essentielles à l’accomplissement du Service public, auquel il voue un culte, il se fait le relais empressé des conceptions d’une hiérarchie qui juge que le libre-arbitre est une notion trop aléatoire pour se dispenser de mettre la population sous une tutelle, forcément bienveillante, qui pénètre les détails les plus anodins de l’existence.

Lecture et réflexions : Au bord du gouffre

01-11-2015
En 2008,une crise financière profonde se déclenche aux États-Unis, puis s’étend rapidement au reste du monde. Elle trouve son origine immédiate dans une surchauffe de l’endettement privé. Pour sauver les banques et les compagnies d’assurances, les États empruntent à leur tour. En 2011, la crise de la dette privée s’est muée en crise de la dette publique. Les marchés financiers attaquent les États les plus faibles. La Grèce est la première touchée, suivie par le Portugal et l’Espagne, en attendant l’Italie et la France. Aujourd’hui, tout le monde pilote à vue. Le système financier international vacille sur ses bases, l’euro semble au bord de l’implosion. La dette ne cesse d’augmenter, doublée de déficits d’une ampleur encore jamais vue. Les estimations contradictoires des experts s’ajoutent à l’impuissance des politiques. Est-ce la fin annoncée du système de l’argent ? La lecture et les diagnostics proposés par Alain de Benoist suscitent maintes réflexions quant au rôle de l'Argent et la place des questions liées à la Monnaie dans la perspective d'une Révolution Conservatrice restaurant la dignité du monde Européen et sa vocation à l'Empire Universel, mais aussi d'un développement auto-centré des Peuples-Patries qui la composent. La restauration d'une société "en ordre" dans l'espace européen implique donc celle des conceptions encadrant strictement la sphère liée à l'Argent, suivant les préceptes de la Tradition Catholique ( condamnation du culte de la richesse, prohibition de l'usure ) ainsi que la redéfinition de l'euro comme instrument de Souveraineté de l'Europe-Puissance.

Corse, la nécessaire sécession !

27-10-2015
Cet opuscule sorti en 2002 signé Lucien Antoni et Antoine Luciani ( éminent professeur de lettres anciennes de l'Università di Corti ) ne bénéficia d'aucune publicité et, au sein même de la mouvance nationaliste, fit l'objet d'une véritable conspiration du silence. Et pour cause, "La nécessaire sécession" trace les lignes d'un nationalisme authentique, doctrinal, irréductible à une simple revendication institutionnelle ( autonomie, indépendance ). Cette sécession s'inscrit dans un terrain -volontairement- négligé, celui de la lutte idéologique contre un Système, au-delà du triptyque lutte armée-lutte institutionnelle-lutte de masse en vigueur depuis quatre décennies. "La Nécessaire Sécession", dont on attend une réédition rapide, s'impose en quelques dizaines de pages comme une boussole théorique pour le nouveau cycle politique à venir de la lutte nationale corse, des principes Traditionnels dont découlent action politique ( désignation de l'Ennemi ) stratégie ( les trois terrains de lutte précités ), et tactique.

Lecture : " La France et le Maghreb"

08-10-2015
Dans cet ouvrage, l'auteur s’efforce de mettre en exergue les raisons et les faits marquants de l’aventure coloniale française en Algérie, au Maroc et en Tunisie au XIXème et au XXème siècle. Il décrit les grands moments de la conquête de ces territoires, la politique erratique de la « Grande Nation », rappelle leurs statuts sous la domination française et leur émancipation dans la deuxième partie du XXème siècle. Ce livre comporte aussi quelques indications sur la présence des Corses dans le fait colonial et les répercussions de celui-ci dans l’île. Enfin, il propose une réflexion sur la thématique de la colonisation et de la décolonisation. Sa conception est originale en ce qu’elle privilégie la narration de faits peu connus et ne s’attarde pas trop longuement sur un panorama chronologique brossé dans tous les bons manuels d’histoire des lycées.
Page(s) - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Comme l'affirme Denis Luciani, l'auteur de l' "Essai sur la génèse et la nature de la féodalité corse", l'étude du Moyen Age comme source de mentalité et de structuration sociale du peuple corse se révèle riche d'enseignements quant au présent et l'avenir . La principale faiblesse du monde féodal corse, qui fut la cause de sa soumission à des puissances étrangères puis de son effacement ne découle pas de la géographie ou des structures claniques, mais de l'absence d'une dimension religieuse transcendante et unificatrice. Une carence à laquelle tenteront de remédier les Révolutions nationales du XVIIIe siècle. Le roi Théodore fondera un Ordre de Chevalerie inspiré des Teutoniques, puis les paolistes placeront le Royaume de Corse sous la protection de la Vierge Marie. L'idée même de Nation Corse est donc sous-tendue par des principes d'ordre spirituel, dont l'oubli ou la mise à l'écart par les influences modernistes seront à l'origine de nombres de dérives ( guerre des "caporali" nationalistes des années 90 ) de la revendication nationale contemporaine. La dimension métaphysique de la lutte nationale Corse intériorisée par tous ses acteurs, son opposition absolue au Chaos occidental, demeurent la clé de la transmutation des faiblesses en force capable de générer un véritable ordre civilisationnel, au coeur du nouveau Moyen Age à venir.