NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Terra di i Turmenti

28-10-2015

Terra di i Turmenti est un film documentaire à vocation pédagogique traitant de l'histoire contemporaine du nationalisme corse, réalisé par le cinéaste libanais De Gaulle Eid. Trois décennies de lutte nationale sont retracées au travers des regards croisés d'acteurs et de témoins privilégiés de ce combat d'émancipation.

L'originalité de cette œuvre est la place accordée aux ecclésiastiques.Les pères Bonafoux et Mondoloni ainsi que Monseigneur Thomas, évêque d'Aiacciu pour la Corse aux début des années 80, apportent chacun cet éclairage "surplombant", spirituel, à des évènements et des processus bien souvent marqués par l'absence de rationalité, tant du coté de l’État que de certaines démarches attribuées au nationalisme. La synthèse thomiste de la Foi et de la Raison, fondement d'une société harmonieuse s'exprime par la bouche de ces hommes d’Église.

Terra di i Turmenti n'en recèle pas moins une dimension éminemment politique, exprimée tant par Edmond Simeoni, l'homme d'Aleria, que par l'abbé Mondoloni, curé de Merusaglia, affecté à la liaison entre l'Eglise et le mouvement nationaliste.

Si l'on devait, parmi tout ces monologues, retenir un propos au vu de sa pertinence pour le passé et l'avenir de la lutte nationale corse, ce serait celui-ci, du père Mondoloni : "Le Nationalisme est une idéologie de Droite" et les divagations gauchistes une importation des universités françaises. L'abbé développe ensuite une série de points de vue politiques de haute tenue quant aux carences du mouvement nationaliste : direction politico-militaire clandestine, absence d'école de cadres et de formation politique des militants -ceux-ci poussés à un activisme aliénant- et partant, dérives occasionnées par l'impôt révolutionnaire, l'appétit de pouvoirs etc...

L'exploitation de ces faiblesses par l'appareil d'état français et ses services spécialisés est également évoquée par les témoins. En Corse furent employées un arsenal de mesures héritées de l’expérience contre-insurectionnelle algérienne : activation de réseaux barbouzards et autres polices parallèles, quadrillage militaire puis, devant l'échec d'une répression frontale, opérations psychologiques de type "bleuïte"( exploitation de la paranoïa inhérente à la clandestinité ) et diplomatie de la "valise de billets". Si elle sembla un temps porter ses fruits ( les différentes factions nationalistes armées se livreront une guerre féroce faisant des dizaines de morts ) elle ne parviendra jamais à annihiler une idée nationale portée par les forces vives du peuple Corse.

La légitimité de la revendication nationaliste corse, indépendamment des dérives qu'elle put un temps occasionner, n'est jamais remise en cause, pas plus que la responsabilité de l'état français dans l'enchainement de drames qui endeuillèrent l'ile.

L'on retiendra, comme une sorte de synthèse tragique, les propos et le visage du docteur Simeoni évoquant à la fin du film son Niolu natal et le conflit intérieur entre le mythe du " progrès" et l'aspiration à la survie d'un esse corsu millénaire.

Terra di i Turmenti constitue, dans sa simplicité même, un documentaire riche d'enseignements et porteur d'espoir, tant pour le rappel des fondements, plus que jamais d'actualité, de la revendication nationaliste contemporaine ( révolte contre l'injustice d'un état autiste, aspiration à un destin national ) que dans celui des errements passés.

A Squadra

Terra di i Turmenti

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Après l'une des plus grandes épreuves de son histoire, l'Europe en est à se chercher. Elle n'a pas réussi à réaliser son unité politique; l'harmonisation des structures économiques, sociales, financières et juridiques des unités étatiques qui la composent n'en est qu'à ses balbutiements. On peut donc se demander si une fédération européenne pourra se construire à partir des Etats-nations d'aujourd'hui. Yann Fouéré n'hésite pas à répondre non.